Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Florent Maudoux et Sourya – Auteurs de Freaks’ Squeele : Rouge

Rencontre avec Florent Maudoux et Sourya – Auteurs de Freaks’ Squeele : Rouge

« Nous y sommes, Xiong Mao. Voilà le conseil secret des Maîtresses de Flamendo. Fais exactement comme d’habitude et tout se passera à merveille! Crois en toi: tu es l’élève la plus talentueuse que j’aie jamais entraînée! »

A l’origine, nous ne devions rencontrer que Sourya à Angoulême. Au final, Florent Maudoux a accepté de se joindre à son dessinateur pour répondre à nos questions, des questions exclusivement centrées autour de Rouge, le premier spin-off de Freaks’ Squeele.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Sourya. Avant de parler de ton travail sur la série dérivée de Freaks’ Squeele, j’aimerais savoir ce que cela te fait de participer à ton premier festival d’Angoulême en tant qu’auteur, surtout quand on sait que tu as effectué une partie de tes études dans la capitale de la BD ?
Sourya : En effet, j’ai vécu ici trois ans et demi pour réaliser mes études à l’EMCA (École des Métiers du Cinéma d’Animation). Faire ce premier festival en tant qu’auteur, c’est une aventure inédite, c’est assez intéressant et ça démarre plutôt bien. Je n’avais jusque-là participé qu’à une séance de dédicaces en librairie, là c’est une autre dimension.

BDE : Comment as-tu intégré le projet Rouge ?
S : C’était assez inattendu, je travaillais dans l’animation et, quand Florent Maudoux m’a appelé, j’étais encore en train de dormir (rires). C’était à une époque où je travaillais seul sur un projet de dessin animé et ça ne marchait pas fort, alors la proposition de Florent est arrivée au bon moment pour que je me lance dans la bande dessinée. Je n’étais pas lecteur de Freaks’ Squeele mais depuis j’ai rattrapé mon retard. Notre première rencontre remonte à 2010 et ce projet a mis un peu de temps à se mettre en place.

BDE : Bonjour Florent. De ton côté, comment as-tu eu vent du talent de Sourya ?
Florent Maudoux : On m’a présenté le dessin de Sourya parmi plein d’autres jeunes dessinateurs. D’ailleurs, c’est John de la BD Maliki qui m’a présenté son travail tout en croyant que Sourya était une fille. Je l’ai très vite détrompé car je connaissais Sourya sur le forum Catsuka. Son dessin m’a plu immédiatement, c’est vivant et c’est ce que je recherchais le plus chez un dessinateur en plus de son implication et sa façon de donner vie aux personnages. Ma chance a été que Sourya ait été disponible au bon moment et qu’il ait eu envie de réaliser cette BD avec moi. En voyant son dessin je me suis dit que j’allais lui écrire une histoire adaptée à son dessin, il m’a tout de suite inspiré.

BDE : L’idée d’une série dérivée de Freaks’ Squeele remonte finalement à longtemps ?
FM : Dès le premier tome de Freaks’ Squeele, il y a des idées de séries dérivées qui se sont mises en place, je savais dès le début que j’avais envie de faire une série sur Funérailles par exemple, Valkyrie également assez rapidement. Suite à ses recherches-là, je me suis dit que Xiong Mao pouvait faire l’objet d’une série parce que c’est un personnage qui a beaucoup de choses à raconter et je n’avais plus tellement le temps de le faire dans la série principale. A un moment donné, il faut se concentrer sur l’arc scénaristique principal avec les personnages, si tu digresses trop à gauche à droite tu finis par perdre les gens. Donc, plutôt que de proposer une BD fourre-tout où il se passe tout et n’importe quoi, j’ai essayé de compartimenter et proposer des choses différentes avec un dessin différent.

BDE : D’autres spin-off sont donc prévus ?
FM : Pour l’instant, je vois déjà Rouge en trois tomes, on verra ensuite si le besoin se fait ressentir d’aller plus loin. Quant aux autres personnages, je peux déjà vous confirmer la sortie de Funérailles en mai, pour l’occasion c’est moi qui ai réalisé le dessin. J’avais fait une pause avec la série principale mais j’ai depuis repris le boulot dessus, le tome 6 est d’ailleurs prévu pour septembre. J’ai fait 65 planches donc c’est déjà bien avancé. Concernant le projet sur le personnage de Valkyrie, j’ai trouvé une dessinatrice talentueuse qui a cette passion commune avec Sourya de donner vie aux personnages, à suivre…

