Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Gatsby le magnifique (Melchior-Durand, Bachelier) – Gallimard – 18€

Gatsby le magnifique (Melchior-Durand, Bachelier) – Gallimard – 18€

Parution : 01/2013

C’est dans un Shanghai explosant de couleurs et de vitalité que Nick Carraway exerce la profession d’architecte. Sa bonne éducation l’a amené à respecter tout un chacun et l’a transformé progressivement en une sorte d’exutoire à l’épanchement. Tant et si bien que sa tolérance à l’autre s’en est trouvée fortement amoindrie. Nick a miraculeusement trouvé une maison disponible dans ses moyens, dans le parc d’une immense demeure bourgeoise, propriété d’un certain Gatsby. La chance ne s’arrête pas là, car la maison de sa cousine Daisy se situe sur la rive en face de la sienne. Daisy est marié à Tom, un rustre qui a installé une garçonnière en ville où il entretient une maîtresse. C’est en rentrant de chez eux que Nick tombe sur Gatsby pour la première fois. Cet homme richissime est si singulièrement romanesque qu’il force la sympathie et brise la méfiance de son nouveau voisin. A son contact, Nick découvre que Daisy et lui ont eu une liaison. Celle-ci est d’ailleurs encore très présente chez le milliardaire. Mais les coïncidences ne sont jamais vraiment dues au hasard et le destin n’est jamais prompt à ce qu’on lui force la main.
Le roman de Scott Fitzgerald est ici transposé dans la Chine des années 2000. Stéphane Melchior-Durand retrouve dans cet environnement la frénésie de construction du New York des années 20 dans laquelle évoluait le Nick Carraway originel. L’esthétique et l’ambiance graphique installées par Benjamin Bachelier passent des saillies des gratte-ciel ultra-modernes aux architectures de la Chine traditionnelle. Sa palette de couleurs pastels rend parfaitement les paysages sur lesquels s’appuient le héros – à grands renforts d’effets spéciaux outrageusement onéreux – pour produire de l’effet sur les autres personnages. C’est une caractéristique essentielle du livre : le passage de l’urbain au rêve de la séduction bourgeoise et le retour vers l’urbain et la verticalité brute. Au coté de Nick, le lecteur fait connaissance de ce magnifique Gatsby qui développe un niveau de séduction tellement fin qu’il en tromperait même le lecteur qui se laisserait facilement prendre au jeu du dandysme. Et c’est en cela que cette adaptation égale l’œuvre originale, voire même la surclasse.
Un album remarquable par son exigence esthétique et narrative!

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*