Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec André Juillard et Antoine Aubin – Dessinateurs de Blake et Mortimer

Rencontre avec André Juillard et Antoine Aubin – Dessinateurs de Blake et Mortimer

« L’objectif de Von Stahl est manifestement de retrouver la tombe de Judas et les deniers censés s’y trouver. A présent qu’il a des otages, il va tout simplement nous laisser faire le travail à sa place. Il nous laisse donc le champ libre et pousse même l’obligeance jusqu’à mettre une barque à moteur à notre disposition pour nous faciliter la tâche. »

Samedi 29 janvier, 15h, stand Dargaud à Angoulême. Alors qu’Eric et Ramzy s’apprêtent à attirer la cohue sur le stand voisin, nous prenons tranquillement place en compagnie d’Antoine Aubin et André Juillard, les deux dessinateurs réguliers de Blake et Mortimer, série mythique par excellence !

Chronique du Tome 20

Bulle d’Encre : Bonjour Antoine Aubin et André Juillard ! Nous sommes très heureux de vous avoir tous les deux en même temps. Vous travaillez tous les deux sur une série emblématique de la bande dessinée. Est-ce que vous avez réfléchi longtemps avant de vous lancer ?
André Juillard : Oui, j’ai quand même réfléchi un petit moment puisque c’est assez passionnant comme proposition. Cela dit, je n’ai pas réfléchi trop longuement puisqu’on m’avait fait la même proposition pour le deuxième tome des 3 formules du Professeur Sato, où là j’avais refusé parce que ce n’était pas mon Blake et Mortimer. Le scénario ne me passionnait vraiment pas et en plus il y avait la contrainte de travailler comme Jacobs, dans les années 1970. Pour moi, la série doit rester dans les années 1950, rapport à mon enfance et au fait que je lisais ça quand j’étais môme.
La deuxième proposition était beaucoup plus intéressante dans la mesure où on replaçait les héros à leur âge d’or, avec la contrainte graphique de s’approcher du dessin de Jacobs pour La Marque Jaune. Et puis j’avais lu le scénario d’un dénommé Yves Sente, que je ne connaissais pas, et je l’avais trouvé intéressant (NDR : celui de La Machination Voronov). En effet, j’ai toujours apprécié les histoires d’espionnage, surtout pendant la guerre froide. Je n’avais par conséquent pas de raison de refuser sauf que je n’étais pas certain de réussir, donc j’ai dû faire des essais qui ont plu à l’éditeur. Je me suis alors lancé là-dedans.
Antoine Aubin : En ce qui me concerne, on ne peut pas dire qu’on m’ait proposé de reprendre la série mais plutôt de travailler sur l’achèvement d’une histoire.

BDE : Oui, le contexte était particulier…
AA : Voilà. Et quand on m’a fait cette proposition, j’étais très très content, j’ai sauté en l’air et je n’ai pas réfléchi, j’y suis allé direct ! (rires) Sur le coup je n’ai pas tellement pensé à l’enjeu qu’il y avait derrière, à l’attente du public. J’étais simplement content qu’on me propose de jouer avec des personnages qui me tiennent à cœur depuis longtemps. C’était peut-être assez périlleux mais ça s’est passé comme ça.

BDE : Et du coup vous êtes parti pour en faire un autre ?
AA : Je crois qu’il y a du changement dans l’air… Pour le prochain, il faut plutôt voir avec André.

BDE : Vous ne vous considérez pas comme dessinateurs de deux équipes différentes ?
AA : Non, pas vraiment.
AJ : En fait, il était prévu qu’Antoine vienne au secours de Blake et Mortimer qui avaient, comme vous le savez sans doute, subi bien des malheurs après le Tome 19 (NDR : La Malédiction des Trente Deniers, avec le décès de René Sterne avant l’achèvement de l’album, un album ensuite terminé par sa femme, Chantal de Spiegeleer – voir son interview). A ce moment-là, on m’a proposé de reprendre la série entièrement, mais j’ai dit non parce que je n’ai pas envie de ne faire que Blake et Mortimer. A partir de là, il y a de la place, et comme Antoine a fait un très bon boulot pour le Tome 2 et que Jean Van Hamme a envie apparemment d’écrire un nouveau scénario, j’ai l’impression que c’est un peu dans l’air.
AA : Sauf que je crois que Jean a changé d’avis. Ces dernières semaines, il a essayé d’écrire une nouvelle histoire, mais il ne la sent pas.

