Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Batman : Amère victoire (Loeb, Sale, Wright) – Urban Comics – 35€

Batman : Amère victoire (Loeb, Sale, Wright) – Urban Comics – 35€

Parution : 03/2012

L’affaire Holiday a chamboulé les affaires déjà bien complexes de Gotham. Le tueur frappait uniquement les jours de fête et l’enquête du commissaire Gordon, comme celle de Batman, a conclu à la culpabilité d’Alberto Falcone, le fils cadet du célèbre gangster. Dans la bagarre, le procureur Harvey Dent, un homme courageux et honnête, a perdu la tête en même temps que son visage. Devenu le criminel Double-Face, il renie son passé et la loi. Batman, qui avait failli révéler son secret à son ami, ne peut que constater les faits. Pourtant, alors que les coupables sont enfermés à Arkham, les crimes reprennent. Qui a intérêt à relancer une guerre des gangs entre familles mafieuses ? Qui a annoncé vouloir faire sortir les super-méchants de l’asile où il sont enfermés ? Et que vient donc faire Catwoman dans ce foutoir où le Chevalier Noir va se sentir encore plus seul qu’avant ?
Cette histoire rééditée en un imposant volume de 400 pages est la suite directe d’Un long Halloween, autre œuvre majeure du duo composé de Jeph Loeb et Tim Sale. Reprenant les événements là où les lecteurs étaient restés – un résumé permet de resituer ces événements passés – elle sert principalement à introduire le personnage de Robin, d’une façon crédible qui ne remet pas en cause le comportement solitaire de Batman. Peu enclin à représenter le jeune prodige, comme il l’explique en préface, le génial dessinateur, toujours aussi excellent, a finalement été convaincu par son compère. Il faut préciser que son arrivée n’intervient qu’en fin d’album et que la plus grande partie est consacrée à l’opposition entre le héros et son ami/ennemi, ainsi qu’à la famille Falcone, véritable point central de la saga commencée plus tôt. Parfois un peu brouillon à force de vouloir utiliser de nombreux méchants (Solomon Grundy, le Pingouin, Mr Freeze, Poison Ivy, l’Almanach, l’Épouvantail et d’autres), le scénario reste une prouesse et montre une grande maitrise de l’univers du détective. Encore plus sombre et désespéré que d’habitude, cette aventure reste comme une des plus brillantes jamais écrites et la conclusion d’une immense saga commencée avec le Year One de Frank Miller. Pour les fans, une mini-série intitulée A Rome, par les mêmes auteurs, raconte le voyage de Catwoman en Italie, comme il est évoqué au cours d’un chapitre.
Tout simplement culte !

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*