Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Sybil la fée cartable T4 (Rodrigue, Dalena & Razzi) – Le Lombard – 10,60€

Sybil la fée cartable T4 (Rodrigue, Dalena & Razzi) – Le Lombard – 10,60€

Parution : 02/2013

Après une semaine de rentrée, Nina a déjà plein de devoirs et le week-end, qui arrive, semble bien rempli. Non seulement elle doit réaliser un exposé sur les moments clés de Napoléon Ier, mais en plus elle est invitée, comme toute la classe, à l’anniversaire de cette peste de Lorie. Naturellement, il y aura Antoine, un nouvel élève qui plait bien aux deux filles. Bref, pour les devoirs, Nina sait qu’elle peut compter sur Sybil, sa fée cartable. Cependant, Lorie elle aussi peut compter sur la sienne, la perfide Amanite, pour jouer des tours à leurs ennemies de toujours. C’est pour cela que Nina et sa fée se retrouvent prisonnières d’un manuel d’Histoire dans lequel elles devront se défaire de dangereuses momies. L’anniversaire va un peu attendre !
Michel Rodrigue (Les Nouvelles Aventures de Cubitus), après une fin de premier cycle révélant pourquoi Sybil est entré en contact avec Nina, nous propose un album de transition ne constituant pas vraiment le début d’un second cycle. Ou bien un démarrage tout en douceur. En effet, l’équilibre entre le monde des fées et celui des humains étant rétabli, il n’y a pas dans cet opus de réel enjeu. Nous assistons donc à une opposition «classique» entre Lorie et Nina, par fées interposées. Cette dernière est pimentée par l’apparition d’Antoine, nouvel élève qui suscite de la jalousie entre les deux adolescentes, et par un voyage dans le temps assez épique. Une histoire agréable, quoique moins dense que les précédentes, parfaitement mis en images par Antonello Dalena (Ernest et Rebecca, Prix des écoles d’Angoulême 2013) et Manuela Razzi (Célimène). Les deux auteurs, issus de l’école italienne, nous régalent avec leur graphisme très heroïc fantasy très bien mis en exergue par les couleurs acidulées de Cécilia Giumento.
Même si ce tome ne fera peut-être pas l’unanimité en ce qui concerne l’histoire, le graphisme, quant à lui, ne souffrira d’aucune critique.

Stéphane Girardot



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*