Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Quelle crise de la BD ?

Quelle crise de la BD ?

Nos confrères du site ActuaBD ont eu l’occasion de s’entretenir avec Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture de l’actuel gouvernement (pour lire cette interview, cela se passe ici). Mais dans un secteur déjà très précaire pour ses principaux acteurs, à savoir les auteurs, une petite phrase a fait mal : « Non, on ne m’a pas parlé de crise de la BD ». Cette phrase a vite fait le tour des réseaux sociaux et les auteurs, comme les passionnés de BD, se sont emparés du sujet et appellent clairement à une réelle reconnaissance du problème actuel… cette vraie crise.

Nous avons pris contact avec le Ministère de la Culture, afin de nous entretenir sur le sujet. Du côté gouvernemental, le discours se veut plus nuancé et nous a présenté l’agenda très chargé de la Ministre lors de sa venue à Angoulême : visite des stands, aussi bien chez les indépendants que chez les gros éditeurs, remise de distinctions officielles, inauguration et quelques rencontres étaient au programme. Mais pas de rencontre avec la réalisatrice du documentaire Sous les bulles, l’autre visage de la BD, Maiana Bidegain, pour, d’après le Ministère, un problème de disponibilité.

Et finalement, est-ce que du côté du Ministère de la Culture, le réel problème actuel vécu par les auteurs est connu et compris ?
Les propos se veulent finalement rassurants. Oui, Mme Filippetti connaît cette situation de précarité et souhaite lutter contre cela. Les discours officiels ne cachent pas cet aspect des choses, citons par exemple le discours prononcé lors de l’inauguration de ce 40ème Festival International de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême : « Le rôle de l’État est de garantir que cette mutation du marché ait lieu dans des conditions qui permettent de maintenir une juste rémunération des différents acteurs de la chaîne, et notamment des ayant-droits, afin d’assurer le déploiement de modèles économiques permettant la production et la diffusion d’une offre éditoriale diversifiée ».

Alors une question nous taraude… Pourquoi ne pas avoir parlé de crise ?
Mme Filippetti constate que le livre, et notamment la BD, se porte bien par rapport aux autres supports du secteur culturel. Donc économiquement, ce secteur n’est pas en crise, pas au sens strict du terme. En revanche, le Ministère reconnaît la précarité des créateurs culturels, il le sait et l’observe de jour en jour ; et pense que les créateurs ne sont pas suffisamment rémunérés pour leur travail. Un des principaux problèmes vient du fait que le créateur est souvent seul à négocier son contrat, établi de façon individuelle.

Certes, en faire le constat est une chose, vouloir lutter contre cette précarité en est une autre, mais dans les faits, quoi de concret ?
Là encore, le Ministère se veut rassurant. Il y a actuellement des négociations entre les auteurs et les éditeurs au sujet du numérique et de la question des droits. Ces négociations, auxquelles la Ministre prend part, mettent autour de la table aussi bien le Syndicat National de l’Edition mais aussi le Conseil Permanent des Ecrivains, regroupant notamment la Société des Gens de Lettres ou le Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs. Il y a donc bien, toujours d’après le Ministère, une écoute des deux « camps », éditeurs comme auteurs.
Le Ministère de la Culture insiste sur son souhait de la réussite de ces négociations, où le dialogue était rompu lors de l’arrivée au pouvoir du gouvernement Ayrault. Et en cas d’échec, les élus pourraient être appelés à intervenir, plusieurs pistes sont ainsi à l’étude. De quelle façon ? Quels sont les objectifs visés ? Nous n’en saurons malheureusement pas plus, les négociations étant toujours en cours.

Une échéance est cependant fixée : les négociations devraient s’achever fin février et dès début mars, le monde de la BD (et de l’écriture en général) devrait en savoir plus. Toujours dans une volonté de rassurer, le Ministère de la Culture évoque le changement de président au sein du Syndicat National de l’Edition et la prise de conscience progressive des éditeurs, du mouvement actuel, où les créateurs sont de plus en plus nombreux à vouloir s’affranchir de ces derniers.

Réelle volonté de changement et d’amélioration d’un système précaire pour ses principaux acteurs ?
Simple rattrapage de « couac » ?
Pour l’instant, difficile d’aller plus loin… A surveiller début mars et en espérant que les acteurs du livre, ainsi que le gouvernement, réussiront à trouver un accord qui saura satisfaire tous les partis et permettra aux auteurs de sortir la tête de l’eau.

8 Commentaires

  1. marazano
    Posté 7 février 2013 at 2 h 53 min | Permalink

    Et cet article est censé nuancer les propos de la ministre à Angoulême ? On ne sait plus si on doit rire ou pleurer …

  2. Posté 7 février 2013 at 8 h 15 min | Permalink

    Disons que comme me l’a expliqué le Ministère, la BD se porte bien… mais pas ses acteurs principaux, et il y a au moins cette prise de conscience et cette volonté (réelle ou non, je ne peux en juger) de faire changer les choses.
    Après, je n’ai pas pu en savoir plus et ça peut être aussi bien de vagues promesses que du concret. J’attends justement de savoir ce que vont donner les négociations en cours qui peuvent certainement dépasser le simple débat autour du numérique.

