Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Speedball T6 (Humungus) – Valice Production – 5€

Speedball T6 (Humungus) – Valice Production – 5€

Parution : 01/2012

C’est une habitude chez Speedball, on en prend déjà plein la gueule dès la couverture. Et celle-ci, réalisée par Esther, n’échappe pas à la règle. On pourrait se demander si les auteurs se sont mis au vert, au cours d’un pique-nique bucolique et paisible dans un parc quelconque. Il n’en est rien au regard du quatrième de couverture qui plonge ses protagonistes dans ce qui est le thème de ce tome 6 : le chaos. S’ensuit donc assez naturellement un déluge de récits courts où l’ordre morale et les codes narratifs sont quelques peu malmenés. Du récit de Slo, très à l’aise pour brouiller les pistes et architecte émérite d’une certaine forme de chaos, au tonitruant retour de la plus décapante des baby sitters, Gwenaëlle, qui explique le monde merde aux enfants (sic) sous la plume de Cha. D’une aventure à la Chester qui s’approprie la thématique des batailles urbaines sur fond de chaosphère avec une pointe d’humour et une réminiscence d’humanité, à un récit de Tomahawk qui donne une vision sulfureuse des forces de l’ordre. D’un Melvin sur un scénario de Cha, qui nous livre un récit de l’horreur ordinaire, à Bunk qui tourne délicieusement le chaos au ridicule, ou à l’inénarrable Jess X, dont la suck-machine au nom si poétique raisonne déjà dans votre pavillon avant de se faire prendre entre le marteau et l’enclume. Parsemés de quelques magnifiques illustrations de Louna, Madd et Minawurst, ce dernier Speedball illustre parfaitement la maxime finale de l’édichaos de Slo : « rien n’est vrai, tout est possible ».
On lit Speedball comme on entre en musique dure, agressive, radicale, extrême… Parce qu’on sent bien que ça nous secoue les tripes et qu’on aime ça. Et le numéro 6 n’échappe surtout pas à la règle. Toujours à l’affût d’un contre-pied à prendre, toujours déterminé à secouer les idées reçues et à mettre un coup de pied dans la fourmilière des normes et des codes sociaux, la bande à Chester monte assurément en puissance et n’hésite pas à tirer son énergie créatrice du chaos tapi dans l’ombre domestique de nos vies. Outre cet aspect radicalement subversif, les auteurs se fendent de fournir une BD de qualité, à l’esthétique indiscutablement léchée. Quand le fond et la forme sonnent le glas, résonne alors le signal annonciateur du déferlement naturel du chaos.
On ne le dira jamais assez, l’usage de Speedball, adjoint à un mode de pensée conventionnel et moralement rigide, peut entraîner certains effets secondaires.

Alain Lamourette

Chronique du Tome 5



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*