Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Marion Amirganian – Éditrice chez Ankama

Rencontre avec Marion Amirganian – Éditrice chez Ankama

Une Marion peut en cacher une autre”
ou comment on a rencontré Marion Amirganian, éditrice chez Ankama Éditions.

Le Festiblog donnait une bonne occasion aux troupes de Bulle d’encre d’aller tâter le terrain du blog BD et de ses acteurs, et de rencontrer une habituée de la manifestation, Marion Amirganian, qui nous a fait part de son travail d’éditrice chez Ankama.


Bulle d’Encre : Bonjour Marion. Pour commencer, peux-tu – vaste mission – te présenter, ainsi que les éditions Ankama et les gens avec qui tu peux travailler à Paris et Roubaix ?.
Marion Amirganian : Je suis éditrice à Ankama, où je travaille maintenant depuis presque deux ans. J’y suis responsable de plusieurs titres, par exemple Tu mourras moins bête de Marion Montaigne et 41€ pour une poignée de psychotropes de DAvy Mourier (coédité par Adalie) qui sont présents au Festiblog. A la base, j’étais étudiante en arts appliqués, et je voulais alors enseigner le design. Si ça paraît éloigné de la BD, cela fait très longtemps que je suis fan de BD. Mais j’ai bifurqué vers un Master d’édition, où j’ai pu faire pas mal de stages, dans la mesure où il était professionnalisant. J’ai commencé par un stage aux éditions Delcourt, comme infographiste – maquettiste. Ensuite, j’ai été aux éditions Tonkam, en manga. J’ai fini ma formation comme stagiaire aux éditions Ankama. Et j’y suis restée, l’ambiance y étant assez exceptionnelle et les titres y étant très intéressants.
A l’origine, je travaillais depuis Roubaix, mais Ankama possède aussi des bureaux à Paris, où je désirais revenir. Désormais j’y travaille tout en retournant régulièrement à Roubaix.


BDE : Tes missions d’éditrice, en quoi consistent-t-elles ? Dans quelle mesure agis-tu dans la sélection des auteurs et projets, dans leur suivi jusqu’à arriver à un manuscrit achevé, dans la fabrication, la commercialisation… ?
MA : En tant qu’éditrice, je suis le projet de la signature au départ imprimeur et même après sur les lieux de dédicaces ou les opérations promos, je peux être présente. Je suis donc en relation avec tous les intervenants de la maison d’édition, que ce soit la fabrication, les graphistes, le directeur éditorial, la communication, le marketing… C’est un rôle très central, je dois être capable de répondre aux demandes et aux questions des différents intervenants concernant le bouquin.

BDE : Et quels sont les liens entre les éditions Ankama et les autres branches de la maison (musique, jeux vidéos, animation) ?
MA : Oui, c’est une particularité du groupe, qui à la base est un des activités dans l’anim’ avec par exemple Wakfu chez Ankama animations, le jeu vidéo avec Dofus chez Ankama Games, les cartes TCG, les produits dérivés avec Ankama Products. Tout est parti – si on résume rapidement, ce qui est très dur – du jeu vidéo Dofus, ensuite adapté en manga, ce qui a amené à la branche édition. Anthony Roux, l’un des trois fondateurs d’Ankama (NDR : et homonyme du cofondateur de Bulle d’Encre !), a ensuite rencontré Run, qui a monté sa collection. Les trois piliers d’origine des éditions sont, si je ne me trompe pas, le manga Dofus, Maliki, célèbre bloggeur, et Run avec son label 619.
Si Wakfu est initialement une série animée et Dofus un jeu vidéo, on a développé des livres qui ne sont en aucun cas des produits dérivés, mais des ouvrages à part entière, des titres « transmédia ». C’est sur cette partie que je travaille, avec en plus des titres totalement indépendants.
Pour comprendre Ankama Éditions et Ankama plus généralement, il ne faut surtout pas s’imaginer une organisation totalement pyramidale, loin de là. C’est un ensemble de constellations qui gravitent les unes autour des autres.


