Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Matthias Lehmann – Auteur des Larmes d’Ezechiel

Rencontre avec Matthias Lehmann – Auteur des Larmes d’Ezechiel

« Je suis auteur de bande dessinée. Le livre sur lequel je travaille s’appelle Les Larmes d’Ezechiel. C’est un projet auquel je travaille depuis plus de huit ans. J’en suis à la page 342. Attends, je vais vous montrer. Voilà, Les Larmes d’Ezechiel. Ouais, mais tu vois, chaque planche est gravée dans le lino… alors bon. Ça prend vachement de temps à faire, forcément. T’as vu toute la corne que j’ai sur la main à cause des gouges. »

Alors que le Week-End BD d’Aix-en-Provence bat son plein, l’occasion nous est donnée de rencontrer un des auteurs atypiques de ce festival : Matthias Lehmann. Pour cette édition de BD Aix 2012, il a participé à l’exposition Cubdés en proposant une interprétation personnelle de la Tentation de Saint-Antoine. Bienvenue dans le monde underground de Mister Lehmann !

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Matthias ! Comment te définirais-tu ? Illustrateur, dessinateur ?
Matthias Lehmann : Bonjour ! J’ai l’impression de faire les deux. Je fais de l’illustration. Je fais du dessin plus libre qui n’est pas de l’illustration ni du dessin pour la bande dessinée et je fais aussi de la bande dessinée. Parfois de la peinture mais c’est moins fréquent. Le truc, c’est qu’il est intéressant de faire des choses différentes. On ne raconte pas forcément les choses de la même manière. Forcément, la bande dessinée, c’est plus un travail d’écriture. Le dessin n’est pas systématiquement le même entre la BD et un dessin d’illustration, surtout si il est destiné à la presse. Je fais aussi du dessin pour la presse. Il faut que l’image soit compréhensible tout de suite. Si le dessin illustre un article, il faut que cela ait un sens. Du coup, c’est assez différent mais très intéressant de pouvoir voir les deux. Globalement, on peut dire que je suis dessinateur.

BDE : Tu es spécialiste de la technique dite de «la carte à gratter», peux-tu nous en dire plus et pourquoi cet intérêt pour cette dernière ?
ML : J’ai essayé une fois et le résultat m’a plu. La texture, le travail sur ce matériau-là, j’ai trouvé cela très intéressant. Après, il y a des auteurs qui m’ont marqué. Par exemple, les bandes dessinées de Marc Caro (le réalisateur) qui était le premier à faire cela dans les années 80 en France. Ensuite, il y a Thomas Ott (Exit) dans les années 90, qui est «le dessinateur à la carte à gratter», le référent. Du coup, cela m’a donné envie de faire cela sur de la bande dessinée. Maintenant, je le fais plutôt sur du dessin car c’est plus long. C’est beaucoup de travail. L’Étouffeur de la RN 115 est entièrement fait à la carte à gratter et je l’ai fait sur une période de 8 ans. C’est beaucoup plus long !

BDE : L’Étouffeur de la RN 115 est entièrement réalisé de cette manière donc. Pour Les Larmes d’Ezechiel, tu as changé de technique. Pourquoi ?
ML : En bande dessinée, il y a beaucoup d’étapes. Entre l’envie première de raconter une histoire et la réalisation de ce travail-là, il y a une succession d’étapes. Moi, j’écris d’abord le scénario, tous les textes, après je travaille sur les découpages. Ensuite, je fais les brouillons. Et la carte à gratter en rajoutait une. Je voulais revenir à quelque chose de plus rapide. Maintenant, je préfère travailler plus directement. D’ailleurs, le projet sur lequel je travaille actuellement, c’est de l’encre de Chine, de la plume, du dessin direct. Il n’y a pas encore l’étape de la réflexion de partir du noir vers le blanc qui est des fois un peu lourde.

BDE : Ton traitement graphique et ta narration dans cet album sont vraiment particuliers. Une volonté de ta part de rester dans la singularité alors que certains pourraient être rebutés par cela ?
ML : Il y en a qui le sont. C’était surtout une volonté d’expérimenter quelque chose avec la narration, le découpage avec cette répartition particulière sur les pages. Je voulais aussi laisser beaucoup de blanc. Avec L’Étouffeur de la RN 115 qui était surchargé de détails, je voulais quelque chose qui respire un peu plus. Maintenant, j’ai tendance à laisser beaucoup de blanc sur les pages en essayant d’avoir une narration fluide et claire. C’est vrai que j’ai un goût pour l’expérimentation et certains peuvent être rebutés par cela. Et je ne suis pas le premier à le faire. Je pense à des gars comme Chris Ware qui a quand même un certain public. Car, si on regarde bien, c’était extrêmement expérimental ce qu’il faisait à un moment donné.

BDE : Y-a-t-il un peu de toi dans Ezechiel ?
ML : Dans tous les personnages, il y a un peu de moi. D’ailleurs, ce n’est pas forcément ceux auxquels on va penser le plus, qui ont le plus de points communs. Des fois, il y a des éléments de moi ou de mon histoire qui sont greffés à l’intérieur du récit mais disséminés.

BDE : Quelles sont tes influences ?
ML : Les gens qui m’ont beaucoup influencés, en bande dessinée, font partie du franco-belge. Il y a Franquin, Fred, F’mur. C’est gens-là sont ceux qui m’ont le plus marqué quand j’étais petit. Et Hergé également qui est l’influence majeure. Adolescent, j’ai commencé à m’intéresser à tous les trucs undergrounds américains. Ces dernières années, Daniel Clowes (Ghost World) et Chris Ware (Jimmy Corrigan) sont des gars qui m’ont beaucoup influencé.

BDE : Tu travailles seul. As-tu envie de travailler sur le dessin uniquement en te laissant guider par un scénariste ?
ML : Comment dire. Je n’éprouve pas assez de plaisir à dessiner une bande dessinée pour ne faire que le dessin. Car c’est assez fastidieux. Du coup, si je ne fais pas le scénario, il y a moins d’intérêt pour moi. Si je n’ai pas d’histoire à raconter, ce n’est pas pareil. Le vrai plaisir pour moi dans la bande dessinée, c’est l’écriture. Tout le récit que tu vas construire, tout le chemin qu’il y a à parcourir pour faire une BD. Il y a des collaborations dessinateur/scénariste qui sont super intéressantes mais je ne me reconnais pas là-dedans. Ce qui me plait le plus, c’est de raconter, écrire une histoire avec le dessin. A la limite, si collaboration il y a, je préfèrerai la faire en tant que scénariste.

BDE : Quels sont tes projets futurs ?
ML : Pour l’instant, je travaille sur un projet qui avance doucement. J’ai fait une dizaine de pages. Comme je ne travaille pas dessus 24 heures sur 24 car je fais des commandes et des dessins entre, cela ralentit le processus de création. Et je ne suis pas très rapide ! Mais comme nous en parlions tout à l’heure, ce sera à l’encre de Chine.

BDE : Merci Matthias et à bientôt !
ML : Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 14 avril 2012.

Extraits de l’album


© Actes Sud/Lehmann
Photo © BDE/S.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*