Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Valentin Sécher – Dessinateur de Khaal

Rencontre avec Valentin Sécher – Dessinateur de Khaal

« Je vais leur rappeler qu’ils ne sont pas là pour penser par eux-mêmes. Je suis leur conscience, je suis leur âme. Les seules choses que je veux entendre sortir de leurs bouches sont les mots que j’aurai inscrits dans leur tête, par la peur… Des mots comme : Khaal n’a rien perdu de sa colère, Khaal n’a rien perdu de sa soif de conquête, Khaal n’a rien perdu de son goût pour le sang, Khaal est le sommet de la chaîne alimentaire. »

Tout jeune dessinateur, Valentin Sécher a fait une entrée impressionnante dans le monde de la BD. Soutenu par le prolifique et génial Louis, il a fait preuve dès son premier album d’un trait virtuose et d’un sens rare du rythme. Promis à un bel avenir, il est revenu avec nous sur cette expérience lors du festival Quai des Bulles.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Avec Khaal, tu fais une entrée tonitruante dans le monde de la BD, avec des lecteurs qui semblent emballés. Quelles sont tes impressions sur les retours de ce premier album ?
Valentin Sécher : C’est vrai que c’est génial ! D’abord, c’est super encourageant pour la réalisation du tome 2. On se rend compte qu’on ne fait pas les choses dans le vide, que des gens sont là pour voir ce qu’on fait. Et cet accueil critique était surtout ce qui m’inquiétait. Vu que c’est un premier album, j’étais vraiment inquiet. Les ventes aussi sont importantes, mais j’attendais surtout les critiques. A ce niveau-là, on a été plutôt bien servi. C’est donc encourageant mais ça fout la pression pour la suite ! (rires)

BDE : Justement, cette suite n’était au départ pas prévue avec toi. Pourquoi avoir finalement prolongé l’expérience ?
VS : C’est vrai que le tome 2 était prévu avec quelqu’un d’autre. Moi, j’avais signé pour un seul album, c’est ce qu’on m’a toujours conseillé. C’est plus facile de débuter avec un one-shot que sur une série. Si ça se passe mal avec le scénariste, si l’éditeur change de politique… Beaucoup de choses peuvent arriver. Mais ça s’est finalement super bien passé avec Louis et Jean-Luc Istin, alors je vais poursuivre sur les deux prochains tomes si tout va bien.

BDE : C’est en plus le premier album d’une nouvelle collection. Ça pouvait rajouter à la pression !
VS : Oui ! Mais ils m’ont fait confiance et je leur en suis très reconnaissant.

BDE : Te voilà donc dans la grande famille de Louis ?
VS : Avec lui, ça se passe hyper bien, il est tellement sympa ! Il est tellement bon aussi que ça impose le respect. Tu ne peux avoir envie de décevoir quelqu’un comme lui. Au niveau humain et boulot, c’est un type génial. Je ne veux pas trop lui lécher les bottes, mais c’est vrai ! (rires) Tout le monde me dit que j’ai eu une chance énorme de tomber sur un mec comme ça. J’ai énormément appris grâce à lui car il me donne beaucoup de conseils. En un album, j’ai découvert plein de trucs. C’est vraiment une très belle expérience car c’est quelqu’un de très professionnel.

BDE : As-tu été en contact avec des dessinateurs de son « cercle » ou d’autres ?
VS : Oui, j’ai eu quelques échanges avec Arnaud Boudoiron (Nirvana), par mails car je ne l’ai jamais rencontré. C’est aussi quelqu’un que j’admire énormément, il a un dessin terrible et il est très ouvert aux questions. Pour le coup, je lui ai surtout posé des questions sur l’informatique car je n’étais pas du tout à l’aise avec cet outil. C’était une des premières fois que j’utilisais un logiciel pour coloriser mes planches. Il m’a donné beaucoup de conseils sur différents points.
Il y a aussi Thimothée Montaigne qui m’a « lancé ». C’est lui qui a parlé de moi à Jean-Luc Istin.
A part ces gens-là, je connais peu de dessinateurs. Je commence à en connaître un peu plus, même si ils deviennent plus des copains de traine ! (rires) Quand tu es le petit nouveau, tu n’arrives pas forcément à mettre un nom sur un visage.

BDE : La réalisation de l’album a-t-elle difficile, ou longue ?
VS : C’est vrai que mon style est assez compliqué à mettre en place. Ça demande pas mal de temps pour finir une planche. Au début, c’était fastidieux, j’ai galéré sur certains passages. Mais finalement ça s’est bien passé, Louis m’a beaucoup encouragé et je n’en ai pas bavé tant que ça. Au niveau des délais, j’étais aussi bien aidé, on m’a donné le temps qu’il fallait pour faire l’album et j’ai pu apprendre à garder un rythme.

BDE : Il ne fallait surtout pas bâcler le premier travail.
VS : Voilà. Je ne voulais surtout pas entendre dire « c’est un bon petit jeune, il y a du travail et plus tard ça pourra donner quelque chose ». Surtout pas ! Je voulais que les lecteurs se demandent ce que j’avais pu faire avant en sortant un produit fini. Pas du travail de débutant. Je ne voulais pas que ça ressemble à un premier album.

