Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Sylvain Lemay et André St-Georges – Auteurs de Pour en finir en novembre

Rencontre avec Sylvain Lemay et André St-Georges – Auteurs de Pour en finir en novembre

Deux auteurs réunis pour parler du Québec contemporain en BD. Les à cotés de la crise d’octobre revisités par l’intermédiaire du destin croisé de quatre amis. Sylvain Lemay et André St-Georges ont croisé leurs talents respectifs pour nous donner Pour en finir avec Novembre. Nous croisons leurs idées dans le cadre de cette entrevue qu’ils ont accepté gentiment de nous donner.

Chronique de l’album


Bulle d’Encre : Bonjour. Comment vous est venue l’idée de ce livre ?
Sylvain Lemay : En 1994, après avoir vu le film de Pierre Falardeau, Octobre. Je connaissais l’histoire, évidemment, mais ce qui m’avait marqué lors de la projection avait été de me rendre compte que les membres de la cellule Chénier étaient au début de la vingtaine au moment des événements d’Octobre 1970. Je me suis alors imaginé que d’autres jeunes du même âge avaient dû être exaltés par tout cela et l’idée d’une cellule créée en appui aux ravisseurs m’est venue en tête. D’ailleurs, en faisant la recherche, je me suis rendu compte que plusieurs communiqués avaient été envoyés aux médias durant ce mois d’octobre, des communiqués signés FLQ, mais qui étaient des faux. L’idée d’obscures cellules n’était donc pas idiote. J’ai vécu longtemps avec cette idée en tête et, en 2008, lorsque j’ai eu envie de concrétiser un projet de livre, c’est cette idée de scénario que j’ai retenue et que j’ai proposée à André.
André St-Georges : C’est Sylvain qui est arrivé avec ce projet, qu’il mijotait depuis longtemps. Il y a eu pas mal de rencontres afin de discuter de la forme qu’on lui donnerait.

BDE : Quelles ont été les difficultés à gérer les différents retour dans le temps, tant au niveau du scénario que du dessin ?
SL : Ce qu’il fallait, c’était de ne pas (trop) perdre le lecteur et que chaque scène, malgré le jeu avec la chronologie, devait s’insérer dans une certaine progression continue.
ASG : D’un point de vue dessin, c’était important de ne pas oublier que les personnages et les lieux changent d’une époque à l’autre. Il faut tenir compte de l’état des personnages (chevelure, habillement, vie familiale), des lieux (immeubles existants ou non), des véhicules, etc, d’une époque à l’autre sans oublier de détails dans le processus.

BDE : Comment avez-vous travaillé ensemble en termes pratico-pratiques ?
SL : J’ai envoyé un synopsis à André. Par la suite, nous avons tenu de nombreux 5 à 7 où nous discutions de l’histoire, de la vie des personnages, etc. Une fois que nous tenions l’architecture du récit, nous avons établi le contenu de chaque scène. Par la suite, j’écrivais les scènes dialoguées et nous en rediscutions autour d’une bière. De son côté, André découpait chaque scène et il me présentait le résultat. Je donnais alors mon avis. L’élaboration du livre s’est donc faite avec de constants aller-retours entre nous deux. Et c’est ainsi que nous travaillons pour le livre suivant.
ASG : Exactement comme l’a dit Sylvain ! C’est la raison pour laquelle on n’a pas écrit « texte de » et « dessins de » sur la couverture. Ce fut un échange du début à la fin.

