Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Olivier Vatine – Auteur de Niourk

Rencontre avec Olivier Vatine – Auteur de Niourk

« La piste du Vieux menait droit à un centre commercial proche de la zone portuaire. Je fus frappé par le caractère impressionnant de ce vestige de l’ancienne civilisation miraculeusement intact. Une douce chaleur émanait de l’intérieur. Certains organes de maintenance continuaient à palpiter dans les entrailles du géant. Je me ressaisis et j’entrai. »

Après Mike Hawthorne, dessinateur d’Oms en série, place cette fois-ci à Olivier Vatine, efficace initiateur de la collection dédiée aux œuvres de Stefan Wul. Avec nous, il est revenu sur les origines du projet, son premier travail en tant qu’auteur complet et les albums à venir.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Honnêtement, il n’y a qu’un éditeur comme Ankama qui pouvait se lancer aujourd’hui dans un projet aussi important.
Olivier Vatine : C’est vrai qu’il y a eu pas de mal de boulot, avec les gens de Comix Buro aussi. Il y a eu beaucoup d’aller-retours, on s’est pris la tête ! (rires) On est content mais ça a été intense, c’était chaud pour sortir les bouquins dans les temps.

BDE : Il y a aussi une belle qualité de finition pour ces livres.
OV : Oui, on a la chance chez Ankama d’avoir une chef de fabrication qui est géniale, c’est une psychopathe !

BDE : Est-ce que ces premiers albums correspondent à ce que vous attendiez de la collection ?
OV : Ah oui ! On est vraiment très proche de ce qu’on voulait, même si ça se fait de manière chaotique. On avance, on recule… mais à la fin, tout finit par s’assembler. En plus, c’est la première fois pour moi qu’on met un peu de sous sur la promo, on a des posters, un beau dossier de presse. Les bouquins ont vraiment leur chance. J’espère que ça va marcher car on a vraiment envie de faire le collection complète en adaptant toute la bibliographie de Stefan Wul.

BDE : Beaucoup d’auteurs de la collection font partie de la famille Comix Buro, Mike Hawthorne est donc le petit dernier ?
OV : C’est la première fois que je le rencontre. La manière dont il est arrivé est d’ailleurs amusante car, quand j’ai discuté du projet avec Jean-David Morvan, il m’a tout de suite dit qu’il voulait adapter Oms en série. Je lui ai demandé s’il pensait à un dessinateur en particulier pour travailler avec lui, alors il m’a seulement répondu « oui, je connais un artiste américain qui sera parfait ». Il m’a envoyé quelques planches et croquis en exemple mais il n’a jamais voulu me dire le nom de ce dessinateur. Je ne sais pas pourquoi, il avait peut-être peur que je lui vole pour une autre série ! (rires) Et puis j’ai reconnu le style de Mike, avec qui j’étais ami sur DeviantArt.

BDE : Comment s’est ensuite déroulée la répartition des œuvres ?
OV : Au départ, j’ai surtout cherché des scénaristes qui pourraient être amoureux du projet. Des gens qui aiment bien la science fiction si possible, la vieille littérature de SF, et qui pouvaient être susceptibles de connaître le boulot de Stefan Wul. Jean-David est venu assez vite, Yann aussi, Thierry Smolderen car on a eu plein de discussions sur cette époque, Valérie Mangin parce que la SF c’est son truc, etc. Ça s’est monté comme ça, assez naturellement. Je voulais qu’on parte sur un pool de passionnés. Pour la distribution, c’était un peu les premiers arrivés premiers servis !

BDE : Il y a de toute manière un style commun à tous les romans.
OV : Je trouve que Niourk est quand même assez atypique. La Mort vivante est aussi plus un truc d’horreur, d’autres sont plus tournés vers l’aventure. Chaque auteur a trouvé sa place facilement, ça n’a pas trop doublonné finalement.

BDE : Tous les albums sont-ils confiés à des auteurs ?
OV : Non, pas encore. Valérie voulait en faire deux notamment, alors on s’est dit que ça serait bien d’en garder quelques-uns de disponibles. Peut-être qu’il y a des auteurs auxquels on n’a pas encore pensé et qui pourraient être tentés. On attend donc éventuellement que certains se manifestent. Il n’y a que moi, comme je suis le chef, qui en ait déjà pris deux ! (rires) Je vais donc faire La Mort vivante avec Alberto Varanda.

