Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Fabien Nury et Pierre Alary – Auteurs de Silas Corey

Rencontre avec Fabien Nury et Pierre Alary – Auteurs de Silas Corey

Silas Corey est l’une des nouvelles séries à suivre de ce début d’année 2013. Le premier tome est sorti en janvier, le second qui conclura le premier cycle est annoncé pour mars. Nous sommes allés à la rencontre de Fabien Nury et Pierre Alary pour en savoir un peu plus sur la série.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des recherches de couverture ainsi qu’une planche du tome 2 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Fabien et Pierre. Notre première question s’adresse à Fabien. Après le succès de Il était une fois en France, vous avez choisi la Première guerre mondiale comme toile de fond avec Silas Corey. N’avez-vous pas peur de la comparaison entre ces deux séries ?
Fabien Nury : Non, car les histoires n’ont rien à voir. Elles appartiennent à des genres différents. Il était une fois en France est une histoire vraie. Silas Corey est un feuilleton romanesque, dans la tradition d’Arsène Lupin, de Philip Kerr ou Ken Follett… Le degré de réalisme n’est absolument pas le même. Prenez Il faut sauver le Soldat Ryan et De l’or pour les braves : dans les deux cas, c’est la guerre contre les Nazis, mais ce n’est pas vraiment le même genre de film… Après, si je devais me voir coller une étiquette Il était une fois en France dans les prochaines années (comme un sticker sur un album…), ben, comment dire ? Ce n’est pas la pire chose qui puisse arriver à un auteur..

BDE : Silas Corey, à l’image de Joseph Joanovici, a le don de se mettre dans le sens du vent qui lui est le plus favorable. Profiteur, corruptible, voire maître-chanteur et parfois antipathique, Silas Corey est un anti-héros par excellence. Comment construit-on scénaristiquement et graphiquement parlant un personnage tel que lui ?
FN : Encore une fois, les personnages n’ont rien de commun, à mon avis. Joseph Joanovici est un anti-héros, dans la tradition des sagas criminelles ou des « biopics » traitant de l’ambition humaine. Silas Corey est un héros déguisé en cynique, sur le modèle des détectives Sam Spade ou Philip Marlowe, immortalisés par Bogart. L’époque le rapproche de Lupin, voire de Holmes, mais il se comporte bien plus comme un « privé » américain. Une remarque supplémentaire : ce n’est pas parce qu’il affirme bouffer à tous les râteliers qu’il le fera… Simplement, il préfère se faire payer plutôt qu’arrêter ou taper dessus. Logique, non ?
Pierre Alary : Non, sinon, de mon coté, je pars de point précis discutés en amont avec Fabien : couleur des cheveux, taille, allure, etc. Ensuite, je l’habille, les vêtements, l’époque même, vont aider à le définir, à trouver son physique aussi (un peu). Puis je (on) cherche, on passe par des essais un peu plus réalistes, un peu moins réalistes, j’essaye de lui trouver des petit « tics » de dessins qui le définiront. Par exemple, sa petite mèche sur le front, ses favoris. Je cherche à trouver un personnage, des traits, des lignes, que je vais prendre plaisir à dessiner sur 128 pages…

BDE : Comment s’est justement passée votre collaboration sur cet album ?
FN : Pierre a été très, très généreux. Il a accepté de réaliser 125 planches, avant de voir un seul album sortir ! Et ces planches, c’est peu dire qu’il les a travaillées… En fait, le gros de nos discussions a porté sur la mise en scène, le découpage. Après, sur le dessin de Pierre et les couleurs de Bruno Garcia, que dire, sinon « merci » ?
PA : Plutôt bien, hein ? Disons que comme pour tous les nouveaux couples, on a appris à se connaître, à se comprendre, chacun de nous a fait un peu de chemin vers l’autre, sur les « méthodes » de travail, la façon qu’a chacun d’appréhender le medium, les accepter, ou pas… On a mis un peu de temps à se « caler », c’était normal. Ça nous laisse des bonnes anecdotes pour rire au coin du feu… Mais tout s’est toujours fait dans l’envie et le plaisir, et la volonté d’un résultat généreux. Et maintenant, je pense que l’on est pas mal…

BDE : Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet quand Fabien vous l’a présenté ?
PA : J’avais fait la démarche d’aller vers Fabien car j’avais bien envie de travailler avec lui, pour apprécier son travail et son approche d’écriture sur les personnages, entre autres. Il avait deux projets dans ses tiroirs. Je ne sais pas ce qu’était l’autre, celui-ci m’a plu. L’époque, l’approche, le côté BD populaire avec un chouette personnage, un héros de BD d’aventures… Et comme le récit était écrit, j’ai pu le lire tout de suite et, ma foi, je m’y voyais bien… J’y ai trouvé ce que je cherchais.

BDE : Si Silas Corey nous conquiert immédiatement par son charisme, un personnage plus discret mais très intriguant attire notre attention : son bras droit, Nam. L’intuition que son rôle n’est pas uniquement secondaire nous envahit vite. En apprendrons-nous plus sur son histoire personnelle ?
FN : Oui, sans doute. D’ailleurs, concernant la ressemblance entre ce duo et celui que forment Kato et l’inspecteur Clouseau, je plaide l’ignorance ! Je n’ai vu le film qu’après avoir écrit Silas… En fait, une référence que j’avais plus en tête est Massa, l’assistant japonais du détective Fandorine, dans les romans de Boris Akounine… J’aime beaucoup Nam. C’est un vrai plaisir de faire vivre un personnage très poli, qui commence toutes ses phrases par « Monsieur » et qui en même temps est dangereux et efficace.

BDE : Silas Corey un diptyque mais on ne peut s’empêcher d’espérer que la série soit prolongée par peur qu’il nous reste des questions sans réponse et même par attachement à cet univers. Pensez-vous mettre en scène Silas dans une autre enquête ?
FN : Bien sûr ! En fait, nous voyons Silas Corey comme une possible série de « roman policier / espionnage en BD ». Chaque aventure est bouclée, indépendante, et peut prendre un, deux ou trois albums. Mais le héros (sauf s’il meurt…) peut revenir dans un autre roman ! Et puis s’il meurt, ben… il a eu une vie tumultueuse, ce Silas. Il y a bien des « blancs » à remplir.
PA : Si la série est « prolongée » ce ne sera sûrement pas par peur, mais par plaisir…

BDE : Merci à vous deux !
FN : Merci.
PA : Merci à vous aussi.

Propos recueillis par Aurelia Licatesi et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 19 février 2013.

Bonus : Recherches de couverture + une planche du Tome 2

© Glénat/Nury/Alary
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*