Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Fef et Slo – Auteurs de Metal Maniax

Rencontre avec Fef et Slo – Auteurs de Metal Maniax

A l’occasion de la sortie du Tome 2 de Metal Maniax ce vendredi 13 juillet, Bulle d’Encre part en slam dans la fosse à la rencontre des deux énergumènes qui ont pris comme sujet l’univers musical qu’ils connaissent sur le bout de leurs ongles noirs : le Métal. En s’appuyant sur quelques clichés, sur des observations bien senties et sur un humour féroce et décapant comme un bon vitriol, nos olibrius s’évertue à secouer les tripes du lecteur comme celle d’un batteur épileptique en plein blast beat.

Chronique du Tome 1


Bulle d’Encre : Pouvez-vous nous raconter votre entrée dans le métal et dans la BD ?
Fef: En métal, ça remonte à 1986, un mec dans ma classe m’a passé Master of Puppets sur cassette et ça fait un gros changement par rapport à ce que je pouvais entendre à la radio ou à la télé de l’époque. Après il y a eu les grands classiques du début des années 90, Black Album, Guns’n Roses et Nirvana qu’on arrivait à trouver même dans les supermarchés du fin fond des Deux-Sèvres où j’étais à l’époque. Après je suis venu bosser à Paris et j’ai refait pas mal mon retard dans les différents styles mais je reste quand même un heavy thrash. Pour la BD, c’est simple, j’en lis depuis que je sais lire. J’ai fait parti de plusieurs asso et je participe en tant que journaliste et photographe pour le site www.sceneario.com depuis des années. Metal Maniax est l’occasion de réunir deux de mes passions.
Slo : Pareil pour moi, je suis passé du punk au métal par le biais d’une cassette audio prêtée par un grand frère d’un pote. Sauf que moi il y avait Slayer, Kreator et Deicide dessus – du coup j’ai échappé à la soupe mainstream à la Metallica, Guns’n Roses et autres AC-DC. Direct dans le bourrin ! Pour la BD, j’en lis comme j’en dessine : depuis tout gamin.


BDE : Dans Metal Maniax, vous citez des groupes de métal de manière détournée. Ça permet de grossir le trait de l’auto-dérision et c’est très efficace. Quels sont vos groupes cultes ?
F : Comme je le disais à la question précédente, je suis un heavy thrash oldies, donc ça tourne autours de Metallica, Iron Maiden, Helloween, Pantera, Apocalyptica, Backyard Babies…
S : … alors que moi je suis plus dans le Métal extrême qui fait fuir Mémé : du gros Death Metal de Cannibal Corpse au Black de Mayhem, en passant par le Grind de Brutal Truth. Et puis Motörhead. Mais c’est hors-catégorie, Motörhead. Amen !

BDE : Vous ne vous référez que très peu à la BD. Quelles sont vos sources d’inspirations ?
F : Il y en a beaucoup mais bon, les principaux sont Gotlib, Margerin, Goscinny, Maester… Et pour la structure de Metal Maniax, Joe Bar Team a aussi été une grande source d’inspiration sur le fait d’avoir un groupe de personnages bien défini dans chaque style de métal.
S : A la base, je voulais faire de la BD plus réaliste, plus sombre, avec comme influences Ledroit, Bilal ou Otomo. Puis, au final, je me retrouve à piocher dans Franquin, Groening, Bouzard, Toriyama ou Oda. Et c’est tant mieux ! Je m’amuse beaucoup à faire du cartoon, même si mon prochain projet BD sera radicalement différent.


BDE : Vous avez créé votre propre maison d’édition. Pouvez-vous nous parler de Sombrebizarre ?
F : Là, je vais laisser Slo en parler, car c’est son bébé.
S : A la base, j’ai créé Sombrebizarre Productions pour continuer l’aventure Metal Maniax, après un premier fiasco chez un éditeur malhonnête et incompétent. Puis le truc a évolué, au fil des rencontres et des coups de main de diverses personnes (David de Roscoät pour l’organisation, A Jeter Prom pour se faire connaître, etc.). Ça donne un cadre éditorial un peu barré, avec des BD comme Suckmachine (JessX) ou Ghouls of Nineveh (Fabrice Gagos), qui tapent dans le thrash porno-glauque ou dans la comédie de zombies intimiste. Ça reste très D.I.Y. (NDR : Do it yourself), un peu punk et foutraque, et c’est très bien comme ça !

BDE : Comment se passe la collaboration avec Hard Rock Mag’ ?
F : Très bien. 🙂 Tous les deux mois, on se concerte avec Slo pour faire un gag. On pioche dans ceux qui sont déjà écrits ou on en fait un qui est de saison et on l’envoie à Sven, le redac-chef.
S : … qui a vite compris qu’il fallait me donner une fausse deadline pour recevoir la page à temps !


BDE : Quels conseils pour les jeunes auteurs ? Jeunes métalleux ?
F : Bougez-vous, multipliez les contacts, n’hésitez pas à montrer ce que vous faites. Le web et les blogs sont un bon moyen d’apprendre et de progresser quand les éditeurs sont frileux. Pour les jeunes métalleux, c’est pareil, bougez-vous ! Les concerts, festivals et bars métal sont des bons lieux pour découvrir comment ça se passe vraiment !
S : Qu’ils se demerdent ! Ha oui, et qu’ils achètent nos BD aussi. Plein !

