Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Benoit Sokal – Auteur de Kraa

Rencontre avec Benoit Sokal – Auteur de Kraa

« L’aigle Kraa déploie de nouveau ses ailes sur sa vallée, vaste zone aussi perdue que riches en matières premières. Les hommes l’investissent, broyant chaque jour un peu plus de leurs constructions et leur exploitation des sols cet Eden défendu. Yuma, le jeune indien, lié fraternellement à l’oiseau, défend encore et toujours leur territoire commun. Le choc entre civilisation et nature ne s’annonce que plus violent. »

Benoit Sokal, le créateur de l’Inspecteur Canardo, revient définitivement aux affaires du 9e art, après ses succès dans le domaine du jeu vidéo. Il signe autant le scénario que le dessin d’une aventure naturaliste dans une zone imaginaire entre Amérique et Sibérie. Son goût pour les grands espaces et les scénarios à la précision horlogère vient ravir les yeux des lecteurs. Il a accepté d’accorder de son temps pour parler de sa belle dernière livraison.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Comment avez-vous scénarisé ce deuxième volume de la trilogie Kraa ? Il est plus bien plus court que le premier de la série, et fait s’entrecroiser dans la fameuse vallée différents enjeux, qui vont faire culminer le suspens à la fin de l’album.
Benoit Sokal : J’ai scénarisé cette deuxième partie pour que tous les ingrédients soient désormais en place pour le drame final : les enjeux socio-économiques et urbanistiques d’une ville nouvelle surgie du néant et puis les hommes bien sûr, avec leurs espoirs et leurs illusions. Et puis aussi l’amour, la jalousie et la haine, des sentiments qui sèment la confusion dans l’esprit et dans le cœur des deux personnages principaux : Yuma, l’Indien, et Kraa, l’aigle… J’ai arrêté ce tome sur une scène de bonheur teintée d’inquiétude naissante.

BDE : L’Ombre de l’Aigle enrichit encore l’univers de Kraa, qui se rattache à une certaine réalité historique pour mieux ensuite conserver son décalage avec elle. Comment avez-vous construit ce monde parallèle et lui avez-vous encore davantage donné consistance dans cette suite ?
BS : En m’intéressant au background de chaque personnage. En imaginant leur parcours avant qu’ils ne fassent leur entrée dans l’histoire. D’où viennent-t-ils ? Leur pays natal, leur religion. Quels sont leurs espoirs ? Chacun vient chercher dans cette cité et dans les vastes étendues qui l’entourent, une part de rêve ou tout simplement une vie meilleure.
Chaque nouveau personnage tente de modeler ce nouveau monde à sa façon, par le petit bout de sa lorgnette personnelle, en fonction de son métier, de sa classe sociale ou tout simplement de ses qualités humaines.
Pour le reste, je me pose des questions sur les exigences d’une ville nouvelle : comment peut-elle s’alimenter en énergie, comment se prémunit-elle des aléas du climat et comment compose-t-elle avec la géographie et surtout avec les caractéristiques sismiques du sous-sol.
Je construis mes univers imaginaires en procédant par une succession de décalages légers : l’étrange et le fantastique naissent pour moi de l’inquiétude née d’infimes modifications de la réalité, jamais de la fantaisie bariolée du merveilleux.

BDE : La conception du décor est tout particulièrement soignée. Vous avez notamment tiré votre inspiration des naturalistes américains du 19e siècle, dans par exemple leur travaux sur le Yosemite (probablement Thomas Hill, sauf erreur de ma part). Je me demandais également dans quelle mesure vous aviez eu pour sources d’inspiration les westerns d’Eastwood, Pale Rider par exemple ou encore Josey Wales hors-la-loi, ou les Danse avec les Loups et Open Range de Kevin Costner, des films qui cultivent une vision d’une conquête de l’Ouest et de ses richesses naturelles comme le déferlement d’une certaine violence. Qu’elles soient celles opposant les hommes entre eux ou celles déchaînées par ces derniers contre la nature.
BS : De fait, j’ai beaucoup regardé Thomas Hill et aussi Albert Bierstadt, Charles Russell, Remington, etc. Et puis aussi des illustrateurs plus contemporains comme Andrew Wyeth (le fils de N.C. Wyeth) parce que Le Monde de Christina est, en quelques sortes, une de mes « peintures de chevet ». Et bien sûr tous ces peintres semblent implacablement mener à Jean Giraud.
Tous les films qui mêlent la conquête de l’ouest et une vision à la fois contemplative et violente des grands espaces naturels m’ont bien évidement inspiré : Danse avec les loups, Jeremiah Jonhson, Légendes d’automne, Une homme appelé cheval, Au milieu coule une rivière, etc.

