Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec AnLor – Dessinatrice des Innocents Coupables

Rencontre avec AnLor – Dessinatrice des Innocents Coupables

Laurent Galandon écrit de magnifiques histoires. Pour son nouveau projet dans la collection Grand Angle, il s’est associé à une dessinatrice talentueuse qui rêvait de BD depuis toujours. Nous sommes allés à la rencontre d’AnLor afin de faire plus ample connaissance.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour AnLor. Tu rêvais de devenir auteur de BD, ce rêve se réalise avec Les Innocents coupables. Est-ce que celui-ci est à la hauteur de tes espérances ?
AnLor : Bien sûr ! Mon désir a toujours été de m’exprimer ainsi, et je peux enfin consacrer vraiment mes journées à la réalisation de BD… Que demander de plus ? Je n’ai jamais cru que ce type de rêve pouvait être démystifié lorsqu’on y touche enfin.

BDE : Tu lis des BD depuis ton plus jeune âge, quels sont les auteurs qui t’ont justement donné envie de faire ce métier ?
A : Vaste question… parmi les nombreuses BD qui m’ont marqué étant plus jeune, je peux citer Servain avec L’Esprit de Warren, Massimiliano Frezzato (Les Gardiens du Maser), Gilles Mezzomo, William Vance, Colin Wilson, Jean Giraud, Claire Wendling, Denis Bajram…

BDE : Peux-tu nous raconter ta rencontre avec Laurent Galandon et la naissance de votre projet commun ?
A : J’avais contacté Bamboo et sa collection Grand Angle avec un projet qui a retenu leur attention au niveau du dessin. Hervé Richez m’a fait lire le scénario des Innocents Coupables et j’ai tout de suite accroché. Mes essais les ont convaincus et on a démarré.

BDE : Laurent Galandon est un scénariste qui commence à avoir une certaine expérience, te laisse-t-il la possibilité de faire des propositions quant au déroulement de l’histoire ?
A : Pas vraiment sur le tome 1, qui avait déjà été bouclé lorsque je suis arrivée sur le projet. Mais davantage sur le tome 2 qui est actuellement en cours de réalisation, et dont j’ai pu lire la première version et ses affinages successifs. Je peux donner mon sentiment sur telle situation ou tel dialogue, de même que Laurent lit attentivement les planches une fois dessinées !

BDE : Ton expérience dans l’animation t’a-t-elle servi pour réaliser ton premier album ?
A : Certainement, je pense que tout cela s’est nourri. Dans quel sens ? C’est plus obscur… Lorsque j’ai commencé l’animation, j’ai pu m’atteler aux storyboards et animatiques facilement, car j’avais un certain regard sur la narration (cadrages, rythme…) nourri par la BD depuis toujours. Et puis, lorsque je me suis lancée dans Les Innocents Coupables, j’ai eu le sentiment que c’était au tour de l’animation d’enrichir ma narration BD, après quatre ans de décorticage d’épisodes et de scénarios…
Animation et BD sont deux façons de raconter par l’image et le temps et, si leurs codes sont un peu différents, ce sont finalement deux arts assez proches.

BDE : Y a-t-il un personnage auquel tu te sois plus attachée dans ce premier opus ?
A : Le tome 1 s’attache davantage à évoquer les motivations et le passé de Jean. Mais, pour autant, je n’ai pas moins d’attachement pour ses trois autres compagnons d’infortune ! Laurent a parfaitement su leur donner des caractères pleins de tendresse, entre enfance et abrupte réalité des adultes, un peu assombris par les événements traversés.

BDE : La série est prévue en trois tomes, as-tu déjà en tête tes prochains projets ? Peut-être Les Arboricoles, ton projet le plus personnel ?
A : Je suis vraiment à 100% sur le tome 2 des Innocents Coupables, et il reste encore le tome 3 ! Il est pour moi un peu tôt pour penser à la suite. L’avenir nous le dira !

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 23 mai 2011.

Découvrez aussi le blog de AnLor.

© Grand Angle 2011/Galandon/AnLor
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*