Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Sketchbooks de Comix Buro : Valp et Ingrid Liman

Sketchbooks de Comix Buro : Valp et Ingrid Liman

Comix Buro : Valp et Ingrid Liman

Après le trio de la précédente chronique, honneur aux dames ! A l’occasion du festival Quai des Bulles à Saint-Malo en 2011 (un an déjà?!), deux jeunes demoiselles sont venues enrichir la collection des sketchbooks Comix Buro : Valp et Ingrid Liman.

ValpValp nous accueille dans ce sketchbook par de charmantes pin-ups, que demander de plus ? Méfiez-vous tout de même, sous leur air aguicheur, ces jolies roses ne sont pas dénuées d’épines. Car la dessinatrice possède un trait qui ne manque pas de caractère, direct et sans chichi. Un peu burtonien peut-être. Et je la soupçonne d’aimer les rayures. Ses personnages ont un visage dur, on sent qu’ils ont quelque chose à nous raconter. D’ailleurs, que raconte Valp ?
Outre l’influence d’autres artistes – on devine Alberto Varanda pour le portrait sombre d’Alkull ou celui de la créature démoniaque enflammée, ou encore la patte de films comme Dragons – nous partons en exploration au gré des travaux, des croquis, au hasard de l’humeur de la demoiselle. Des fées, des pirates, des épéistes, des héros en tout genre avec un net avantage donné à la fantasy. Elle nous livre notamment ses recherches pour la bande-dessinée Ashrel, récit se déroulant dans un univers médiéval-fantastique où Valp est à la fois au scénario, au dessin et à la couleur. Des crayonnés de paysages, des personnages en action et quelques curiosités fantastiques.
En épluchant avec intérêt ce petit ouvrage, on ne peut s’empêcher de remarquer son engouement pour le genre steampunk. Son trait s’y prête bien, avec cette touche victorienne. Et Valp aiguise notre attention en suggérant un « futur projet potentiel » avec une série de croquis dans ce style si particulier… Nous attendons – avec impatience ! – des nouvelles de cette ébauche.

LimanLe carnet suivant nous plonge dans un décor complètement différent. Après des batailles épiques dans les contrées mystérieuses du monde d’Ashrel, place aux nymphes douces et délicates d’Ingrid Liman. Illustratrice s’inspirant des artistes du début du XXème siècle, son style renoue indéniablement avec Klimt et Mucha mais y ajoute aussi le charme des pin-ups retro, des actrices hollywoodiennes de l’âge d’or et des déesses antiques. Un savant mélange des genres, des époques et des cultures. Ses muses aux coiffures alambiquées n’ont rien à envier aux affiches de l’Art Nouveau.
Il se dégage de ces traits fins, de ces volutes tout en féminité, un sentiment de tranquillité, de légèreté. L’encre et les couleurs ne font qu’accompagner un dessin dont la silhouette crayonnée suffit au bonheur de nos yeux. Une silhouette qui nous échappe, comme si elle allait disparaître dans un nuage de fumée. Spectral peut-être, mais loin d’être terrifiant. On s’y accoutume même.
Sous ces formes élégantes et sensuelles, derrière ces regards qui ne cillent pas, parfois taquins, souvent sereins, il y a un je-ne-sais-quoi de sentimental, de dramatique peut-être. Un élément qui ne dénoterait pas dans une pièce jouée dans un vieux théâtre, sur des planches foulées par Sarah Bernhardt elle-même. Un petit quelque chose qui n’est pas sans rappeler la trame de la BD d’Ingrid Liman, Hollywood Boulevard, où deux êtres s’aiment passionnément et, par punition divine, sont condamnés à se croiser sans jamais éprouver de sentiment l’un envers l’autre. Une passion tout en raffinement.

Comix Buro a ouvert l’écrin de sa collection à deux jeunes perles. Ces artistes savent donner de l’ampleur à leurs personnages fait d’encre et de papier, les sketchbooks de l’éditeur nous permettent d’en avoir un superbe aperçu.

Plus d’infos sur comixburo.blogspot.fr

Céline Poloni

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*