BDE : Quelles sont tes lectures BD ? J’ai également vu que tu connaissais bien le Festiblog et le monde des BD en ligne, continues-tu de les suivre ?
MA : C’est hyper varié. J’ai suivi dès le début les blogs BD, avec Boulet, Pénélope Bagieu, les Chicou Chicou, avec toute la bande qui les constituent, Marion Montaigne dès les débuts de son blog, Poipoipanda, Martin Vidberg, Cha etc.
Quand j’étais petite, ma mère avait toute la collection des Tintin, mon père lui, m’achetait les Sylvain et Sylvette.
Mais sinon, je suis très attirée par les nouveaux auteurs comme Thomas Cadène, avec Les Autres Gens, que je suis sur le net et en livres. Ensuite, je suis très cliente de BD en noir et blanc, comme celles de Craig Thompson ou d’Adrian Tomine. Mais je lis aussi des mangas, mon passage chez Delcourt et Tonkam m’y a beaucoup poussée. Je suis une fan absolue de Tezuka, dont j’ai lu beaucoup de livres.
J’aime vraiment changer de types de BD, mais je dois avouer avoir mes périodes, où je vais dévorer pendant plusieurs mois exclusivement un auteur. Je n’ai lu à une époque que du Tezuka pendant 4/5 mois.
Sinon, la BD qui m’a donné envie de bosser dans l’édition est la série Donjon. Une amie m’a mise dedans quand j’étais en Arts appliqués, et après j’ai englouti beaucoup de Trondheim et de Sfar.
Je ne pourrais pas citer tout le monde, j’aime beaucoup Blain, ou encore les frères Olivier et Jérôme Jouvray, et leur atelier lyonnais KCS. Étant Lyonnaise, je suis de près ce qui s’y passe, c’est une belle ville de BD, qui bouillonne à ce niveau. Et pour revenir à KCS, la dimension atelier de la BD m’intéresse beaucoup, voir comment les auteurs y fonctionnent ensemble. J’ai pu aller rendre visite à l’atelier Manjari de Bastien Vivès, où travaille Marion Montaigne. C’est vraiment ultra intéressant de voir comment s’y passe le travail des auteurs.


BDE : Quel est ton avis sur l’évolution du blog, passant d’un petit milieu à une espèce de passage quasi obligé pour les jeunes dessinateurs ?
MA : La chose que je remarque sur les blogs BD, c’est qu’il s’agit d’un média qui a été pris d’assaut par beaucoup de maisons. C’est intéressant, parce que l’on voit vite que les bloggeurs BD maitrisent la communication du web. Je vois Marion Montaigne, qui communique beaucoup sur ce qu’elle fait par son blog et son Facebook.
Je reviens à lui, mais la personne qui m’étonne le plus est Thomas Cadène, avec ses Autres gens, qui prouve que ça peut marcher, dans la mesure où il parvient à atteindre une certaine viabilité. Après, est-ce un modèle économique largement reproductible ? Je ne sais pas encore, comme tout le monde. Bon, à part cela, il faut bien reconnaitre qu’on retrouve beaucoup de nouveaux bloggeurs qui recopient ce qui s’est déjà fait. Des Margaux Mottin, on en a quelques unes – Margaux Mottin étant peut-être déjà un clone de Pénélope Bagieu.
Le Festiblog reste un festival qui m’est cher. Ça donne une réalité à des relations lecteurs bloggeurs, qui passent le reste de l’année par le web.
Maintenant, on m’a récemment demandé si Ankama Éditions avait une volonté de créer un deuxième Shampooing, la collection de Lewis Trondheim qui a été précurseur en publiant Martin Vidberg et son Journal initialement diffusé en ligne… Beaucoup d’éditeurs se sont lancés depuis sur ce créneau, mais chez Ankama Éditions ce n’est pas du tout notre politique. Une BD mise en ligne par son auteur est intéressante mais pas parce que c’est un blog. Je vois notre travail avec Marion Montaigne pour bien différencier son site et le livre, où l’on a intégré beaucoup de contenu inédit. Il y a eu beaucoup d’investissement, avec pas mal de choses à redessiner, un travail pour rassembler ses planches sous des chapitres afin de proposer une organisation particulière au lecteur…

