Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Si Sfar m’était conté….

Si Sfar m’était conté….

Figure incontournable de la Bande Dessinée actuelle, Joann Sfar jouit d’une exposition médiatique, si pas remarquée, tout du moins remarquable. Auteur, dessinateur, réalisateur, commissaire d’exposition et directeur de la collection Bayou chez Gallimard, que l’on souscrive ou pas à son style et à son propos, il est indéniable qu’il est prolixe, affable et exigeant sur ses productions.

Quand un auteur de ce calibre rencontre une éminence du 9eme art comme Thierry Groensteen (directeur des Cahiers de la bande dessinée dans les années 80, du musée de la bande dessinée d’Angoulême dans les années 90, fondateur de la revue 9ème art et des éditions de l’An 2, éditeur chez Actes Sud, enseignant à l’école supérieur de l’image d’Angoulême, auteur de très nombreux articles et d’une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire, l’esthétique et la sémiologie de la BD) et qu’ils décident de réaliser ensemble un livre d’entretien, il est évident qu’on va embrasser l’ensemble du paysage du gaufrier de ces 20 dernières années… Mais pas seulement.

Le souci méthodologique, la précision et la pertinence de la structuration amènent les deux auteurs d’Entretiens avec Joann Sfar à se questionner sur le rôle de la bande dessinée, sa place dans le milieu de la création artistique, sur la fonction et l’engagement de l’artiste. Sfar devient ici support à un message, à des idées et surtout témoin d’une histoire dessinée qui commence avec la bande de l’Association et se poursuit au cinéma, qui passe par des études de philosophie à Nice et l’école des Beaux-Arts de Paris.

A paraître le 4 janvier prochain, cet ouvrage édité par Les Impressions Nouvelles apporte un regard critique sur une aventure humaine riche et passionnante. On découvre entre autres le rapport de Sfar avec Edmond Baudoin et Moebius, deux autres monstres sacrés. Il nous apprend les livres qu’il tient pour mauvais et ceux qui lui ont apporté le plus de satisfaction. On perçoit de manière plus précise l’importance de sa famille. Car derrière les milliers de cases et de phylactères qui font l’œuvre, c’est bien l’homme qui est le sujet de ce livre.

Une discussion érudite à laquelle le lecteur est chaleureusement convié. Comme une incursion dans les coulisses d’un théâtre bigarré de monstres et d’hommes, souvent les deux mélangés, on découvre que les décors, les costumes, les artifices de la fiction sont des miroirs sur la réalité d’une société en mutation permanente.

Les auteurs s’amusent ici à construire et déconstruire certains concepts de la bande dessinée actuelle, comme des enfants peuvent s’amuser de briques de plastiques et donnent du volume, de la couleur et une existence nouvelle aux choses qui les entourent.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*