BDE : Ah ? C’est dommage car la série a l’habitude de ce roulement entre une équipe Jean Van Hamme/dessinateur et Yves Sente/André Juillard depuis la reprise…
AJ : Oui. Avec Yves, on est arrivé de la même manière, au secours, puisque Ted Benoît mettait trop de temps au goût de l’éditeur pour faire le deuxième album de Van Hamme (NDR : L’Étrange Rendez-Vous). Il était ensuite plus ou moins prévu qu’il y ait une alternance, comme ça. Puis Ted Benoît a jeté l’éponge et René Sterne a repris l’affaire, mais il est malheureusement décédé en cours de route. Maintenant, je ne sais pas trop comment ça va se passer, mais ce qui est sûr c’est que je ne veux pas faire ça à plein temps, j’ai d’autres aspirations. C’est à l’éditeur de choisir, après, mais je ne pense pas qu’une équipe nuise à l’autre. De toute façon, les personnages sont plus forts que nous.

BDE : Oui ça dépasse un peu le cadre de l’auteur…
AJ : En effet. Le lecteur veut un Blake et Mortimer, pas un Juillard et Sente ou un Aubin et Van Hamme.

BDE : Qui travaille sur le prochain album ?
AJ : Moi. J’ai un scénario pratiquement terminé d’Yves Sente que je vais commencer à dessiner dans les jours qui viennent.

BDE : On est donc rassuré pour le futur Tome 21, mais pour après c’est encore flou…
AJ : Voilà, après je ne sais pas. Tout dépendra de l’envie de Van Hamme mais on peut aussi imaginer qu’il y aura d’autres scénaristes. Je sais que, par exemple, Ted Benoît aurait beaucoup aimé écrire un scénario, et d’ailleurs il en a écrit un, ou tout du moins le synopsis, et je trouve ça intéressant.

BDE : Un ancien dessinateur de la série qui souhaite faire un scénario, intéressant en effet. Ça ne vous donne pas des idées ?
AJ : Ah non, pas moi, je ne pense pas que je saurais faire ça ! (rires)
AA : Je ne sais pas non plus si je saurais faire, mais déjà, mon avenir en tant que dessinateur étant incertain, je crois que je n’en suis pas à penser à ça. (rires)

BDE : Et en tant que dessinateur, à travers vos réalisations, quatre pour André, une pour Antoine, que pensez-vous avoir apporté à la série, surtout en réponse à tous les fanatiques de Jacobs qui estiment que rien n’est intéressant après lui ?
AJ : Nous sommes en fait très dépendants, on a une histoire derrière nous et il est difficile de l’occulter totalement. Il faudrait que je puisse prendre du recul, que je regarde ça d’un œil plus objectif, ce qui est à peu près impossible. En tant qu’amateur de bande dessinée, en tout cas, il m’est arrivé d’être déçu par des reprises. Je pense à Spirou et Fantasio ou Buck Danny, par exemple. Si j’étais extérieur à tout cela, peut-être penserais-je qu’effectivement, tout ça n’en vaut pas la peine. D’un autre côté, je sais que certains puristes, les purs et durs, sont hostiles à la reprise de séries mythiques comme Blake et Mortimer, mais dans les rares relations qu’on peut avoir avec le public, les gens que je vois ont l’air content.

BDE : Nous en sommes, d’ailleurs !
AJ : Et donc on essaye de travailler pour ce public, et aussi pour nous-mêmes. Je n’oublie jamais, quand je dessine Blake et Mortimer, l’enfant que j’étais et qui adorait ces personnages. Je n’aurais peut-être pas fait la différence à l’époque entre le dessin de Jacobs et celui de Machin ou Truc.