BDE : Mais comment l’éditeur prend-il en compte la fréquentation d’un blog BD à partir duquel l’auteur veut faire un livre ?
MA : Sans langue de bois, c’est un élément que l’on prend en compte. Marion Montaigne, qui nous a sollicités, était connue par son blog par beaucoup de monde chez Ankama Éditions. Elle avait fait un effort particulier pour nous montrer ses chiffres de fréquentation, avec des notes à plus de 10 000 visiteurs uniques. Cela nous sert, et on le communique aussi aux libraires, qui peuvent y trouver un élément qui les rassure sur l’existence d’un potentiel lectorat papier.
Attention, on ne se limite surtout pas à ça, mais ça a son importance. Disons que c’est aussi important que regarder combien a vendu un auteur pour ses précédents ouvrages.


BDE : Pour la BD sous format numérique, où en est Ankama Éditions, que l’on peut imaginer assez en pointe sur ce sujet, vu les activités de l’ensemble du groupe et les compétences développées pour se faire ?
MA : On est vigilant sur ce point, clairement. Pour les comics Wakfu, on a créé un player, avec un travail sur la façon de le lire particulière, afin d’y intégrer un certain dynamisme dans la lecture.
Il y a aussi eu MaxiMini, un projet de la partie Animation Web d’Ankama qui est une expérience de lecture interactive, à voir absolument, c’est super beau ! (www.maxi-mini.fr/fr).
Mais beaucoup de choses restent à faire. Et c’est vrai que dans les différentes branches de la maison on pourrait assez rapidement trouver des compétences pour le numérique.
Bon après, je reste une éditrice qui se consacre au papier au sein d’Ankama. A titre personnel, mon travail c’est vraiment de faire des objets « livre ». Je ne crois pas à un numérique bouffant le papier, tant que notamment notre travail de fabrication est valorisé, avec de beaux ouvrages, un bon papier, une belle couverture. Ces choses-là permettent de fournir un livre de qualité, qui conserve tout son intérêt. Le dernier collector de Maliki, avec sa tranche dorée par exemple, plait beaucoup, comme la couverture avec le petit dessin en creux d’Alphonse Tabouret de Jérôme d’Aviau, Sibylline et Capucine. On a, chez Ankama, rapidement pris le pli de faire de beaux livres, qui vont en plus pouvoir se démarquer dans les rayonnages des libraires, et les auteurs y sont très sensibles, ce qui les rapproche souvent de nous.


BDE : Que viens-tu faire au Festiblog ? Retrouver des têtes connues, t’assurer que tes auteurs et leurs livres sont bien mis en avant, établir de nouveaux contacts, chercher de nouvelles idées ? En quoi est-ce particulier par rapport à un festival BD « classique » ?
MA : Régulièrement, je viens vérifier si tout se passe bien pour nos auteurs présents sur la manifestation, si leurs livres sont bien proposés à la vente, etc. On a fait imprimer de petites cartes postales promo, similaires à celles que l’on trouve au début de chaque aventure de la Professeure Moustache de Marion Montaigne, et je veille à ce qu’elles soient bien proposées au lecteur, et je les distribue aux festivaliers !
A ce propos, les auteurs qui ont dessiné les cartes présentes dans le tome 1 de Tu mourras moins bête sont pour certains présents au Festiblog. C’est l’occasion d’aller les remercier, de m’assurer qu’ils ont bien reçu leur exemplaire. C’est aussi une façon de me tenir au courant des nouveaux auteurs, de rencontrer des bloggeurs… Sans que ce soit forcément une chasse pour éditer un nouvel auteur chez nous, mais c’est une bonne façon d’aller prendre des contacts.
Et j’aime bien aller sonder les lecteurs pour avoir leurs impressions, ici sur les livres de DAvy Mourier ou Marion Montaigne. Après, ces derniers n’ont pas ici trop besoin de moi. L’équipe du Festiblog est au petit soin pour eux, donc je n’ai pas trop à m’en faire.
Je dois quand même avouer que j’ai un petit lien personnel avec le Festiblog, où je me suis rendu bien avant de travailler dans l’édition.
Mon métier ne s’arrête pas à la sortie de mon bureau. Marion sait par exemple qu’elle peut sans souci m’appeler le soir ou m’envoyer un texto. Derrière un bouquin, il faut savoir aussi qu’il y a un éditeur qui a fait son mieux et se dépense pour que le livre soit le mieux possible. Chez Ankama Éditions, on a de façon générale un gros suivi de nos auteurs. Il ne s’agit pas de les infantiliser mais de se montrer disponible pour eux.


