Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Benjamin Lacombe – Auteur des Contes Macabres

Rencontre avec Benjamin Lacombe – Auteur des Contes Macabres

« Le malheur est divers. La misère sur terre est multiforme. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel, ses couleurs sont aussi variées, – aussi distinctes, et toutefois aussi intimement fondues. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel ! Comment d’un exemple de beauté ai-je pu tirer un type de laideur ? Du signe d’alliance et de paix une similitude de la douleur ? Mais, comme, en éthique, le mal est la conséquence du bien, de même, dans la réalité, c’est de la joie qu’est né le chagrin ; soit que le souvenir du bonheur passé fasse l’angoisse d’aujourd’hui, soit que les agonies qui sont tirent leur origine des extases qui peuvent avoir été. »

En ce dimanche ensoleillé, Bulle d’Encre va à la rencontre d’un auteur bien particulier présent sur BD Aix 2011. Il s’agit d’un illustrateur connu, reconnu et renommé dans le monde de l’illustration jeunesse : Benjamin Lacombe. Cet artiste, à l’imagination sans limite, a déjà plusieurs œuvres et expositions à son actif. Bienvenue dans son univers foisonnant.

Chronique de l’album

Retrouvez des illustrations des Contes Macabres en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Benjamin ! Tu as commencé par la bande dessinée (L’Esprit du temps) pour ensuite t’orienter vers l’illustration. Pourquoi ce choix ?
Benjamin Lacombe: Bonjour. J’ai commencé par la bande dessinée car adolescent je lisais beaucoup de BD. Et naturellement, c’est vers cela que je me suis penché au départ. Ensuite, je me suis aperçu que je n’étais pas forcément à l’aise avec ce média. C’est un média très difficile, très complet. C’est une vraie ascèse. On ne peut travailler que sur un seul album à la fois. Moi, je fourmillais d’idées. Pour situer le contexte, j’ai signé ma bande dessinée lors de mon entrée en première année des Arts décoratifs. C’était aussi pour payer mes études en même temps. J’étais dans un rythme un peu scolaire. Je réalisais tant de planches par mois et s’est instaurée une espèce de routine. Je n’ai jamais pris le temps de réfléchir à ce que je voulais réellement faire. Les Arts décoratifs m’ont permis de prendre du recul. Cela m’a ouvert des horizons auxquels je n’avais pas pensé immédiatement. Et effectivement, j’ai réalisé que l’illustration était ce qui me correspondait le plus. Que c’était beaucoup plus dans l’esprit de mes envies. Ne serait-ce que le fait de finaliser une image, la pousser. Et en BD, comme ce sont des cases, on ne peut pas passer un temps infini sur chaque dessin. On est dans une narration spécifique où il faut trouver sa technique. L’illustration correspondait plus à mon rythme de travail aussi. Cela se rapproche beaucoup du cinéma ou encore de la photo. J’ai même un moment hésité à faire de la photo. Je ne suis donc pas contraint de travailler sur une seule série pendant des années. Je peux vraiment développer plusieurs histoires à la fois.

BDE : Est-ce que tu as envie de revenir vers la bande dessinée ?
BL : Quelques années plus tard, l’envie de faire de la BD m’a repris. Mais je vais travailler d’une manière complètement différente par rapport à la première. Déjà, je la fais à deux. De mon côté, je vais faire des images très poussées, très techniques. C’est-à-dire quelque chose qui me ressemble plus. Cela sortira chez Soleil sous le label Noctambule, dirigé par Clotilde Vu (co-éditrice avec Barbara Canepa des labels Métamorphose et VenusDea). La date de sortie serait pour 2012.

BDE : En terme d’univers, est-ce que tu as des domaines de prédilection ?
BL : Non. J’essaye de faire en sorte que chacun de mes livres soit différent. Après, un auteur a une voie, une écriture. Quand il travaille, il y a toujours des liens. Pour moi, chaque création est différente, a une identité différente avec des techniques différentes. Dans Les Contes Macabres, il y a de l’encrage et de l’huile. Pour Blanche-Neige, j’utilise le crayon. On ne peut pas dire que Les Contes Macabres ressemblent à La Généalogie d’une Sorcière ou à Il était une fois qui est un pop-up. Je n’aborde pas un nouveau projet en me disant que je vais faire la même chose que le précédent. Au contraire, je prends toujours un livre comme un challenge. Tant dans l’univers que dans la plasticité du livre en lui-même, c’est-à-dire faire en sorte de montrer une autre facette du sujet traité et d’intéresser le lecteur du coup. Il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un auteur qui fait tout le temps la même chose.

BDE : Dans les prochains mois, quelle est l’actualité de Benjamin Lacombe ?
BL : Au mois de mai sort, aux éditions du Seuil, Rossignol sur des textes de Sébastien Perez. Là encore un univers très différent. Il est empreint des années 50 et très proche de l’univers de Jacques Tati avec beaucoup d’hommages. La technique utilisée est différente également, à base de crayon, d’aquarelle et de collages. Je me suis beaucoup amusé à le faire et j’espère qu’il va surprendre. C’est une sorte de livre chorale avec plein de personnages. Ensuite, en octobre sortira Notre-Dame de Paris dans la même collection que Les Contes Macabres. Mais là aussi, il y a un traitement graphique différent avec de la pierre noire, de l’aquarelle, des huiles. Les textes sont très différents et appellent donc une autre approche du dessin. Il y a bien sûr beaucoup d’architecture et de grandes mises en scène avec des plongées, des contre-plongées. Par contre, le choix des couleurs est très proche du romantisme avec des rouges, des noirs, des bruns, des verts, des teintes très exacerbés. Je voulais mettre l’emphase sur ce romantisme.

