Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurent Verron – Dessinateur de Boule et Bill

Rencontre avec Laurent Verron – Dessinateur de Boule et Bill

Alors que le film de wouf sort sur les écrans nationaux aujourd’hui, et que le 34ème album de Boule et Bill est paru en ce début d’année 2013, nous vous proposons un entretien avec Laurent Verron, réalisé dans le cadre du festival d’Angoulême. Il nous parle de la BD, bien sûr, mais aussi de son avis sur ce long-métrage !

Chronique du Tome 30

Retrouvez les premières pages et la bande-annonce du Tome 34 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Laurent ! Un amour de cocker est déjà le 6ème album de Boule et Bill que vous signez. Est-ce plus facile qu’au départ ? Ou est-ce que l’ombre de Roba est toujours derrière vous, comme à l’époque où vous étiez son assistant ?
Laurent Verron : Je suis plus à l’aise avec les personnages, mais ce n’est pas forcément plus facile qu’avant. Pour la maman, par exemple, j’ai essayé de moderniser un peu sa coupe de cheveux, mais pas trop car on l’identifie beaucoup à son apparence. Il faut qu’au premier coup d’œil les gens reconnaissent les personnages. Cela dit, au début c’était plus difficile, puisqu’il fallait absolument « faire du Roba ». Après plusieurs années, on a envie de progresser, car c’est un peu le but du métier. Je me donne donc quelques contraintes de dessin pour essayer d’évoluer un petit peu, ce qui me donne un intérêt graphique à faire Boule et Bill. Parce qu’au bout de dix ans et six albums, rester dans le style d’un autre, ce n’est pas toujours évident.

BDE : Du coup, avez-vous un cahier des charges très strict à respecter ou est-ce qu’on vous laisse une certaine liberté graphique ?
LV : J’ai une paix royale de la part de l’éditeur. Aucun problème vraiment, et je touche du bois (rires). Après ils ont confiance en moi, ça fait dix ans que je suis là…

BDE : Et vous avez travaillé avec Roba…
LV : Voilà. C’est Roba qui m’a demandé de reprendre, qui a amené à Dargaud un successeur, donc ils étaient contents. Un auteur qui s’occupe lui-même de sa succession, ce n’est pas fréquent. Souvent c’est plus compliqué, parce que quand l’auteur est décédé, c’est les ayant-droits qui gèrent ça, ou c’est l’éditeur qui veut continuer, etc. Là, Roba est venu me chercher et m’a dit « je veux que tu reprennes Boule et Bill parce que je vais arrêter », et pour un éditeur c’est royal.

BDE : C’est effectivement assez rare…
LV : Oui, et Roba voulait s’en occuper en pleine connaissance de cause, en sachant qu’il y pensait depuis longtemps et ne voulait pas que ça parte en confiture après son décès. Donc tout a été réglé avant, et puis il a vu deux albums avant de partir. Je crois qu’il était relativement rassuré sur l’avenir de Boule et Bill avec ce que j’en ai fait. Et il savait que je n’allais pas dénaturer la série.

BDE : Justement, ça doit être difficile de juger entre figer le style de Roba et le faire évoluer, parce que lui-même aurait probablement évolué…
LV : En fait c’est instinctif, ça vient en dessinant. On fait évoluer, on s’améliore. Je me vois mal dessiner comme il y a dix, quinze ou vingt ans. C’est l’intérêt aussi de se métier d’apporter de nouvelles choses et de pouvoir, avec un crayon et un bout de papier, représenter des choses qu’on ne représentait pas avant. C’est ce qui est intéressant et motivant dans le métier. Après, Boule et Bill est une série à part, très connue, avec ses codes, et les lecteurs doivent retrouver l’univers qu’ils aiment, comme un refuge. J’ai la chance de pouvoir faire d’autres choses à côté.

BDE : En avez-vous toujours le temps ?
LV : Moins cette année mais, depuis 2009, on a sorti deux Boule et Bill et quatre albums de Fugitifs sur Terra II, et c’est important pour moi de ne pas faire que Boule et Bill.

BDE : Et en terme de notoriété, les choses ont-elles changé ?
LV : Non, puisque Fugitifs sur Terra II ne se vend pas très bien. Après, on est dans une période difficile, de surproduction, de crise, mais c’est très difficile d’imposer cette nouvelle série jeunesse et grand public, et d’avoir une visibilité. Je pense que les gens n’ont absolument pas fait le lien entre le dessinateur de Boule et Bill et celui de Fugitifs. Ce que le grand public retient, ce sont les personnages, pas l’auteur… Vous demandez à des gens « Goscinny ou Uderzo, c’est lequel qui est mort ? », beaucoup auront du mal à vous répondre.