BDE : Quel conseil donnerais-tu pour devenir éditeur de BD ?
MA : Tiens, quelque chose de tout bête : travailler en librairie, ce que j’ai fait avant mon master et mes différents stages. Je pense qu’il n’y a rien de pire que de ne pas savoir ce qui se passe dans la vente et le travail des libraires. Il faut savoir qu’ils sont surchargés de livres et comment leur défendre nos ouvrages, pour leur donner envie de les mettre en avant.
Sinon, il faut bouffer du livre ! Voir ce qui sort ailleurs, ce qui se fait dans l’édition littéraire, s’intéresser aux couvertures… Et surtout, être très attentif aux auteurs en s’adaptant à leurs besoins : certains auteurs sont hyper flippés, d’autres ont besoin de soutien à certains stades de l’écriture. Bref, il faut apprendre à les connaitre et réussir à répondre à leurs spécificités.

BDE : Pour finir, je te demande de défendre becs et ongles mais à la mode twitter en 140 signes (je ne compterai pas, mais bon tu vois l’idée) les livres sortis sous ta responsabilité cette année ou à sortir d’ici Noël.
MA : Mais je n’aime pas du tout twitter (Rires). Bon sang, c’est dur ce que vous me demandez !
Bon, Tu mourras moins bête de Marion Montaigne : drôle, décalé avec un dessin fabuleusement dynamique.
Le livre de DAvy Mourier, 41€ pour une poignée de psychotropes : émouvant, une vraie tranche de vie, un carnet intime entrecoupé de BD.
Et pour ce qui me concerne, il y aura dans les sorties à venir Angus de Régis Donsimoni, le dessinateur du Collège invisible : l’histoire d’un chat aventurier, c’est très dynamique, avec des gags à chaque coin de page, un vrai bonheur !
C’est bon, j’ai respecté le format ? (Rires)

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Damian Leverd, avec la complicité d’Anthony Roux (le nôtre!) et Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 25 septembre 2011.

© Ankama 2011
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

3 Commentaires

  1. vernay-perreau
    Posté 18 octobre 2011 at 17 h 35 min | Permalink

    Trop forte ma pucette!!

  2. Magloire Lou
    Posté 12 mars 2012 at 13 h 05 min | Permalink

    Bonjour, je voudrais savoir quelle est la formation que vous avez suivi, et je voudrais savoir comment entre t-on à la maison d’édition Ankama? s’il vous plaît. Je m’intéresse à ce métier.

  3. Nicolas
    Posté 14 mars 2012 at 14 h 04 min | Permalink

    Réponse de Marion :

    Eh bien j’ai fait un Master pro « édition-multimédia » à l’Université de Marne-la-Vallée et des stages 🙂 (mais sinon avant il y a des Licences pro « métiers du livre ») et je conseillerais de faire des salons, rencontrer des gens, et être libraire un moment c’est très utile pour comprendre comment ça fonctionne. Après, il y a plein de voies possible !

    Et pour « comment entre t-on à la maison d’édition Ankama? » : alors là 😀 comme dans toute boîte, en postulant et en ayant quelque chose à apporter pour faire avancer le chmilblick ^^
    L’idée quand même (à mon avis), c’est d’avoir envie de devenir éditeur mais pas spécifiquement tout de suite pour une maison en particulier.

    À la limite il faudrait que vous alliez voir le site de l’Asfored aussi

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*