BDE : Niourk est également votre premier album en tant qu’auteur complet. Était-ce une façon de montrer aux autres auteurs que vous donniez beaucoup d’importance au projet ?
OV : C’est mon premier en solo, oui. Pas tellement pour montrer quelque chose aux autres, mais un peu pour jouer le brise-glace, c’est vrai. En même temps, c’était un projet qui me tenait vraiment à cœur. J’ai appris sur le tard que le roman avait été souvent enseigné au collège, je le savais mais pas à ce point. Niourk plus que les autres, surement pour ses thématiques comme le racisme ou l’écologie. La semaine dernière, à l’occasion d’une séance de dédicace, un lecteur est venu avec une édition du livre – avec une couverture d’Enki Bilal d’ailleurs – spécialement faite pour les écoles, avec un cahier pédagogique d’une trentaine de pages, c’est assez rigolo. Quand j’ai commencé à en parler autour de moi, je m’en suis rendu compte. Heureusement que je ne l’ai pas su plus tôt, ça m’aurait franchement mis la pression ! (rires)

BDE : Beaucoup d’auteurs de la collection semblent justement avoir découvert ce romancier au collège.
OV : C’est juste. Mais moi, ça ne m’a pas été conseillé, sinon je ne l’aurais surement pas fait, je pense ! (rires) En fait, c’est un copain libraire qui m’a conseillé de lire ça.

BDE : L’adaptation s’est-elle faite naturellement ? Y avait-il plusieurs angles d’approche possibles ?
OV : J’avais lu le roman plusieurs fois car il y a différents niveaux de lecture. La première fois, c’est un roman d’aventure, après on voit d’autres trucs et ainsi de suite. A un moment, je m’étais fait un film dans la tête et, quand j’ai été prêt à bosser dessus, je me suis lancé la fleur au fusil. J’ai donc commencé à le relire pour le décortiquer et faire un boulot technique, et je me suis vraiment retrouvé dans la merde ! Car tout est à la troisième personne, on suit en narration parallèle le Vieux au début, l’enfant noir après, alors que je voulais que tout soit vu depuis la perspective du gamin. Ça m’a pris un peu de temps pour juste trouver l’idée bête et évidente qu’il fallait le raconter à la première personne. Ça me permettait même de reprendre des petits morceaux du texte original, en changeant la personne, et d’avoir une perspective unique.

BDE : Ce qui donne justement une lecture fluide.
OV : Tant mieux car je n’étais pas sûr de mon coup. J’aime bien les récitatifs, j’aime bien les textes off, ça fait intimiste. En plus, avec des dialogues, ça aurait été très simpliste, un peu à la Guerre du feu.

BDE : Graphiquement, aviez-vous les images en tête ?
OV : Oui, même si ça a du évoluer aussi. Il y a des choses que j’ai zappées car, à un moment, il décrit le fond des océans asséchés, avec des formations de coraux et tout… Je me suis dit que si je faisais un truc comme ça, ce serait beau mais ce serait Le Monde de Nemo ! Le décor risquait de prendre le pas sur l’histoire et les personnages. Là aussi, je voulais que ça reste intimiste. Comme c’est un récit initiatique, c’est bien de suivre le gamin. En plus, il est naïf. Ce que j’ai bien aimé faire, c’est qu’il parle de lui à un moment où on sait qu’il est devenu omniscient. Et donc il va évoluer entretemps.

BDE : L’aspect intéressant de ces adaptations est aussi de donner envie de lire les romans.
OV : Ça, c’est génial. Ils vont d’ailleurs être réédités chez Bragelonne, l’année prochaine. Le projet a justement été un peu long à monter car la majorité des romans était chez Denoël, qui a voulu nous taxer des sous au passage. C’est normal, ça se comprend. On a donc vérifié avec les ayant-droits que les droits d’adaptation BD étaient bien disponibles car ça ne figurait pas au contrat à l’époque. Denoël a voulu interpréter mais non… Finalement ils ont perdu les droits. C’était l’aspect juridique déplaisant mais ça finit bien.

BDE : Merci beaucoup !
OV : De rien, merci.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 octobre 2012.

Premières pages du Tome 1

© Ankama Éditions 2012/Vatine
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*