BDE : Nous en discutions entre nous juste avant l’interview. Certaines séries prennent tellement d’ampleur que même leurs créateurs originaux sont parfois mis dans l’ombre de leurs propres personnages.
LV : Oui, ils sont inconnus du grand public. A part Hergé et quelques autres. Du coup, c’est le jour et la nuit entre les ventes de mes deux séries actuelles…

BDE : On imagine que c’est frustrant…
LV : Ҫa fait mal au cœur, oui. En plus, Fugitifs sur Terra II est une série qu’on a créée avec un ami, Cric, qui participe aussi aux scénarios de Boule et Bill. C’est vraiment une création, on y a mis nos tripes, on s’est un peu inspiré de nos enfants. C’est quelque chose de très personnel, et quand on voit les résultats… Après, je ne vais pas me plaindre puisque Boule et Bill me permett de vivre tout-à-fait correctement en ne faisant que de la BD. Beaucoup de gens ont d’autres jobs à côté pour vivre, j’ai pas mal de copains qui ont du mal. Mais j’aime continuer d’avoir des projets à côté, c’est important de faire mes planches à moi.

BDE : Vous avez mentionné Cric. Plusieurs scénaristes travaillent avec vous sur la série. Comment ça se passe ?
LV : Cric et Pierre Veys sont les deux principaux, ils font à peu près une moitié d’album chacun. Veys, c’est Dargaud qui me l’a proposé au début, puisque j’avais dit tout-de-suite, à Roba et à l’éditeur, que je ne faisais pas les scénarios. Je ne suis pas scénariste, surtout pour une série qui a déjà quelques 1200 gags. Dans ces conditions, se renouveler n’est pas évident, et je ne me sentais pas de le faire. Cric, quant à lui, avait des velléités scénaristiques, je lui ai demandé s’il voulait essayer, et il s’est pris au jeu. Il est passé de 5-6 gags par album à la moitié. Et puis, de temps en temps, les copains viennent participer, je pense à Jean-Yves Ferri, Diego Aranega, mais aussi Corbeyran au début. C’est surtout un travail au quotidien avec Cric puisqu’on habite dans la même ville, donc on peut vraiment travailler en commun. Il commence par m’apporter une idée et me demande « ça a été déjà été fait ou pas ? » (rires). J’ai une bonne mémoire de ce que Roba a fait, donc c’est toujours sa première question.

BDE : Pas facile effectivement de ne pas se répéter…
LV : On reste dans des familles de gags, dont certains peuvent se ressembler, mais il est arrivé à mes scénaristes, sans vouloir plagier ou quoi que ce soit, de refaire texto un gag qui avait déjà été fait, parce que ça paraissait naturel… 50 ans d’existence pour la série, dans un univers restreint, avec la famille et la maison, ce n’est pas évident.

BDE : Mais c’est amusant, finalement, de retrouver les mêmes idées de temps en temps…
LV : Oui, oui, il y a des « running-gags », comme les scènes du bain, du gigot… Avec plusieurs années d’écart, c’est souvent intéressant, mais il faut tout-de-même faire attention. C’est notre principale préoccupation. Après, c’est amusant, on note les idées et Cric mime la scène ! Pierre Veys, c’est différent, comme il habite très loin, il m’envoie directement le scénario découpé, mais je peux faire quelques modifications si nécessaire, ajouter une case par-ci-par-là.

BDE : Boule et Bill a toujours été une série avec d’un côté des gags intemporels, se déroulant autour ou dans la maison familiale, dans la rue ou dans un paysage naturel de campagne, de mer ou de montagne, et d’un autre côté, quelques références à l’époque. Les héros côtoient de ce fait les nouvelles technologies dans les derniers albums…
LV : C’est ce qu’on a voulu faire, oui, très modestement. Je dis toujours ça mais je pense toujours au gamin d’aujourd’hui qui va découvrir la série. Il ne doit pas avoir à se demander « ils habitent où ? Ils vivent quand ? ».

BDE : Et c’est dans la continuité de Roba qui n’hésitait pas à avancer avec son temps, en évoquant la série Dallas, Rintintin, des célébrités du sport, etc.
LV : Oui, ou le skate-board quand ça a démarré au moment des années 1970. Nous on a mis un ordinateur dans la maison, Boule a un portable dans le dernier album, et tout vient naturellement pour que le gamin d’aujourd’hui se retrouve dans le personnage. Après on ne va tout changer, sinon on fait une autre série à la Kid Paddle ou à la Titeuf, mais on intègre quelques éléments de modernité.

