Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Victor Gischler – Scénariste de Deadpool Corps

Rencontre avec Victor Gischler – Scénariste de Deadpool Corps

« L’univers a besoin de nous, Wanda Wilson. Le destin de l’humanité est en jeu. J’ai besoin de ton aide, Deadpool parallèle d’un autre univers.
– Eh, minute! Ce ne serait pas une tentative furtive d’auto-inceste parallèle d’un autre univers comme la dernière fois?
– Non, non. C’était bizarre et dérangeant. Je ne veux plus entendre parler de ça. Enfin, on verra… »

S’il est un personnage de l’univers Marvel qui a le vent en poupe ces derniers temps, c’est bien Deadpool. Ayant survécu à une apparition dans le catastrophique X-Men Origins : Wolverine, il suscite l’enthousiasme des auteurs et des lecteurs, attirés par son humour noir et son total décalage. Toutes ses récentes aventures n’ont pas été traduites en France, mais une série a eu cette chance. Nous avons donc voulu interroger son scénariste, Victor Gischler, par ailleurs auteur de polars dont la réputation grandit parmi les amateurs.

Chronique du Tome 0

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le prélude de la série a été publié en France il y a peu de temps. Que peux-tu nous dire de ce projet assez peu commun ?
Victor Gischler : Ça a été vraiment très amusant à écrire. Je pense que quand on prend autant de plaisir à écrire quelque chose, alors ça se transmet au lecteur. Tout ce qui concerne Deadpool est de toute façon automatiquement différent de ce qu’on peut trouver dans une série Marvel. Il n’a vraiment rien à voir avec les X-Men ou les Avengers. Oui, il y a de l’action et de l’aventure, mais il y a aussi cette « stupidité amusante ». Deadpool est le seul personnage de comics à savoir qu’il vit dans des comics. Et Deadpool Corps nous offre cinq versions de lui. C’est dingue !

BDE : Deadpool est devenu l’un des personnages les plus appréciés des lecteurs. Quelles en sont les raisons à ton avis ?
VG : On aime tous rire. On respecte le fait que Deadpool soit un maître dans le maniement des armes et un grand guerrier, mais c’est une évasion pour le lecteur. Car il est irrévérencieux et ne respecte pas les règles habituelles des comics. En fait, Deadpool fait souvent les choses de la mauvaise manière et il s’en sort quand même bien (la plupart du temps !).

BDE : C’est aussi l’une des séries les plus ambiguës de Marvel. As-tu eu toute liberté pour l’écriture ?
VG : Quand j’ai commencé à reprendre la série Deadpool, on m’a dit dès le début de quelle manière le projet devait être mené. Mais on m’a ensuite donné carte blanche pour le poursuivre de la façon que je pensais être la meilleure. C’était finalement très libre.

BDE : Comment t’es venue l’idée de cette série ?
VG : J’avais écrit un chapitre de Deadpool (Merc with a mouth) dans lequel le personnage voyageait à travers les dimensions parallèles et rencontrait sa version féminine. Ça a suscité une idée à Axel Alonso, responsable chez Marvel, qui m’a alors proposé le concept d’une équipe de Deadpools composé de Deadpool, Lady Deadpool, Dogpool, Kidpool et Headpool.

BDE : Lequel de ces personnages est ton favori ?
VG : Ce sont tous mes préférés. Mais les chapitres consacrés à Kidpool et Dogpool ont été les plus amusants à faire !

BDE : Comment as-tu conçu chacune de ces versions du héros?
VG : En fait, comme je l’ai dit plus haut, c’est surtout une idée de mon éditeur. Mais à partir de ça, j’ai dû créer une histoire pour chacun d’eux. J’ai beaucoup aimé l’idée que l’école de Charles Xavier dans un monde alternatif soit un établissement pour enfants à problèmes (et plus pour surdoués). Une grande partie du plaisir à écrire sur cette série est de se moquer des codes du genre, et ce scénario m’a permis de me moquer de Xavier et des autres X-Men. Dogpool m’a lui permis de parodier une histoire d’origine assez familière. Chaque chapitre m’a donné l’occasion de montrer toute l’étendue de l’humour possible d’un Deadpool de différentes manières.

BDE : Chacun de ces chapitres a justement été confié à un dessinateur différent, dont les styles sont variés. Comment se sont faits les choix ?
VG : C’est pratiquement toujours le choix de l’éditeur. C’était très agréable pour moi de rendre mon scénario et d’attendre de voir quel graphisme allait être retenu ensuite. Tous les dessinateurs ont été très professionnels. J’aurais adoré pouvoir dessiner aussi, mais je n’ai absolument aucun talent dans ce domaine !

BDE : Étais-tu confiant pour avoir une suite à ce prélude ?
VG : Oui, car on m’a toujours dit que ce prélude était une introduction pour une série que j’écrirais directement par la suite.

BDE : Nous aurons la suite en France dès la fin du mois de septembre. Peux-tu déjà nous en révéler quelques éléments ?
VG : Pour moi, les prochains chapitres sont comme la suite du même film. Pour prendre un exemple, dans Les Douze Salopards, Lee Marvin devait rassembler et former ses hommes dans la première moitié du film, puis la mission en elle-même se déroulait dans une seconde. Le prélude était comme cette première partie. La suite montrera l’équipe embarquer pour une mission capitale.

BDE : Tu as aussi travaillé sur les aventures du Punisher et en ce moment sur X-Men. Est-ce un travail différent ?
VG : Non, car je prends beaucoup de plaisir à travailler sur tout ce qui est Marvel. Deadpool me manque beaucoup, mais c’est un honneur d’avoir un boulot récurrent sur X-Men et d’autres projets comme Dracula & Hulk.

BDE : Est-ce une technique très éloignée de ton travail de romancier ?
VG : Oui. A travers mes romans, je m’adresse directement au lecteur. Avec les comics, je dois tout communiquer au dessinateur et c’est lui qui s’adresse au lecteur. C’est une différence subtile.

BDE : L’écriture des scénarios t’a-t-elle amené à changer certaines choses ?
VG : Un peu. J’ai essayé d’amener mes compétences dans l’écriture des dialogues au niveau des comics. En retour, j’écris mes romans de façon plus rapide et dynamique, ce qui est très important en BD.

BDE : Est-ce plaisant de faire les deux en parallèle ?
VG : Ça peut être assez étrange. J’ai récemment commencé un nouveau roman, je me suis senti un peu rouillé, il faut retrouver la mécanique. J’aime faire les deux, mais il faut trouver la bonne marche à suivre pour chacun des deux styles.

BDE : Merci beaucoup !
VG : Et merci à toi. J’apprécie tous les lecteurs qui donnent une chance à mon travail, je leur en suis très reconnaissant !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 5 septembre 2011.

© 2010,2011 Marvel Entertainment
© 2011 Panini France SA/Gischler
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*