Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Entretien avec Nancy Peña – Auteur de It is not a piece of cake

Entretien avec Nancy Peña – Auteur de It is not a piece of cake

Quand elle ne déploie pas tous ses talents d’illustratrice, Nancy Peña sort de sa belle contrée jurassienne pour délicatement œuvrer à l’élaboration de belles infusions pour le 9ème art. Élevée au rythme des cases de Will Eisner et amatrice entre autres d’Italo Calvino, cette Toulousaine d’origine poursuit ses aventures entre époque victorienne, saveurs japonaises et créatures félines et aviaires dans It is not a Piece of Cake, tout juste sorti des presses de La Boite à bulles. L’occasion de faire le tour son univers avec cette auteur qui nous a accordé beaucoup de son temps pour patiemment tisser un portrait chinois.

Bulle d’Encre : Si vous deviez garder un seul livre qui vous a marquée petite et que vous rêveriez d’illustrer ?
Nancy Peña : L’Île au trésor de Stevenson, même si le livre n’a pas besoin d’illustrations. La carte dessinée au début est propice à toutes les divagations. Je rêve d’inventer une histoire à partir de la carte d’une île, moi aussi. On m’a offert l’Atlas des îles abandonnées et je compte sur lui pour imaginer un récit. Sinon, très petite, mon livre de chevet était Boucle d’or et les trois ours, illustré par Richard Scarry, et on peut dire que j’ai allègrement aidé Scarry à recolorier ses dessins.

BDE : Si l’on ne devait passer que dans un lieu de la région toulousaine dont vous êtes originaire ?
NP : Le cloître des Augustins (http://www.augustins.org/fr/monument/accueil.htm). Quand j’étais étudiante, je pouvais y entrer gratuitement, et j’y venais lire et me reposer. J’y ai aussi passé du temps à dessiner lors de stages organisés par Catherine Escudié, mon professeur d’atelier qui m’a tout appris. De manière générale, je crois que j’aime bien les petits lieux secrets, les refuges.

BDE : Si vous deviez vous remémorer une saveur enfantine d’infusion ou de thé, bien avant l’écriture de Tea Party ?
NP : Hélas, le goût détesté de la verveine en classe de neige, que j’étais obligée de finir chaque soir. Maintenant, j’adore.

BDE : S’il ne fallait se rappeler que d’un film qui vous a influencée et continue de le faire ?
NP : La Nuit du chasseur. Ou alors Huit et demi. Ou alors Invasion. Des films en noir et blanc, je me rends compte…

BDE : Si vous pouviez acquérir la maitrise d’une technique qui vous a toujours échappé, pour telle ou telle raison, ou dont vous ne pouvez user faute de temps ?
NP : La couleur directe, n’importe quelle technique. C’est ma grande frustration. J’aimerais aussi me remettre à la gravure sur cuivre, qui a beaucoup influencé mon trait à la plume.

BDE : S’il y avait une qualité qui vous pousserait à revenir à l’enseignement ?
NP : Une qualité que j’aurais acquise : l’autorité naturelle. Une qualité que l’éducation nationale aurait acquise : la confiance en ses professeurs. Le manque d’autonomie et de liberté est un vrai frein.

BDE : Si vous aviez à dessiner un végétal du Jura que l’on peut croiser par chez vous?
NP : Ce serait un jardin entier, avec un potager et des vivaces. Les jardins du Jura me rappellent les jardins de curé et les cloîtres de Toulouse justement. Le Jura est un véritable jardin de cocagne, on rentre souvent rassasiés des promenades. Du coup, en ballade, je prends plutôt un panier qu’un carnet de dessin.

BDE : S’il y avait un parfum ou une senteur que vous verriez bien accompagner l’un de vos albums de La Guilde de la mer ?
NP : C’est le sens qui est chez moi le moins développé… Une odeur d’iode mêlée à celle du graillon, peut-être…

BDE : Si vous ne deviez conserver l’image que d’un seul comportement de la mer, très présente dans vos écrits ?
NP : La mer écumante, celle des estampes japonaises. Dans l’album qui suivra Tea party, on lira un conte parlant d’une femme-océan, justement. Son kimono devient une mer déchainée lorsqu’elle est furieuse.

