Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Simon Van Liemt – Dessinateur de Poker

Rencontre avec Simon Van Liemt – Dessinateur de Poker

« Ça te fera du bien d’oublier le Cercle quelques jours.
– Je sais que tu n’approuves pas forcément toutes mes récentes décisions.
– Mon avis est purement consultatif, je suis juste un exécutant.
– Je sais, mais tu sais aussi que je t’estime beaucoup.
– Repose-toi bien ce week-end. »

Alors que le poker en ligne est de plus en plus présent, la série Poker revient sur le circuit avec un deuxième tome. Bulle d’Encre a profité de la présence de son dessinateur, Simon Van Liemt, lors de BD Aix 2011, pour en savoir un peu plus. Installez-vous, la table est ouverte !

Chronique du Tome 2

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Simon ! Tu dessines pour le magazine Lanfeust Mag et tu fais partie de l’atelier Gottferdom. Que retires-tu de ces expériences ?
Simon Van Liemt : Bonjour. Beaucoup de plaisir en fait. Toutes les illustrations pour le magazine sont autant d’occasions d’expérimenter différents thèmes, différents graphismes avec des dimensions libres. C’est très agréable. Cela fait plus de 12 ans que je dessine dans le magazine, depuis le numéro 7 exactement. Autant dire que c’est du sérieux, une belle histoire. Après, le fait de travailler en atelier est toujours un plus car on échange, on se donne des conseils. On voit d’autres approches du métier, c’est très enrichissant. Et puis, on a de la compagnie. On organise nos petits jeux hebdomadaires de fléchettes, de poker. Cela crée de vrais liens dans un métier où on n’a pas trop l’occasion de se voir en dehors. On évolue dans un métier qui prend beaucoup de temps et les à côtés, il n’y en a pas beaucoup. Alors on joint l’utile à l’agréable.

BDE : Le tome 2 de Poker vient de sortir, quelles sont les évolutions par rapport au premier tome ?
SVL : En tout cas au niveau du graphisme, j’ai trouvé la charte graphique. Elle commençait à se dégager à la fin du tome 1. Il a fallu un certain temps pour m’adapter à la série qui est plus exigeante en terme de documentation. Il me fallait trouver un graphisme qui me permette d’utiliser les photos sans être trop ligne claire. Donc quelque chose de plus lâché pour que cela passe mieux. Avec ce tome 2, j’ai beaucoup évolué. Je commence à être vraiment à l’aise. Je dois avouer que je prends de plus en plus de plaisir à dessiner cette série. Au départ, je n’étais pas joueur de poker et je le suis devenu par la force des choses. Je suis même devenu un passionné. En ce qui concerne le scénario, il s’étoffe. On en apprend un peu plus sur Gia et le Cercle. Mark, à la fin du tome, est un peu perdu. Ce qui est assez inhabituel pour une série classique. Je ne révèle pas tout pour laisser un peu de surprise.

BDE : A la table de jeu, il y a des postures particulières, un vocabulaire particulier. Cela a demandé beaucoup de recherche ?
SVL : Oui, pas mal en effet. Cela a demandé beaucoup de documentation. Il faut connaitre le milieu. C’est un univers passionnant. Il y a vraiment plein de personnalités différentes, de tout âge et de tout budget qui se plonge dans le jeu. C’est quand même un sport individuel. C’est très intéressant car le poker révèle la personnalité de chacun.

BDE : Le fait d’avoir choisi le poker comme thème ne limite-t-il pas le lectorat de votre série ?
SVL : Peut-être qu’au départ cela aurait été le cas. Car la couverture du tome 1 était vraiment accès poker. Je pense que c’était une erreur car le titre de la série était déjà assez clair. C’est pour cela que, pour le deuxième opus, on a bien orienté la couverture vers le thriller. Pour être clair avec le contenu, avant tout, car la série est un thriller dans le monde du poker et non une série sur le poker.

BDE : Comment procèdes-tu avec Jean-Christophe Derrien?
SVL : Jean-Christophe (voir son interview) me propose des pages écrites avec d’un côté le contexte et de l’autre les dialogues. Et à partir de là, j’ai carte blanche pour établir le découpage. Ensuite, je l’envoie à Jean-Christophe sous forme de roughs. Suite à sa validation, je fais les retouches. En général, il n’y en a pas ou peu car on se connait très bien. Il a confiance en moi. On a fait Incantations ensemble. Il y a un bon échange.

BDE : L’échange se fait très rapidement ?
SVL : Disons que c’est un peu plus laborieux de mon côté. Moi, je n’ai qu’une vue d’ensemble de la série. Pour Jean-Christophe, c’est beaucoup plus spontané. Il sait où il veut aller. Il connait l’histoire parfaitement et il a tout en tête. Il vient de la télé et du dessin animé, donc il a une approche de la série sur le long terme. Il développe tranquillement tous les personnages. Les enjeux pour les lecteurs ne sont peut-être pas encore très clairs mais pour lui tout est posé.

BDE : Quelles sont tes influences ?
SVL : Pour le dessin réaliste, il y a eu Dodier pendant un temps qui m’a influencé. Car je trouvais cela sensible et clair. D’ailleurs, je regrette qu’il n’ait pas fait une série disons fantastique ou un thriller un peu plus dur. Il en est tout à fait capable. Le fait qu’il soit chez Dupuis limite un peu le champ d’expérience de Jérôme K. Jérôme Bloche. Il finira quand même par avoir de graves problèmes ce bon Jérôme. En tous cas, je suis vraiment fan de ce qu’il fait. Par rapport à Poker, j’essaye de libérer au maximum mon trait des influences. Je regarde ce qui se fait par-ci par-là, je n’ai pas d’influence particulière. Je retiens ce qui peut me servir mais après ce sont beaucoup d’expérimentations personnelles. Au bout d’un moment, on n’a plus trop le temps de se pencher sur le travail des autres. Donc après, il faut être capable de s’adapter soi-même à la série et cela se fait tout seul, presque. Autrement, je suis fan de certaines personnes qui m’ont influencé indirectement comme Brian Bolland, Mike Mignola ou John Byrne. Ce que j’ai lu quand j’étais adolescent.

BDE : Poker est ta deuxième série, as-tu d’autres projets ? En solo peut-être ?
SVL : Ce qui est certain, c’est que ce sera sans Jean-Christophe. Cela fait presque 14 ans que l’on bosse ensemble. Il est temps que je fasse d’autres expériences. C’est toujours un plaisir de travailler avec lui. Autrement, j’ai essayé de faire quelque chose autour du monde de la Comedia Dell’arte. Mais cela n’a pas trouvé preneur. C’était dans un style plus comics où j’essayais de me rapprocher des gens qui m’ont influencés, comme je les ai cités tout à l’heure. Les éditeurs n’ont pas été séduits. J’espère avoir l’occasion de faire cette série car elle me tient à cœur.

BDE : Merci Simon et bonne continuation !
SVL : Avec plaisir.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 9 avril 2011

Extraits de l’album

© Le Lombard/Derrien/Van Liemt
© Editions Glénat/Derrien/Van Liemt
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*