BDE : Sourya, ton style est différent de celui de Florent, tu es plutôt axé sur un style manga. Penses-tu que cela puisse gêner les fans de la série originelle ?
S : Effectivement nous avions cette crainte-là, mais cela peut nous permettre également de toucher un lectorat différent de celui de Freaks’ Squeele. Avec Florent, dès le départ, on ne souhaitait pas que je copie son style et que je le fasse vraiment dans le mien. De toute manière, je ne pense pas que j’aurais pu avoir un style comme celui de Florent.
FM : Ce n’était vraiment pas le but de faire du simili Freaks’ Squeele. Comme je l’ai dit, c’est en voyant son travail que j’ai été inspiré pour écrire cette histoire, lui demander alors de changer de style n’aurait pas eu d’intérêt. Si vraiment j’avais eu envie que le dessin de ce spin-off colle en tout point à mon style, j’aurais créé un studio mais je suis contre. Quand on parle de studio, cela signifie travailler avec des assistants mais ça ne m’intéresse pas car dans le mot « assistant » cela sous-entend « assisté » et « assistanat ». Personnellement, je préfère des gens qui ont du répondant, qui se font plaisir dans un style qui leur appartient et qu’ils amènent quelque chose à la série.

BDE : Par rapport à l’animation, le travail sur une bande dessinée correspond à ce que tu attendais ?
S : Oui, totalement. J’étais très lent au démarrage mais aujourd’hui j’ai trouvé mon trait et mon rythme de travail. A l’époque, je ne savais pas encore quel rendu je souhaitais avoir, j’avais fait quelques planches tests mais même celles-ci ne me satisfaisaient pas. C’est en commençant à travailler sur les planches de l’album que tout est venu naturellement.

BDE : N’est-ce pas compliqué de s’approprier des personnages créés par un autre auteur ?
S : Florent m’a laissé assez libre sur le character design mais c’est vrai qu’après avoir lu les Freaks’ Squeele j’avais déjà une idée de comment représenter Xiong-Mao. J’avais aussi les retours de Florent qui m’ont beaucoup aidé.
FM : Je voulais que tu te sentes bien dans la réalisation de tes personnages, que tu les appropries et qu’ils t’appartiennent au même titre que moi. Je voulais me laisser surprendre également, je voulais voir comment Sourya allait interpréter mes personnages. Par exemple, la coupe de cheveux de Xiong-Mao inspirée par celle de Mathilda dans Léon, je n’y avais pas pensé mais ça lui va très bien.

BDE : Est-ce facile de réussir à écrire en laissant de la liberté à son dessinateur ?
FM : Je sais que ça n’est pas simple pour tout le monde mais pour moi ça l’est, je ne suis pas très exigeant en règle générale, même si sur certains points je suis pointilleux. Pour le coup, j’aime bien me laisser surprendre et je fais pareil avec mes personnages en fait. Quand j’écris, je leur laisse une marge de manœuvre pour que des fois ils me surprennent. Quand on travaille avec quelqu’un comme Sourya, c’est encore plus simple, tu écris quelque chose et parfois ça ne lui plaît pas trop alors il remanie le texte et moi ça me convient. Cela permet d’impliquer son dessinateur dans le projet, le fait d’être dessinateur facilite certainement cette compréhension. Par exemple, quand je storyboarde pour moi, je réécris ensuite tout quasiment pour éviter les redites qui sont présentes. Il n’y a que le dessinateur qui puisse se rendre compte de cela quand il est devant sa planche, si j’étais trop directif je pense que cela casserait cette spontanéité qui rendrait le récit un peu scolaire. Une BD scolaire c’est l’opposé de ce que Sourya et moi souhaitions faire.
S : De plus, ce n’est pas le spin-off en lui-même qui m’intéressait à la base, c’était plutôt l’histoire, les personnages… Florent a vraiment été très patient et très ouvert car ce n’est pas facile. On a travaillé ensemble, il était ouvert aux critiques et ça m’a plu.
FM : Je pense par exemple à une scène en particulier où Aïnhoa se bourrait la gueule et, au début dans le texte, je voulais qu’elle noie sa déprime dans du sexe. Ça dérangeait Sourya et du coup on a réfléchi et c’est lui qui m’a orienté vers quelque chose de plus sensible. Du coup, j’ai ré-envisagé mon personnage différemment, ce qui m’a permis de rester dans le ton finalement. C’est vraiment un travail d’équipe et à ce niveau c’est une totale réussite.

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 31 janvier 2013.

Premières pages du Tome 1

© Ankama/Maudoux/Sourya
Photo © BDE/N.Vadeau
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*