BDE : Le premier tome était sous-titré Bières, gags et gros son. Celui-ci est sous-titré Amours, bières et métal. L’amour tient ici une place primordiale. Est-ce un coming out ?
F : Pas vraiment, le métalleux se reproduit de façon naturelle. Je vais même vous révéler un secret. Ça se passe avec un garçon et une fille (si, si, même s’ils ont tous les deux les cheveux longs !). Il suffit de voir le merch pour enfants dans les festivals. Après, métal et homosexualité ça existe aussi : Rob Halford de Judas Priest et Ghaal de Gorgoroth. Et comme dirait Metallica en reprenant So what de Anti-nowhere League :
So what, so what you boring little cunt
Well who cares, who cares what you do
Who cares, who cares about you
You, you, you

S : Rho l’autre, il sort des extraits de chanson ! Moi aussi je peux le faire. Comme le dit très bien Cannibal Corpse (dans Fucked with a knife) :
Stick it in
Rip the skin
Carve and twist
Torn flesh
From behind
I cut her crotch
In her ass I stuck my cock
Killing as I cum

Plus sérieusement, le choix du thème était aussi une petite prise de risque. On aurait pu choisir de faire un tome 2 identique au premier, entre gags de biture et gags de métalleux entre eux – on en a assez en stock pour en sortir trois albums ! Mais vu qu’on voulait aussi faire évoluer la recette, on a choisi de confronter un peu plus nos personnages à l’extérieur, les faire sortir un peu de leur bar. Et pour ça, il n’y a pas trente mille solutions : tu fais passer des meufs à la fenêtre.


BDE : On sent bien que vous avez creusé certains aspect de vos personnages. On voit notamment Nina qui milite activement pour l’association PETA et emmène Marco dans un squat anar’. Peut-on penser que les métalleux sont des gens politiquement engagés ?
F : Personnellement pas vraiment, mais oui il y en a ! D’ailleurs cette année, c’était assez dur d’échapper aux conversations chiantes dûes à l’élection présidentielle. Il y avait Patrick Roy (NDR : l’ancien député, fondateur du festival « Les Métallurgicales » de Denain, pas le présentateur de TF1), qui était un des seuls qui parlait du métal à l’Assemblée Nationale.
S : Ni plus, ni moins. Globalement, l’engagement du métalleux tient à une affirmation de sa différence, de son socio-groupe, mais ça s’arrête là. Certains styles seront plus politisés – principalement ceux qui ont des racines punks plus marquées, d’autres pas du tout… En tout cas, ce n’est pas un aspect déterminant.
C’est en ça que j’aime bien Nina : venant du milieu punk, elle a un regard différent sur le métal, beaucoup moins investi – justement parce que son investissement, elle le réserve aux choses qui ont un sens.

BDE : Le personnage de Sam prend une place plus importante dans ce second tome. Que pense-t-il du vol des bijoux (valeur 168 000 euros) d’Alex Booses, le chanteur des Bun’s and Looses, à Paris-Bercy ?
F : Ça dépend si c’est Robin des bières qui les a pris pour payer le taxi à tous ceux qui n’ont pas pu prendre le métro à la fin du concert, car il était trop tard. Si je me souviens bien, l’histoire s’est bien finie, on lui a ramené le lendemain, mais il faut quand même être un peu cake pour laisser ça dans sa loge sans surveillance quand même !
S : Vu les concerts merdiques qu’il a du subir, il a plutôt pris ça comme une sorte de revanche un peu perverse du destin. Et j’espère évidemment que le gros Alex Booses en tirera une leçon pour refaire de la bonne musique !

BDE : Est-ce que Vince approuve les méthodes de management du groupe Rance Téléconne ?
F : C’est vrai que RT a eu une période Defenestrator de la part de certains employés mais ça ne rend pas vraiment l’entreprise super glamour à ses yeux quand même. De toute façon, il n’a pas compris comment utiliser toutes les options de son téléphone portable et il s’en fout un peu. Du moment qu’il fonctionne quand il appelle et qu’il soit étanche à la bière et résistant aux chocs dans les pogos.
S : Hahaha ! Z’êtes cons !


BDE : Où peut-on se procurer Métal Maniax ?
F : Sur le site sombrebizarre.com et aussi en librairie ou en Fnac. J’ai dû surprendre la vendeuse à la Fnac quand je suis tombé dessus la première fois.
S : Ouais, voilà, tout est dit. Bon, tant qu’à faire, achetez-le plutôt chez un libraire BD ou sur le site (vu que c’est moi qui gère le site, j’en dédicace certains selon mon humeur). Mais pas à la Fnac !


BDE : A quand la sortie du troisième ?
F : L’année prochaine ! J’ai déjà commencé à noter quelques idées et préparer un plan. Je vais profiter des festivals de cet été pour prendre plein de notes pour travailler dessus à la rentrée.
S : Sans trop en dévoiler, on peut déjà dire que ça se passera principalement lors d’un grooos festival Métal. Je tremble déjà d’angoisse à l’idée des nombreuses scènes de foules qu’il va falloir que je me tape !

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Interview réalisée le 9 juillet 2012.

© Sombrebizarre/Fef/Slo
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*