Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Compte-rendu du 40ème festival d’Angoulême

Compte-rendu du 40ème festival d’Angoulême

Jeudi 31 janvier, 6h. Notre honorable président Nicolas Vadeau, accompagné des distingués Arnaud Gueury et Nicolas Raduget (autant nous jeter quelques fleurs au passage), quittaient la Touraine en direction de la Charente. Leur mission ? Couvrir une édition bien particulière du festival d’Angoulême. En effet, en plein hiver, l’événement fêtait ses 40 printemps… le comble de l’impertinence !

Un anniversaire marquant pour le premier festival BD de France avec des invités de marque tels Albert Uderzo (Astérix), Leiji Matsumoto (Albator) ou bien encore Don Rosa (La Jeunesse de Picsou). Côté météo, comme d’habitude, Bison Futé voyait rouge. Habituellement, le froid hivernal s’empare de l’événement ; cette année, c’est une pluie abondante qui est tombée sur la cité angoumoisine. Qu’importe, les bédéphiles sont résistants !

Cette pluie n’aura pas non plus découragé notre Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, qui découvrait son premier festival d’Angoulême. L’occasion de se balader à travers les bulles et de rencontrer les acteurs du 9ème art, le tout dans une ambiance bon enfant et avec un service de sécurité moins strict que pour ses prédécesseurs. Laurent Verron (Boule et Bill), Didier Cassegrain (Piège sur Zarkass), Florent Maudoux et Sourya (Freaks’ Squeele : Rouge) avaient de leur côté renvoyé leurs gorilles, et nous avons pu les rencontrer dans de sympathiques conditions, en leur soutirant au passage de nombreuses informations…

De magnifiques expositions étaient une nouvelle fois proposées, il y en avait pour tous les goûts entre l’expo présentant Albert Uderzo et sa riche carrière, celles consacrée à Disney, à Didier Comès ou bien encore celle dédiée à Pénélope Bagieu. Nous avons pu visiter les deux premières entre midi et deux, échappant à la foule, et ainsi apprécier comme il se devait la magie intemporelle de l’univers Disney, et le talent reconnu d’Albert Uderzo, sublimé par les magnifiques planches originales d’Astérix, bien sûr, mais aussi d’Oumpah-Pah ou Tanguy et Laverdure. A noter de sympathiques dessins de presse, une facette plus méconnue de son travail. Quant à l’exposition de la blogueuse, sacrée Chevalier des Arts et des Lettres à l’occasion de ce festival, elle a été particulièrement appréciée par la récente recrue BDE (à suivre ci-dessous), qui a hélas dû affronter la foule grouillant dans le bar Au 5 sens, en plein samedi après-midi.

La pluie, toujours elle, aura été l’actrice principale de la journée du vendredi puisque les bulles ont pris l’eau. Intervention d’urgence sur les stands avec réquisition des parapluies disponibles afin de protéger les auteurs dédicaçant pour leurs fans. Scène unique en son genre, que nous ne sommes pas prêts d’oublier, et les auteurs, éditeurs et visiteurs non plus ! Nous n’oublierons pas non plus nos rencontres avec Charlie Adlard (Walking Dead), Olivier Bocquet et Julie Rocheleau (La Colère de Fantômas), Jérôme Jouvray (Johnny Jungle) et bien d’autres auteurs…

Samedi matin, l’heure du passage de relais. Après une rencontre passionnée avec Pascal Garray, membre actif du studio Peyo depuis plus de vingt ans, et un café bu avec Mara (Clues), nous partîmes en direction du Pavillon Jeunes Talents, où nous attendait une nouvelle recrue tout aussi jeune, Aurélie Maillot. Nous la chargeâmes de rencontrer Guillaume Bouzard pour évoquer La Bibite à bon dieu (pour une première interview, ça commençait fort), et Skalito Yoshimoto avec sa Machination. Pendant ce temps-là, les 3 reporters historiques, dignes du prix Albert-Londres, regagnaient leur camp de base, pour suivre à distance la fin du festival.

Angoulême 2013, l’année des anniversaires ? Effectivement, Spirou fête cette année ses 75 ans. Tout le monde s’attendait à ce qu’il soit mis à l’honneur mais l’absence pour la seconde édition consécutive des éditions Dupuis dissipait d’un coup les espoirs des fans. Notre équipe a tout de même pu rencontrer Yoann, dessinateur actuel de la série, afin de lui poser quelques questions (interview à paraître sur notre site).

Angoulême 2013, l’année des polémiques ? Que ce soit pour le Prix Schlingo remis à Guillaume Bouzard ou le Grand Prix d’Angoulême remis à Willem, les polémiques sont allées bon train. Pour le premier, les éditions Vraoum voyaient un de leurs auteurs remporter le prix, finalement ce fut un auteur des Requins Marteaux. Pour le second qui représente la récompense suprême à Angoulême, la polémique eut une ampleur bien plus médiatique. Une grande partie des auteurs, invités à voter pour l’auteur qui méritait le plus le Grand Prix, a eu la surprise de voir le nom de Willem recevoir la récompense. L’indignation est compréhensible puisque pour la première fois les auteurs étaient conviés à élire l’un des leurs, mais leur vote n’avait finalement pour utilité que de définir une short-list, la décision finale revenant à l’Académie des Grand-Prix. L’auteur ayant obtenu le plus de voix est Akira Toriyama (Dragon Ball), qui s’est vu remettre un Prix Spécial 40 ans, créé pour l’occasion (afin de dissiper le front contestataire mené par bon nombre d’auteurs).

Cette 40ème édition aura en tout cas fait parler d’elle par bien des aspects, heureux et malheureux ! C’est ainsi qu’un tel événement peut durer dans le temps… Longue vie au festival d’Angoulême, souhaitons lui de fêter encore de nombreuses bougies, et gageons qu’il continuera à évoluer dans l’idée de satisfaire tous les publics.

Rappel des différents prix décernés pour cette édition 2013 : ici.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*