BDE : Surtout qu’il y a effectivement deux publics, les anciens qui ont vu évoluer l’œuvre de Jacobs et les nouvelles générations qui ont parfois découvert vos albums avant ceux du créateur.
AA : En ce qui me concerne, je ne vois pas du tout en quoi le fait de reprendre une série, et celle-là en particulier, devrait nuire à l’œuvre de Jacobs. Je pense que l’œuvre de Jacobs est finie et qu’on ne travaille pas sur ses albums. Peut-être que si l’idée germait de faire un remake d’un album, une réécriture, on pourrait avoir une critique à ce niveau-là. Ici non, je crois que la série des nouveaux Blake et Mortimer vient un peu en symbiose avec les albums de Jacobs. Où en serait la notoriété ou peut-être les ventes de Jacobs s’il n’y avait pas eu cette prolongation ? Je ne sais pas trop…
AJ : D’ailleurs, Jacobs n’a jamais eu autant de succès de son vivant, à part peut-être avec le deuxième tome des 3 formules du Professeur Sato qui, de l’avis général, a été raté par Bob de Moor. Ce n’est pas insulter l’auteur de dire qu’il a raté son affaire, il l’a reconnu lui-même et il avait été obligé de le faire un petit peu en catastrophe. Merde, je sais plus ce que je voulais dire ! (rires)
Par rapport au style aussi, Jacobs a énormément varié. Rien que dans Le Secret de l’Espadon, il y a deux styles différents. Ensuite il a constamment évolué, sans rester figé au Mystère de la Grande Pyramide, et on pourrait parfois lui reprocher. D’ailleurs, personnellement je lui reproche. (rires)
AA : C’est vrai que chez Jacobs, les deux albums qui se ressemblent vraiment sont les deux tomes du Mystère de la Grande Pyramide. Sinon à chaque fois, il a varié.

BDE : Et le fait de revenir aux années 50 avec cette reprise sans continuer dans les années 70, c’est une volonté de l’éditeur, une volonté de tous ? C’est la « bonne époque » pour Blake et Mortimer ?
AJ : La bonne époque, je ne sais pas, en tout cas c’est celle de Jacobs. Je ne l’ai malheureusement pas connu et j’aurais bien aimé en discuter avec lui. En tout cas, ceux qui ont inauguré la reprise, Ted Benoit et consorts, étaient des fans de La Marque Jaune. Il y avait vraiment une volonté de retrouver cet esprit-là. Et je ne sais pas, Antoine, si tu aurais envie de dessiner un Blake et Mortimer qui se passe en 2011…
AA : Non, je ne crois pas et je pense que ce choix pouvait sembler logique par rapport aux personnages qui sont quand même d’une époque révolue.
AJ : On aurait du mal à les habiller avec des jeans, des blousons et des t-shirts.
AA : Pourtant, Hergé l’a fait ! (rires)
AJ : Oui, et ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux ! (rires)

BDE : A propos de rires, que pensez-vous de l’émulation créée par Les Aventures de Philip et Francis, la parodie, dont le Tome 2 sort très bientôt (NDR : il est sorti maintenant) ?
AA : Je ne l’ai pas lu en fait. J’ai travaillé en atelier avec le coloriste, donc j’ai vu ce qu’il faisait sur le Tome 1 mais je ne l’ai pas lu. Mais bon, pourquoi pas !
AJ : Moi j’ai trouvé ça assez rigolo, assez vivant, ça a été très bien accepté de ma part. Mais de toute façon, les personnages ne m’appartiennent pas. L’éditeur fait ce qu’il veut mais pour le coup c’était plutôt réussi.

BDE : Et Antoine, quand vous avez réalisé le Tome 2 de La Malédiction des Trente Deniers, est-ce que vous avez été en contact avec André ?
AA : Ah non, pas du tout.
AJ (se tournant vers lui) : On m’a montré les premières planches que tu avais faites, et ça me paraissait vraiment bon, dans l’esprit Blake et Mortimer. D’ailleurs, elle est vachement bien ta couverture. Ensuite j’ai découvert le travail final en album. Mais c’est vrai qu’on aurait pu éventuellement se consulter pour la documentation, des trucs comme ça…

BDE : Les critiques ont été très bonnes d’ailleurs, vis-à-vis de votre dessin.
AA : Oui, les gens ont été plutôt gentils avec moi ! (rires)

BDE : Vous mériteriez vraiment d’en faire un autre, et en tous cas on vous le souhaite !
AJ : Il faut faire une petite campagne de presse !
AA : C’est vrai que je peux travailler avec un autre scénariste, éventuellement, mais je n’ai pas beaucoup de poids par rapport à l’éditeur. On verra !

BDE : Eh bien merci à vous deux, ce fut un plaisir de nous entretenir avec vous !
AA & AJ : Merci à vous.

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 29 janvier 2011.

© Editions Blake et Mortimer/Studio Jacobs/Van Hamme/Aubin/Sente/Juillard
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*