BDE : Mission accomplie !
VS : Alors c’est cool ! (rires)

BDE : A la lecture, on sent quelques grandes références. Peux-tu nous en parler ?
VS : Des références forcément aux comics, Alex Ross, Travis Charest, Adam Hughes, des gens comme ça… Ce sont des dessinateurs qui m’inspirent, même si je ne lis pas beaucoup de comics. Mais j’adore ces auteurs.
Il y a aussi des illustrateurs, comme Drew Struzan, qui a dessiné les affiches des Star Wars et des Indiana Jones. Quand j’ai vu son boulot et sa façon de travailler, je me suis dit que c’était génial, quelle technique ! Sinon, j’aime ceux des années 50, comme Norman Rockwell, qui arrivent à garder un style réaliste mais pas figé. On pourrait dire du « cartoon réaliste ».

BDE : Chacune de tes planches ressemble d’ailleurs à une illustration, avec le même niveau de détail.
VS : C’est ce que Louis me dit, de faire attention car c’est de la BD, pas de l’illustration. Bon, je ne peux pas non plus trahir ce que j’ai commencé avec le tome 1. C’est à moi d’accélérer le rythme, sans baisser la qualité.
Entre les premières planches de cet album et ce que je fais en ce moment, je vois déjà la différence. Je passais par des étapes que je saute maintenant. Une fois l’album imprimé, je me suis rendu compte que ça ne servait à rien de passer autant de temps sur des détails qu’on voit à peine. Il faut apprendre de ses erreurs et se focaliser sur les choses vraiment importantes. Les lecteurs ne regardent que les éléments principaux, il faut savoir en laisser de côté pour servir l’histoire.

BDE : As-tu déjà retenu des améliorations à apporter ?
VS : Je sais que j’ai de toute façon plein de choses à améliorer dans le tome 2, sincèrement. Au niveau du dynamisme des personnages, au niveau des gueules – il faut les différencier les unes des autres pour ne pas avoir l’impression que tout le monde couche ensemble ! – et au niveau du design. C’est pour ça que j’aime aller voir du côté des dessinateurs dans le domaine du jeu vidéo, ils ont une imagination totalement débridée. J’adore les regarder travailler.

BDE : La science-fiction est-elle ton registre favori ?
VS : Oui, clairement ! Mon père était fan de L’Incal, des Méta-Barons, etc. Ce sont les premières BD que j’ai eu entre les mains. Mon premier contact a été Moebius, forcément ça se retrouve après, même inconsciemment. Khaal est clairement influencé physiquement par le Méta-Baron. D’autres personnes me parlent de Vin Diesel ou de Kratos dans God of War… Bon, c’est vrai, il est chauve, baraqué et énervé, alors… chacun voit selon ses références.
Peut-être que plus tard je pourrai m’essayer à l’heroic fantasy, j’aime bien ça, comme le space opera. Mais pas encore. Je ne peux pas trop faire du réalisme, car j’ai un style déjà réaliste et ça donnerait l’impression de voir du roman-photo. Je pense que le dessin doit être complémentaire de l’histoire. Un trait lâché sur un récit réaliste, par exemple, apporte un contraste intéressant. La SF est tellement délirante, avec ses races ou ses planètes imaginaires, qu’un dessin réaliste donne du poids à l’histoire. A mon avis, je resterai dans la fantasy, c’est très créatif.

BDE : C’était donc une belle occasion de commencer dans ce registre.
VS : C’est surtout Jean-Luc Istin qui m’a dit que Louis était prêt à écrire un scénario en fonction de ce que je voulais faire. Finalement, ça n’a pas été adapté à moi, car sa première idée m’a tout de suite plu, même si ce n’était pas un one-shot. Et j’ai su dès la quatrième page du tome 1 que je voulais faire la suite. Après, ça ne dépendait pas que de moi. J’ai demandé à Jean-Luc si les ventes rentreraient en compte et il m’a rassuré en disant de ne pas m’en préoccuper. Personne n’attendait cet album et on sait que c’est un public précis pour la SF. On ne vise pas les ventes de Titeuf. Ce n’est pas mon but, je voulais faire cet album pour montrer que j’existais et que j’étais là.

BDE : Les prochains mois vont donc être bien remplis !
VS : Ah oui ! Le tome 2 est déjà commencé, mais il va falloir accélérer le rythme. Il y a d’autres travaux à côté et les séances de dédicaces. En tant que jeune auteur, tu dis oui à tout le monde, alors tu vas partout… Le week-end, c’est pourtant un jour travaillé pour moi, donc ça fait un jour en moins. Mais je ne regrette pas, c’est top de voir les réactions des gens.

BDE : Est-ce que la suite va permettre de varier les décors ?
VS : Sans en dire trop pour ceux qui n’ont pas lu le tome 1, pour ne pas révéler la fin, il y a moyen de voir du pays. Ça s’ouvre un peu et l’endroit dans lequel se retrouve Khaal – attention à ne pas spoiler – est assez vaste pour faire une quinzaine d’histoires rien qu’à l’intérieur. Mais il veut voyager, c’est un Empereur qui a soif de conquêtes. J’ai eu l’histoire des tomes 1 et 2 dans les mains, honnêtement j’adore. Je l’ai dit à Louis, c’est hyper motivant. Si j’arrive à faire ce qu’il veut que je fasse, ça peut rendre quelque chose de pas mal car il y a moyen de faire des trucs délirants.

BDE : Merci beaucoup !
VS : Merci !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 30 octobre 2011.

© MC Productions/Louis/Sécher
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*