BDE : Un jeu vidéo comme Red Dead Redemption établit un monde du far west permanent où évolue le joueur. Que vous inspire ce genre de succès, vous qui justement appréciez de créer des mondes parallèles, parfois d’abord pour la BD avant qu’il ne trouve à se déployer dans le jeu vidéo ? Je pense naturellement à l’Amerzone traversée par l’inspecteur Canardo, ou encore à votre Paradise. Et de ce point de vue, Kraa, dont l’idée vous est venue d’une idée pour un jeu vidéo, pourrait-il un jour se voir développer ailleurs, en cinéma ou justement en jeu vidéo ?
BS : Kraa a d’abord été un projet de jeu vidéo, abandonné faute de moyens… Aujourd’hui, je concentre tous mes efforts sur la bande dessinée sans me préoccuper des autres déclinaisons possibles. Parce que je prends un réel plaisir à revenir aux cases, aux phylactères et aux dessins pour raconter une histoire.

BDE : La série cultive un certain pessimisme sur les rapports entre l’homme et la nature. Une sorte de choc inexorable, qui point d’ailleurs à plusieurs niveaux dans ce deuxième album. Avec la réflexion actuelle sur le tarissement d’un certain nombre de ressources naturelles, ce thème prend-il une résonance particulière ?
BS : Je ne suis pas optimiste : la nature, celle des grands espaces indemnes, celle des forêts vierges, des montagnes inviolées, des océans et des déserts, cette nature-là a déjà disparu. L’horizon terrestre n’est plus infini et l’aventure romanesque qui s’inspire de terre inconnue n’existe plus aujourd’hui. Bien sûr, il nous reste des morceaux épars de nature à travers le monde, des sanctuaires, des parcs dans lesquels on se contente le plus souvent d’une émotion strictement balisée. Mais désormais, tout est irrémédiablement imprégné par l’activité humaine. Nous sommes de plus en plus nombreux et il faut bien manger… Nous sommes condamnés à une fuite en avant.
Il faut espérer qu’elle nous mène aux étoiles dans les plus brefs délais et avec un minimum de casse pour ce qui reste du monde originel… D’ici là, on se nourrit comme on peut de nostalgie ou de science-fiction. Le sentiment écologique reste pour moi une préoccupation de riche. C’est notre nature humaine qu’il faudrait modifier… Mais là, il y a du boulot…

BDE : Quel travail a été effectué sur les couleurs de Kraa ? L’atmosphère se dégageant de l’album me paraît très réussie également de ce point de vue, entre les scènes strictement humaines baignant dans une lumière trouble et la clarté entourant les images de la nature et des animaux y évoluant.
BS : Quand je conçois une séquence, j’envisage directement l’atmosphère qui sera la plus propice à sa dramaturgie : le brouillard, le froid, la pluie la neige ou, au contraire, un ciel bleu et une lumière chaude et paisible. Le jour et la nuit aussi. Pour moi, le climat est un acteur à part entière de mon récit, il est le reflet de ce qui se passe à ce moment-là dans la tête des protagonistes de l’histoire. Le cas échéant, il influe sur leur comportement. J’espère aussi qu’il imprègne le lecteur. Qu’il participe à l’immersion de celui-ci dans l’histoire.

BDE : Le dessin de l’aigle dans ses mouvements est encore une fois particulièrement fouillé dans ce deuxième volume. J’ai lu que votre travail de documentation avait été consistant à ce propos. Comment avez-vous procédé ?
BS : J’ai beaucoup observé, regardé des films sur la fauconnerie, des reportages sur la chasse à l’aigle au Kazakhstan et beaucoup lu sur la question ; et puis, de toutes façons, j’ai beaucoup de plaisir à dessiner les animaux.

BDE : Sans trop en dire sur le 3e et dernier tome, que pouvez-vous dire de vos autres projets en BD, jeu vidéo et cinéma? J’ai lu que vous aviez en cours un projet BD dans le domaine de la science-fiction et que vous peiniez jusqu’à il y a peu à vous trouver un dessinateur pour un projet commun avec François Schuiten.
BS : Le troisième et dernier tome de Kraa sera terminé en 2013.
Ensuite, j’entame une longue histoire de science-fiction. Une histoire de planète à découvrir… Un nouveau Far-west en quelque sorte.
Avec François Schuiten, nous avons un projet de film : Aquarica. C’est une vieille histoire qu’on ne désespère pas voir aboutir un jour.

Propos recueillis par Damian Leverd.

Interview réalisée le 3 janvier 2012.

© Sokal/Éditions Casterman 2012
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

2 Commentaires

  1. Marie-Laetitia AGOSTINI
    Posté 28 avril 2012 at 12 h 22 min | Permalink

    Bonjour. Je tiens à vous féliciter pour cet article rondement mené, et qui permet de se plonger dans l’univers de Sokal, univers qui m’est cher.
    Petite question pratique : Je souhaiterai contacter Benoit Sokal au sujet d’un droit d’utilisation pour un projet qui me tient à coeur. Comment vous y êtes vous pris? Je compte sur votre réponse qui me sera d’une grande aide.
    Merci beaucoup, bonne journée.

  2. Damian Leverd
    Posté 17 mai 2012 at 12 h 08 min | Permalink

    chère Mmme

    je vous invite soit à m’adresser un mail sur zeptentrion at gmail.com ou de directement faire comme je l’ai fait, en vous adressant à Casterman.

    Bonne semaine

    Cordialement

    Damian Leverd

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*