Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Lionel Richerand – Auteur de Dans la forêt

Rencontre avec Lionel Richerand – Auteur de Dans la forêt

« Il y a plus dans les forêts que dans les livres. » (Saint Bernard de Clairvaux)

Lionel Richerand s’emploie logiquement à aller chercher dans le monde sylvestre de quoi alimenter sa dernière production, Dans la forêt, aux éditions Soleil. Au sein de la belle collection Métamorpose, dirigée par Barbara Canepa et Clotilde Vu, le dessinateur parisien distribue à chacune page de l’ouvrage de délicates claques visuelles à son lecteur, happé par la fluidité du récit. Impérativement, c’est en compagnie de son auteur né des hauteurs alpines qu’il fallait découvrir les profondes racines de cet ouvrage aussi singulier que réussi.

Chronique de l’album

Bulle d’Encre : Lionel, peux-tu nous expliquer comment le projet de Dans la forêt est né ? Quelles envies t’ont amené à dessiner ce conte ?
Lionel Richerand : Dans la forêt est né fin 2008, de la conjonction de plusieurs facteurs. D’abord de mon envie de réaliser un album personnel où j’utiliserais les animaux fantastiques que je dessine depuis toujours dans mes carnets. Et aussi de ma rencontre avec Guillaume Bianco dans un festival et de la découverte de la collection Métamorphose chez Soleil, dirigée par Barbara Canepa et Clotilde Vu. Barbara m’a dit : « Si tu fais une histoire avec tes monstres, je prends ! ». Ça m’a motivé à lui proposer l’idée d’une petite fille perdue dans la forêt rencontrant des créatures de plus en plus étranges.
Barbara m’a aussi suggéré de partir d’un découpage classique et d’amener progressivement le lecteur dans mon monde. J’ai d’abord travaillé mes architectures et costumes en me documentant sur la période victorienne. Puis, par glissements successifs, on passe de l’historique au fantastique, et enfin dans le merveilleux. L’étrangeté se diffuse de manière progressive.

BDE : Et comment s’est tissée ta relation de travail avec Barbara?
LR : Pour le travail avec Barbara et Clotilde, j’ai joui d’une très grande liberté éditoriale et d’une grande confiance. Elles sont très complémentaires : Barbara a un regard graphique très précis et Clotilde un point de vue plus littéraire. Même si bien sûr les rôles ne sont pas aussi cloisonnés. Il y a une émulation pour obtenir le meilleur. Elles sont très respectueuses des auteurs, avec une exigence qui tire vers le haut. C’est une grande chance et une très belle rencontre.

BDE : Parlons de la structure du livre. Deux parties distinctes, avec l’histoire en tant que telle, et un foisonnant bestiaire, où tu figures les protagonistes de l’ouvrage. D’où t’est venue cette idée ?
LR : J’aime les bestiaires fantastiques, les encyclopédies mythologiques. Dessiner des créatures, c’est ma façon de rêver. La collection Métamorphose, par son nom, était parfaite pour travailler les hybridations d’animaux. Avant cette rencontre avec Barbara, je n’avais pas réussi à intéresser un éditeur pour publier mon bestiaire. Cette collection était une évidence, elle offrait cette possibilité. Et j’ai pu m’en donner à cœur joie !
Une fois que le lecteur a fini l’histoire, il peut plonger dans les notes que constitue le bestiaire en fin de livre. C’est un approfondissement de la caractérisation des animaux qui se trouvent dans la bande dessinée. C’est une sorte de cabinet des curiosités. Le bestiaire est organisé chronologiquement dans l’ordre des rencontres que fait Anna dans la forêt. On part de l’animal le plus commun pour aboutir au plus étrange : des crapauds basiques aux Innommables.

BDE : Être réalisateur d’animation chevronné t’a-t-il un peu aiguillé vers l’exposition de ton travail dans une telle bible ?
LR : Chevronné, je ne dirais pas ça ! J’ai réalisé un film de 26 minutes en stop motion sorti en 2001, La Peur du Loup, puis une série, Les Grabonautes… L’animation est un vrai marathon. Le dessin offre plus de légèreté de création. J’ai gardé pour ma production papier la pratique structurante des bibles d’animation. J’aime bien faire des fiches de personnages et définir les caractéristiques de chaque protagoniste est sans doute devenu un réflexe. J’aime aussi beaucoup les symboles et, pour Dans la forêt, j’ai travaillé les blasons et les détails anatomiques de mes animaux.
Chaque détail doit compter dans la résolution de l’intrigue. Certains éléments du bestiaire sont la reconfiguration de mes carnets personnels. Mes carnets représentent mon humus créatif. C’est là que je puise mon inspiration et que je ne m’interdis rien. Je tiens des carnets depuis mes vingt ans, toujours le même format : 192 pages, 22 X 17 cm dos toilé, Le dauphin – Registre avec une couverture marbrée. Le dessin dans des carnets est un bon repérage de mes obsessions, les loups, les animaux étranges reviennent régulièrement dans ces pages.