BDE : L’histoire est parallèle à celle d’octobre 1970, qui n’est pas ou peu abordée en BD actuellement. Est-ce encore difficile d’en parler au Québec ?
SL : Je ne crois pas que ce soit difficile mais, effectivement, peu d’écrivains utilisent cette période comme toile de fond de leurs fictions, et encore moins des auteurs de bande dessinée. C’est un matériau qui existe et qui fait partie de notre histoire collective. Tenter de le nier serait une grave erreur. Et puis cela fait quand même 40 ans que tout cela s’est passé. Les Américains ont réalisé des films sur la guerre du Vietnam dès les années 1970. Le livre de Louis Hamelin, La Constellation du lynx, qui porte sur cette période, a connu un certain succès. Il a même remporté le Prix des collégiens, un prix décerné par de jeunes lecteurs qui ont à peine 20 ans.
ASG : Je pense en fait que dans la foulée du 40e anniversaire des événements en question, il y a eu une grande curiosité à ce sujet chez ceux qui ne les ont pas vécus et on a pu en profiter. Ça reste un épisode important de notre histoire. Si Denis Villeneuve a pu faire Polytechnique moins de 20 ans après cette tragédie, il n’y a aucune raison d’attendre avant de parler de la crise d’octobre 70. Il ne sert à rien de mettre notre histoire de côté sous prétexte que ça pourrait froisser des gens ou évoquer des mauvais souvenirs.


BDE : Globalement, on trouve de la BD faisant référence à l’époque de la colonisation du Québec, mais peu sur l’histoire du XXème siècle, alors qu’on trouve de nombreux livres y faisant référence. Est-ce qu’il y a une lacune à combler ?
SL : Sûrement. L’histoire du vingtième siècle est abondamment travaillée dans la bande dessinée européenne ou américaine, mais très peu au Québec. Pourtant, les romans historiques québécois fonctionnent très bien et se retrouvent souvent sur les listes de best-sellers. En bande dessinée, il y a quelques exemples, notamment Rapt et sigle de Toufik qui date de 1982 mais sinon c’est vrai que les histoires sont très contemporaines. Peut-être l’influence de l’autobiographie de ces dernières années.
ASG : Michel Rabagliati est devenu un phare pour la BD québécoise à l’échelle internationale. Il traite justement du Québec du 20e siècle et plusieurs clins d’œil sont faits à notre histoire récente. Plusieurs autres auteurs traitent de la vie au Québec dans des œuvres plus personnelles mais il semble effectivement y avoir de la place pour l’histoire récente.

BDE : On trouve de plus en plus d’ouvrage de BD de finissantes de l’UQO. Est-ce possible de faire un bilan de ce programme, tant du point de vue du responsable que de celui d’un ancien étudiant ?
SL : Le nombre, sans cesse grandissant, de diplômé(e)s qui publient et qui sont actifs dans le milieu de la bande dessinée au Québec est, évidemment, ma plus grande fierté. Mais le milieu de la bande dessinée au Québec n’est pas facile. Je calcule qu’environ 10 à 15% de nos diplômés sont actifs d’une façon ou d’une autre. Ces chiffres sont les mêmes que pour les finissants de l’Université Seika de Kyoto qui offre un programme en bande dessinée depuis 2000. La différence, c’est qu’il est plus facile de vivre de la bande dessinée au Japon qu’au Québec. Nous avons également des étudiants qui viennent étudier chez nous, mais qui n’ont aucun désir de vraiment faire de la bande dessinée par la suite. Nous formons aussi des lecteurs critiques, ce qui est tout aussi bien.
ASG : Beaucoup d’étudiants qui sont passés par le programme à l’UQO sont devenus des joueurs actifs sur la scène québécoise. On n’a qu’à penser à des initiatives comme Front Froid, le Studio Premières lignes, le C9, et à des auteurs comme Iris, Myriam Roy, Jean-Sébastien Bérubé et autres pour s’en rendre compte. Oui, le milieu reste difficile mais de voir tant de monde qui y croit et qui désire le développer, ça fait du bien !