BDE : Si vous pouviez vous téléporter dans une période de l’histoire (victorienne ou autre !), où vos envies vous pousseraient à vous rendre, pour aller y puiser de nouvelles idées, y rencontrer des artistes et personnages chéris ou encore y observer la mode vestimentaire ?
NP : Ce serait très dur de choisir… entre la renaissance italienne, l’antiquité, les années folles… En tous cas, j’aimerais me pencher au-dessus de l’épaule d’Arthur Rackham pour le voir travailler, et me balader dans Toulouse à toutes les époques.

BDE : S’il y avait un acteur dont vous aimeriez entendre la voix porter les paroles de l’un de vos personnages ou écouter en narrateur d’une de vos histoires ?
NP : En français, Jean-Pierre Marielle; en anglais, Q-tip !

BDE : S’il y avait une couleur qui pourrait remplacer le noir dans vos planches d’album en noir et blanc ?
NP : Une couleur en particulier, je ne sais pas, mais elle serait assurément cassée au rouge.

BDE : S’il y avait un plat gastronomique que vous restituez encore mieux en le cuisinant qu’en le dessinant ?
NP : Je ne cuisine plus depuis que mon mari s’appelle Guillaume Long (NDLR : pour plus d’explication, voir A boire et à manger).

BDE : S’il y avait des goodies que vous aimeriez proposer à vos lecteurs en plus de ceux disponibles sur votre site ?
NP : Céline, une très grande amie couturière, travaille actuellement à coudre les costumes présents dans Le Chat du kimono et Tea party. Nous allons réaliser un artbook présentant mes dessins et ses créations. Je ne pouvais pas rêver mieux, voir s’animer le kimono pour de vrai !
Le dessin est une activité beaucoup plus mentale que manuelle, et cette collaboration avec Céline est très riche. Je dessine aussi dans le prochain album des éléments qu’elle a confectionnés, ce qui me permet d’inventer de nouvelles scènes. J’aime beaucoup travailler à partir de ce genre de petites contraintes.

BDE : S’il ne fallait retenir qu’une émotion que vous voudriez susciter avec votre It is not a Piece of Cake ?
NP : Une émotion, je ne sais pas. J’essaie de retrouver un peu l’ambiance des polars façon Agatha Christie, avec plusieurs personnages enfermés dans un manoir écossais et une énigme à résoudre. Je voudrais aussi parler de la famille et des rapports ambigus que l’on entretient avec un parent, entre amour, concurrence et culpabilité.

BDE : Si vous aviez à réaliser une bande dessinée sur un musicien ou à illustrer la pochette de son album ?
NP : Nous l’avons fait avec Guillaume, avec Angil pour l’album The And. C’était une expérience très intéressante car j’étais chargée du déco du livret, et je devais inventer une sorte de paysage auditif pour chaque morceau. L’idée était aussi de retrouver par le décor le spectre musical des chansons. Guillaume a lié ces paysages en inventant un scénario porté par la déambulation de trois petits personnages.

BDE : Si vous aviez à choisir un pays où séjourner pour aller y puiser de nouvelles inspirations ?
NP : J’aime beaucoup les capitales, alors je pense que ce serait une grande ville. Les voyages en Europe me dépaysent déjà beaucoup, alors j’aimerai d’abord voir Florence et Rome, Prague… Et aussi, pour revenir à la première question, des îles, comme Jersey et Guernesey, ou les îles Borromées.

BDE : Et si un musicien, classique ou contemporain, accompagnait vos albums, en particulier votre dernier ?
NP : Je ne brille pas par ma culture musicale, alors je fais la réponse la plus évidente : la musique d’Elgar et en particulier les variations Enigma.

BDE : Pour finir, dans la mesure où vous avez un lien fort avec les félins, si vous deviez vous comparer à une race de chats, quelle serait-elle, et pour quelles raisons ?
NP : Je viens de découvrir l’existence des chats Singapura qui, selon la légende, vivaient dans les égouts de Singapour et en auraient gardé deux caractéristiques : une grande frilosité et des yeux grand ouverts.

Propos recueillis par Damian Leverd

Interview réalisée le 15 octobre 2011

© La Boite à Bulles 2011/Peña
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*