BDE : Tu plantes un décor initialement victorien, pour situer tes personnages. D’où t’est venue cette idée de point de départ ? Le fantastique anglo-saxon comme Alice au pays des merveilles tient-il notamment une grande place dans tes lectures passées ?
LR : J’ai été marqué dans mon enfance par Alice aux pays des merveilles et cette fascination a été réactivé par ma découverte en animation du long-métrage Alice de Jan Svankmajer en 1987. C’est ce film qui m’a donné envie de faire de l’animation en marionnettes. J’aime beaucoup aussi Edward Gorey et les illustrateurs anglais, ou les collages surréalistes de Max Ernst. J’ai aussi été marqué par ma lecture du Tour d’écrou d’Henry James et par les écrits de Pierre Péju, La Petite Fille dans la forêt des contes.
En fait, j’ai essayé de me servir de toutes mes influences pour me tirer vers le haut !

BDE : Les vêtements de tes personnages ont aussi un sens et des fonctions très particulières pour représenter les personnages et leur évolution intérieure. Comment as-tu procédé ?
LR : La première image que j’ai montrée à Barbara représentait Anna à l’orée de la forêt en chemise de nuit. Toute l’histoire est venue de cette envie d’image. Après, le travail a été de justifier dramatiquement la présence de cette petite fille en nuisette dans une forêt. J’ai adapté ma structure d’écriture aux vêtements d’Anna.
Historique : Elle porte une robe victorienne de petite fille.
Fantastique : Elle est en chemise de nuit avec un nœud dans les cheveux qui la fait ressembler à une petite souris.
Merveilleux : La forêt la transforme en une sorte de Marie-Antoinette pour sa rencontre avec « La Grande Boueuse ».
Puis le dépouillement de la fin qui révèle un physique de jeune fille.

BDE : J’ai pu échanger avec Guillaume Long, ton ami du grand Est et du grand webBd français. Il se rappelait que tu lui avais donné l’autorisation de le reproduire ainsi que sa famille sur son blog en argumentant : « de toute façon, être dessiné par toi, c’est la meilleure garantie d’anonymat possible ! ». Et il voulait donc savoir si toi aussi tu dessinais des gens que tu aimes ou admires dans tes bandes-dessinées et, si oui, (et même si non) pourquoi ?
LR : Guillaume apparaîtra dans le prochain tome d’Aâma de Frederik Peeters ! En plus d’À boire et à manger, c’est un formidable acteur de bande dessinée. Je me fais un casting d’acteurs ou de gens que j’aime pour garder le physique d’un personnage. Le régisseur, c’est Clark Gable, mais une version toxique du bourreau des cœurs d’Autant en emporte le vent. Pour Petit conte léguminesque, je m’étais inspiré d’un mélange de Spencer Tracy et de Kirk Douglas pour l’esclave Démitrios. Il y a même une apparition de Michou.
Donc je ne me fais pas une règle de ces apparitions, mais je pense que l’on part toujours de quelqu’un de connu de soi ou d’un plus large public. Ça aide à garder une physionomie et après, quand on a suffisamment le personnage en main, on prend des libertés. Blueberry de Jean Giraud, c’est quand même Jean-Paul Belmondo dans les premières cases de Fort Navajo !

BDE : J’ai été saisi par la maîtrise des variations de rythme de la narration dans ton livre. Comment as-tu fait pour les obtenir ?
LR : J’ai travaillé avec la collaboration amicale et néanmoins nécessaire d’Éric Sannier (qui avait scénarisé Petit conte léguminesque, édité chez Akiléos) et Régis Jaulin, scénariste et grand structuraliste. Régis m’a beaucoup aidé pour la dynamique globale du récit. Ces lecteurs sont indispensables pour préserver de la fraîcheur et améliorer une histoire par un ping-pong dialectique.
Le récit s’est élaboré par couches successives, Anna est entraînée dans la forêt par un groupe de crapauds qui lui ont volé sa poupée et qu’ils ne lui rendront qu’en échange d’un baiser. C’est cette situation burlesque que j’ai rédigé en premier. Les crapauds, ce sont mes lapins blancs !
Il fallait aussi répondre aux interrogations du lecteur, qu’est-ce qu’Anna a de si spécial ? J’aime les récits à révélation. Si on prend Harry Potter, les premiers tomes se développent du point de vue des enfants et au fur et à mesure qu’Harry Potter grandit, se comprennent la problématique des adultes et les enjeux plus anciens. Un grand exemple de rigueur d’écriture !
Par la suite, j’ai approfondi les explications autour du secret de la naissance d’Anna et développé l’importance du personnage de la mère. Régis a été déterminant pour l’apparition de la sorcière. C’est grâce à lui que j’ai intégré la scène d’incendie.
D’un point de vue graphique, j’ai travaillé mon découpage en marquant chaque bascule du récit par une image en pleine page. L’histoire débute et se clôt par une pleine page. La couverture aussi marque ce concept de la traversée de la forêt. La variation de rythme vient aussi de la mise en couleur. Je dois dire que j’ai été comblé par le travail fantastique réalisé par le Studio Blinq. Stefania, Pamela et Giacomo ont fait un travail énorme pour faire ressortir les différents temps du récit. Et avec Barbara pour superviser la couleur, j’étais vraiment bien servi.