BDE : Pour en finir avec novembre a été nommé « coup de cœur » Renaud-Bray. Que pensez-vous de cette reconnaissance ?
SL : Ce fut notre première marque de reconnaissance. Nous l’avons appris dans les jours qui ont suivi le lancement. Ce fut, pour moi, la première preuve que nous avions réussi notre projet. Même si un éditeur (Les 400 Coups) s’était intéressé au livre, j’ai douté longtemps. Je me disais que le livre avait été accepté à cause de mon nom, car je suis quand même actif depuis de nombreuses années dans le milieu de la bande dessinée au Québec. Mais entre le temps où le livre a été terminé et le moment où il est sorti, j’ai eu de nombreuses angoisses. J’avais embarqué André dans ce projet et je me sentais responsable. Il a beaucoup travaillé et, si le livre avait été un flop, je me serais senti coupable. J’avais peur des critiques, mais surtout j’avais peur que le livre passe inaperçu, dans l’indifférence générale. Quand ça fait trois ans que tu travailles sur un projet, c’est assez freakant. Et si Michel Viau s’est intéressé au projet dès le début, il demeure un ami. Et si nous avons vendu tous les livres que nous avions au lancement, personne ne l’avait lu et je connaissais la majorité des gens présents. Alors le coup de cœur Renaud-Bray qui est arrivé deux jours après le lancement a calmé mes angoisses pour un certain temps. C’étaient des libraires et des lecteurs professionnels qui avaient donné leur confiance au livre. Les angoisses ont recommencé quand j’ai commencé à travailler sur le deuxième livre. Et si c’était un coup de chance ? Je ne me referai jamais, au grand dam de ma blonde qui partage, bien involontairement, mes angoisses.
ASG : Bien sûr, quand on publie une œuvre, on a beau être convaincu du mérite de celle-ci, on ne peut faire autrement que penser à d’éventuelles mauvaises critiques ou, comme le soulignait Sylvain, à l’indifférence du public. C’est extrêmement gratifiant de savoir qu’un des gros libraires du Québec a cru dans ce livre mais encore plus quand on apprend que ça rejoint bel et bien les lecteurs. Les médias ont aussi été d’une aide incroyable, autant en Outaouais qu’à Montréal et Sudbury, et on espère un regain d’intérêt envers Pour en finir avec novembre quand sortira le prochain ! Mais quand le scénario de Sylvain s’est retrouvé en nomination aux Bédéis Causa et aux Shuster Awards, ça a vraiment couronné le tout. C’est tellement un bon récit !

BDE : Pouvez-vous nous parler de vos projets ?
SL : Nous avons embrayé le deuxième livre assez rapidement. J’ai beaucoup d’idées de scénarios en banque. J’ai écrit le synopsis l’automne dernier au moment où je corrigeais les épreuves de Novembre. Ce ne sera pas une suite, mais le tout fera partie d’un univers narratif cohérent. En lisant les épreuves, je me suis rendu compte que nous avions laissé bien des éléments en plan lors de l’écriture du scénario. Beaucoup d’éléments de la vie des personnages que nous avions discutés lors de nos 5 à 7 se sont perdus. J’ai donc eu envie de rester avec eux. Certains personnages reviendront donc. Mais il n’y a aucun rapport avec la crise d’octobre dans le deuxième. Nous ne voulons pas, non plus, être identifiés avec cette période. Les gens de l’Outaouais ont également été très heureux de se reconnaître dans les lieux que nous avons utilisés. Ils seront servis dans le deuxième livre. Mais là encore, peut-être pour rompre avec ce que l’on attend de nous, l’action du troisième livre se déroulera à Valparaiso au Chili. On attend juste la confirmation de l’éditeur pour notre voyage de repérage dans ce pays.
ASG : Le deuxième livre est en cours de réalisation. J’ai déjà quelques scènes de découpées mais le plus gros reste à venir. Il faut encore se rencontrer pour élaborer certaines scènes et il faut que Sylvain jette un coup d’œil à ce que j’ai dessiné. Sinon, ce ne seront jamais les projets qui manqueront et j’ai une série de toiles à produire dans les prochains mois, mais priorité au tome deux !

BDE : Merci de nous avoir accordé cette entrevue.

Propos recueillis par Eric Lamiot.

Interview réalisée le 26 septembre 2011.

© Les 400 Coups/Lemay/St-Georges
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*