Accueil » Univers Manga » Chroniques Manga » Les Mystérieuses Cités d’Or T1 (Bouveret) – Kazé – 8,99€

Les Mystérieuses Cités d’Or T1 (Bouveret) – Kazé – 8,99€

Parution : 03/2013

1532. Depuis la découverte d’un nouveau monde plein de richesses, les expéditions se multiplient dans le but de ramener ces trésors en Europe. Un mythe notamment attire la convoitise des explorateurs : les Cités d’or. Parmi eux, un certain Mendoza accompagne les hommes du seigneur Pizarro pour leur faire bénéficier de ses connaissances maritimes. Avec lui, il a entrainé un jeune garçon, Esteban, considéré par les Espagnols comme étant le « Fils du Soleil ». A fond de cale, il fait la rencontre de Zia, une descendante des peuples habitant le nouveau monde. Après une traversée mouvementée, le destin les attend…
Près de 30 ans après la première diffusion du dessin animé sur les écrans français et japonais, les aventures d’Esteban, Zia et Tao se poursuivent en manga, sous la supervision bienveillante de Bernard Deyriès, co-scénariste original (avec Jean Chalopin). Un choix de support tout naturel tant le succès initial a été le résultat du partage de compétences entre des auteurs français et des techniciens nippons, bien qu’il s’agisse là d’un manga 100% français. Première création du genre pour l’éditeur Kazé, qui proposera prochainement un très attendu coffret Blu-Ray collector de la série, sa réalisation a été confiée au dessinateur Thomas Bouveret (Element’R). Parfaitement dans l’esprit de l’œuvre, il réussit à retranscrire le souffle de l’aventure constamment présent comme les moments les plus comiques (qui a oublié les inénarrables Sancho et Pedro ?). Très proche du dessin original, on ressent un lourd travail graphique, facilité par la constitution d’un studio comme pour les mangakas japonais, puisque l’auteur est aidé de deux assistants, Yann Delahaie et Maxime Jager. Un mode de fonctionnement « pro » qui donne à ce manga des atouts uniques, les habituelles productions hexagonales n’atteignant pas cette qualité. En fin d’album, 14 pages bonus reviennent sur l’époque et les lieux de l’action, à la manière du fameux épilogue du dessin animé. N’y manque que la voix inimitable du regretté Jean Topart, disparu en décembre dernier.
Un manga à la française qui n’a pas à rougir de la comparaison avec ses modèles asiatiques, on n’en attendait pas moins pour rendre honneur à une œuvre culte qu’on prend plaisir à voir renaître sous nos yeux.

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*