BDE : Chose que tu apprécies ?
BL : Le romantisme est un courant de pensée. Le terme a été vraiment galvaudé ces dernières années. On associe le romantisme à une espèce de sentiment amoureux, un peu mielleux, gentillet. La définition même du romantisme, du courant du romantisme, c’est quelque chose de beaucoup plus fort. C’est la vie, la mort et l’amour mélangés. C‘est une quête du tout, d’un absolu jusqu’à s’y perdre. Le romantisme en ce sens, c’est vraiment la vie exacerbée. La vie dans ce qu’elle a de plus pur, dans son absolu. Et c’est vrai que quelque part, c’est cela que j’attends d’une œuvre, qu’elle me transporte. Pas forcément qu’elle soit sombre ou triste. Simplement que les émotions soient plus fortes que dans la vraie vie. J’aime bien les autofictions, les biographies. Mais si elles sont trop justes, qu’il n’y a pas de vision d’auteur, c’est moins intéressant. Dans les textes que je choisis ou que j’écris, il faut qu’il y ait cela. Cet idéal romantique.

BDE : L’essentiel de ton œuvre est un travail de matière. Tu n’utilises pas l’informatique en tant qu’outil ?
BL : En fait, j’utilise l’informatique pour la mise en page. C’est-à-dire, mettre les textes, réunir le travail. C’est déjà un gros travail. Ne serait-ce que récupérer son original après le scannage, c’est très difficile. On ne se rend pas compte. Lorsque l’on a des techniques à base de jus, d’ombrages, avec beaucoup de subtilités, il n’est pas évident de restituer tout cela sur informatique. Je passe donc assez de temps sur ordinateur comme cela. J’ai besoin d’être confronté à la matière. Tout comme j’ai besoin de ressentir des choses quand j’écris, je lis un texte ou que je dois illustrer. J’ai besoin d’être transporté quand je travaille et que je dessine. C’est bien quand on se bat avec la matière et que l’on essaye d’aller plus loin que ce qu’il est possible de faire. On essaye de se dépasser.

BDE : Tu as participé à l’aventure Spirou avec Barbara Canepa. Comment as-tu vécu l’expérience ?
BL : J’ai trouvé ce numéro superbe. Barbara s’est investie à 200 %. Elle a réalisé un livre plus qu’un magazine. Chacun a fait un super boulot. C’est magnifique de se dire que l’on peut avoir un travail pareil pour 2,30€ seulement. C’est hallucinant. J’ai trouvé Frédéric Niffle très courageux. En effet, du courage il en fallait pour présenter à des lecteurs habitués à un magazine présenté sous une certaine forme, quelque chose qui allait les bousculer. Il fallait avoir l’audace de le faire. De même que de me mettre en couverture avec Barbara, je ne suis pas auteur BD à proprement parler. Je suis content de la réaction positive de l’ensemble des lecteurs. Je suis toujours content quand on amène les gens là où ils ne s’y attendent pas. C’est ce que j’aime faire. Quand je traite des sujets un peu clichés pour la jeunesse, comme les sorcières, je ne le fais pas comme dans 99,99 % des livres jeunesse. C’est-à-dire avec son balai, son nez crochu et ses poireaux. J’ai voulu l’aborder d’une manière historique, parler de ces femmes qui ont été accusées de sorcellerie à travers les siècles. J’ai voulu également parler de la condition de la femme, comment elles l’ont vécue. Et aussi montrer comment on a utilisé la sorcellerie pour se débarrasser de femmes trop érudites ou simplement de celles qui ne répondaient pas aux avances des hommes qui voulaient les faire siennes. En cela, on a amené les gens vers un nouveau Spirou avec une orientation graphique loin de leurs habitudes. C’est chouette.

BDE : Tu as une activité très fournie. As-tu d’autres surprises dans ton chapeau ?
BL : C’est déjà pas mal ! En fait pour la fin d’année, j’ai un livre top secret avec un concept très audacieux. C’est mon gros livre. Je prends un sujet qui a été beaucoup traité et je vais l’aborder sous un autre angle. Cela a déjà surpris certains. Même l’objet livre sera très particulier. Le graphisme et l’écriture vont, je l’espère, surprendre. C’est un très gros projet, mon plus gros jusqu’à maintenant. A ce point qu’avec l’éditeur, on se pose des questions sur le financement. La sortie est prévue pour octobre et devrait intéresser le public bande dessinée. C’est un livre ado/adulte, qui je pense, sera très intéressant.

BDE : Merci beaucoup pour ces réponses.
BL : Merci à toi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 10 avril 2011

Extraits de l’album


© MC Soleil/Lacombe
© Seuil Jeunesse/Lacombe

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Un Commentaire

  1. Posté 14 mai 2011 at 11 h 28 min | Permalink

    Très intéressant et complet, comme toujours !

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*