BDE : Pourrait-on espérer voir Boule et Bill vivre un jour une nouvelle aventure longue, comme c’était le cas dans l’album Globe-Trotters ?
LV : Ce n’est pas d’actualité, non. Mais Roba l’avait fait parce qu’il y avait une grosse pression des lecteurs, qui demandaient une histoire longue. Au final, il n’était pas très satisfait de cet album, ce n’est pas son préféré… Lui était vraiment un gagman, et il aimait les histoires courtes, les courts-métrages au cinéma c’était son truc… Donc on n’y pense pas spécialement. En revanche, on peut éventuellement refaire des histoires de 4-6 pages, comme ça lui est arrivé également. Mais ça restera des petites tranches de vie minimes…

BDE : Boule et Bill, c’est aussi un univers plus large, avec des produits dérivés. Mais pour rester dans les livres, quel est votre regard sur P’tit Boule et Bill, la collection dessinée par José Luis Munuera ?
LV : C’est une volonté de l’éditeur, qui savait que je n’avais pas le temps de le faire, donc ils ont demandé à Munuera qui est un excellent dessinateur, et rapide en plus ! (rires). On se connait un petit peu et je lui ai donné quelques conseils pour ses premières histoires. Après, c’est pour essayer d’accrocher un lectorat un peu plus jeune, d’intéresser les 4-6 ans au monde de la BD. C’est une bonne expérience, complémentaire avec les albums classiques. Espérons que ça pourra amener de nouveaux lecteurs !

BDE : On ne peut pas terminer sans évoquer le film, qui sort aujourd’hui, 29 février. Est-ce que vous avez été impliqué ?
LV : De façon très modeste, oui. Pas au scénario mais pour une scène du film. En fait, je ne peux pas trop en dévoiler mais l’histoire du film, finalement, c’est un peu la création de Boule et Bill. Franck Dubosc, qui joue le papa, est malheureux quand ils font une fugue, et comme il est designer publicitaire de métier, il se met à les dessiner. Or, l’équipe du film souhaitait filmer le dessin en train de se faire. J’ai donc fait la doublure main de Dubosc, et on voit des croquis, très rapides, que je suis en train de dessiner. C’était très sympa à faire et ça m’a permis de découvrir l’univers du cinéma. J’ai beaucoup apprécié l’équipe qui – et ça m’a tenu à cœur – voulait vraiment ne pas perdre de vue que Boule et Bill était avant tout une série de bande dessinée. Du coup, lors d’une séquence finale, on voit une scène filmée qui débute, et j’ai été chargé de la terminer avec quelques cases. Et à l’écran on voit la feuille blanche, l’apparition des cases, le crayonné pour chaque, l’encrage et la mise en couleurs. On a fait environ une trentaine de scans de la planche, comme ça, et on la voit se révéler à l’écran. C’est vachement bien ! Et cette histoire du père qui invente Boule et Bill, c’est la véritable histoire de Roba, qui s’est inspiré de son fils et de son chien, tout simplement…

BDE : On peut donc espérer voir un film très fidèle, au moins dans l’esprit…
LV : Tout-à-fait. Ils ont changé la date, en situant l’action dans les années 1970 au lieu des années 1950, ce qui permet de garder la 2CV, par exemple. Et ça passe bien…

BDE : Vous nous le recommandez, donc ?
LV : Oui, c’est un bon film ! C’est frais, il y a un peu d’émotion, et c’est vraiment tout public, à destination des familles, un peu dans le style des adaptations de L’Élève Ducobu. Je trouve que c’est très honorable… Je pense notamment à la rencontre très sympa entre Bill et la tortue Caroline. Elle donne lieu à un slow langoureux, elle le drague, c’est vraiment marrant… Et puis il y a des cascades, des petites péripéties pour amener un peu d’aventure. Après il n’aura pas la Palme d’Or à Cannes, mais ce n’est pas son but. En tout cas, je me suis bien entendu avec les réalisateurs qui étaient très sympas.

BDE : Étiez-vous un peu angoissé au départ, au lancement du projet ?
LV : Bien sûr, mais Dargaud a été exigeant, a demandé à voir le scénario, pour contrôler un peu tout ça. Quant à moi, Boule et Bill ne m’appartiennent pas, mais je peux revendiquer le film sans problème, il est bien dans l’esprit de la série et, je le répète, j’étais ravi qu’il montre aux gens que c’est une bande dessinée.

BDE : Et bien, nous ferons le relais auprès de nos lecteurs et nous irons voir ce film avec un bon a priori ! Merci beaucoup !
LV : Merci à vous et bonne continuation !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 31 janvier 2013.

Cliquez ci-dessous pour voir la bande-annonce :

Premières pages du Tome 34

© Dargaud 2012/Verron d’après Roba
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*