BDE : Tu as réalisé toi-même la couleur du Bestiaire de la fin du livre. Quelles différences as-tu fait entre le travail du studio Blinq sur l’aventure et le tien ? J’ai trouvé que tes choix de couleur du coup donnaient un côté plus immobile à ce muséum d’histoires naturelles, et on voyait du coup encore plus la minutie de ton travail (tout en allant revoir l’aventure).
LR : La couleur en bande dessinée est un travail de titan, bien plus que pour une illustration. Chaque case doit être pensée dans la page et en regard de la page opposée. Ça a été un travail très long. J’avais fini le bestiaire et ça a servi de référence pour la palette de couleurs de la bande dessinée. Mais avec l’œil de Barbara Canepa, qui est une grande coloriste et qui a l’expérience du travail d’équipe, j’étais tranquille. Elle a été aussi minutieuse que s’il avait s’agit de sa bande dessinée.

BDE : Pourrais-tu nous dire quelques mots de la façon dont tu as construit une des double-pages de ton album ?
LR : Les double-pages sont des respirations à des moments clefs de l’album. Toute la difficulté est de ne pas tomber dans un livre d’illustration. Les double-pages doivent rester narratives, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à les détailler.

BDE : J’ai pu voir en ligne certaines planches, que ce soit sur ton blog ou ta page FaceBook. Que t’ont apporté ces avant-premières montrant ton travail, de longue haleine sur cet album si je ne m’abuse ?
LR : Je ne mesure pas l’impact que peut produire la mise en ligne de dessins ou de preview de cases. On verra à la sortie des livres l’effet produit ! Ce que j’aime avec les blogs, c’est la sensation de plonger dans les cartons des auteurs. C’est toujours fascinant de voir une œuvre en gestation.

BDE : Et comment s’est passé le premier contact avec les lecteurs, à Angoulême et en librairie ?
LR : Ça se passe franchement très bien ! Pourvu que ça dure !

BDE : Une question subsidiaire de Guillaume Long : « Pourquoi avoir appelé ton livre comme une chanson de Lescop ? Es-tu fan de new-wave? » Et – peut-être plus sérieusement – y a-t-il des musiques qui ont marqué le temps où tu as dessiné ton livre, et quelles sont celles que tu verrais l’accompagner ?
LR : Je ne connais pas Lescop… Mais j’aurai plutôt pensé à l’album de The Cure, Forest. C’est plus ma musique d’adolescent !
C’est Cosey qui indique systématiquement les musiques à écouter en lisant ses albums, j’ai toujours trouvé ça formidable comme idée. Alors je dirai Agnès Obel (Philarmonics), Grimes (Visions), Fantômas (Delirium cordia), Joanna Newsom (Ys), Claudio Simonetti – The Goblin (bande originale de Ténèbre de Dario Argento)…
Par exemple, page 17, troisième bandeau, je l’ai dessiné sur Close Watch d’Agnès Obel. On voit la chouette de la couverture du CD dans le décor.

BDE : Et pour la suite, que peux-tu nous annoncer sortant en ce moment de ton bureau ? Et côté animation, te reverra-t-on bientôt sur de nouveaux projets ?
LR : J’ai sorti L’Etrange Réveillon chez Grasset Jeunesse, c’est un livre illustré sur un texte écrit par Bertrand Santini. J’ai un autre livre illustré, Le Dit de Sargas, qui sort aux éditions Mnémos sur un texte de Régis Jaulin.
Et j’ai bien sûr un projet que je voudrai soumettre à Clotilde Vu et Barbara Canepa pour prolonger cette belle collaboration…

Propos recueillis par Damian Leverd.

Interview réalisée le 25 février 2013.

© MC Productions 2013/Richerand
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*