  3. Posté 7 février 2013 at 8 h 30 min | Permalink

    La ministre de la culture ne pourra pas résoudre ce problème puisque ce sont des techniciens du ministère qui en seront chargés et que ces derniers suivront les recommandations des 4 ou 5 gros éditeurs qui défendent leurs intérêts antinomiques avec ceux des auteurs… C’est aux auteurs de réagir avec intelligence. Le gouvernement actuel est encore plus libéral que le précédent !

  4. Posté 7 février 2013 at 10 h 44 min | Permalink

    « A surveiller début mars et en espérant que les acteurs du livre, ainsi que le gouvernement, réussiront à trouver un accord qui saura satisfaire tous les partis et permettra aux auteurs de sortir la tête de l’eau. »

    Alors autant ne pas compter sur le printemps 2013 pour régler quoi que ce soir, disons-le tout de suite. Ca ne va rien résoudre du tout.

  5. Posté 7 février 2013 at 10 h 48 min | Permalink

    Côté suite de cette histoire :
    Je compte reprendre contact avec le Ministère de la Culture dès que ces négociations seront passées pour justement savoir ce qui a été décidé concrètement… et pas seulement sur la question du numérique.
    Toute façon, le fait de reconnaître qu’il existe une réelle précarité des auteurs est déjà positif (façon de parler) puisqu’il sera difficile de dire ensuite : « Nous n’étions pas au courant ».
    J’espère ainsi obtenir de réelles précisions et qu’on sache s’il y a eu des décisions concrètes visant à l’amélioration de la situation actuelle.

  6. Big Punisher
    Posté 7 février 2013 at 19 h 12 min | Permalink

    Je suis assez d’accord que les auteurs doivent prendre la parole sur ce sujet notamment par le biais du SNAC.

    Certains petits éditeurs se battent pour offrir une rémunération déscente à leurs auteurs. Ce n’est pas toujours le cas des éditeurs mainstream qui pourtant éditent des volumes plus importants et profitent de marges plus substantielles.

    Est ce que Madame Phillipéti s’indigne des droits d’auteurs qu’elle a perçue sur son dernier livre que son statut de ministre et un buzz médiatique ont sans doute décuplé?
    Est ce qu’elle profite de son nouveau statut politique pour agir de manière concrète et significative?

    Je ne peux que constater que l’organe charnu et mobile, dont elle décrit une des utilisations les plus agréables qu’il soit dans son dernier ouvrage, soit devenu une inerte et figée langue de bois!

  7. Posté 8 février 2013 at 17 h 47 min | Permalink

    Anton: je peux déjà te citer les éléments de langage relatifs au problème de la précarité des auteurs.

    « Cette problématique n’est pas liée à l’objet de la négociation en cours sur le numérique. »

  8. Posté 8 février 2013 at 20 h 55 min | Permalink

    Faites tourner même si vous n’êtes pas auteur car il s’agit de la liberté de création donc de la liberté de tout un chacun ! Il est temps de rappeler à ce gouvernement que le KAPITAL n’est pas le seul interlocuteur dans une discussion :

    Madame la ministre de la Culture

    Nous, auteurs de Bande Dessinée !
    Suite à vos déclarations sur le site ActuaBD, je regrette de constater que vous semblez malheureusement méconnaître ou ignorer les réalités du métier d’auteur de BD.
    Comment s’en étonner quand vous refusez de rencontrer les représentants des auteurs réunis au sein du Conseil Permanent des Ecrivains et ce, malgré leurs demandes répétées, alors que dans le même temps, vous rencontrez régulièrement le Syndicat National de l’Edition ?

    Ces dernières années, il devient de plus en plus dur de gagner sa vie en tant qu’auteur. Cela touche tout le monde dans la profession !!

    Aussi il est difficile d’entendre notre ministre de tutelle nous apprendre que tout va très bien dans le monde merveilleux de la Bande Dessinée.
    Avec le changement de gouvernement, votre arrivée au ministère avait suscité quelques espoirs chez les auteurs, mais nous ne pouvons pour l’instant qu’être déçus par votre manque d’intérêt, que nous espérons apparent.
    Nous savons que les négociations des représentants des auteurs avec le SNE arrivent à leur terme sous l’égide du ministère. C’est une attente forte pour nous, tant le déséquilibre entre auteurs et éditeurs est flagrant ; nous ne pouvons que le constater à chaque négociation de contrat, ce qui affecte notre capacité à gagner notre vie avec le fruit de notre travail.
    Nous verrons aux résultats de cet accord si vous nous soutenez et vous souciez effectivement des intérêts des auteurs, et pas seulement de ceux du lobby des éditeurs. Nous le relayerons auprès des journalistes, que cette controverse a mis à l’écoute. Que le résultat soit positif ou négatif.

    Il serait bon que vous acceptiez enfin de recevoir nos représentants. En effet, il ne nous semble pas que le SNE soit le mieux placé pour parler au nom des auteurs.

    Rappelons que si c’est l’éditeur qui fait la littérature, c’est l’auteur qui fait l’œuvre.

    Le SNAC sur FB : https://www.facebook.com/pages/Groupement-des-Auteurs-de-Bande-dessin%C3%A9e-SNAC/169486420839

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*