Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Pascal Garray – Dessinateur des Schtroumpfs

Rencontre avec Pascal Garray – Dessinateur des Schtroumpfs

Alors que Les Schtroumpfs à Pilulit, trente-et-unième album des aventures des petits êtres bleus, est sorti ces jours-ci, nous vous proposons une rencontre avec un des dessinateurs de la série. Réalisée durant le festival d’Angoulême, cette interview nous permet de mieux connaître le très sympathique Pascal Garray, employé des studios Peyo depuis plus de vingt ans ! Il revient avec nous sur les coulisses de la création…

Chronique du Tome 31

Retrouvez quelques planches du nouvel album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Pascal. Pour commencer, votre nom est familier des lecteurs des Schtroumpfs depuis une bonne vingtaine d’années maintenant. Depuis combien de temps faîtes-vous réellement partie du Studio Peyo ?
Pascal Garray : Je suis arrivé dans le studio en 1990, il y a 23 ans ! (rires) Comme toute personne qui arrive au Studio, au départ j’ai commencé par faire des Schtroumpfs. Il y a des toujours des produits schtroumpfs à faire, il faut du personnel. Ensuite, quand on a commencé à être publié par Le Lombard, l’éditeur a voulu qu’on relance également les autres séries de Peyo. J’ai donc alterné une année Benoit Brisefer et une année Les Schtroumpfs.

BDE : On vous a effectivement confié à l’époque la reprise de Benoit Brisefer, une série que nous apprécions tout particulièrement. Doit-on désormais en parler au passé ou bien a-t-on l’espoir de voir naître un 14ème album, 9 ans après John-John ?
PG : Le problème, et c’était déjà le cas du vivant de Peyo, c’est que les Schtroumpfs vampirisent un peu tout. En 2008, on fêtait les 50 ans des Schtroumpfs, et toutes les autres séries ont été un peu mises au frigo parce qu’on ne pouvait plus suivre. Et puis, commercialement, aussi bien Johan et Pirlouit que Benoit Brisefer sont des séries moins performantes et populaires que les Schtroumpfs, mondialement connus.

BDE : Alors qu’elles sont paradoxalement souvent plus appréciées des amateurs de Peyo et des classiques franco-belges…
PG : Oui, et je dois avouer que j’étais très content de pouvoir alterner une année sur un album de Benoit Brisefer et une année sur un album des Schtroumpfs. Ce sont deux univers très différents. Johan et Pirlouit, les Schtroumpfs sont nés dedans, c’est davantage lié par le côté Moyen-Âge de fantaisie. Tandis que Benoit Brisefer est une série contemporaine. L’alternance entre les deux univers m’offrait le plaisir de varier mon travail, c’était une bulle d’oxygène.

BDE : Vous vous investissiez à fond sur Benoit Brisefer, dans la mesure où vous avez aussi écrit les scénarios…
PG : Sur les six albums qui sont sortis, j’en ai effectivement scénarisé quatre. C’était une chouette période.

BDE : Vous-a-t-on proposé de travailler sur Johan et Pirlouit, autre grande série en stand-by depuis 2001 ? En aviez-vous l’envie ?
PG : Moi je suis disponible au cas où ! (rires) Je suis toujours partant. Mais il faut apprendre les personnages, et cette série est particulièrement difficile à reprendre. Historiquement, c’est le chef-d’œuvre de Peyo, la responsabilité est donc lourde. Il faut être à la hauteur. Avec Benoit Brisefer, c’était déjà plus facile parce que beaucoup de gens avaient collaboré aux premiers albums. Quand j’ai repris la série, 5 ou 6 personnes étaient déjà passées par là, notamment Will, Walthéry et Blesteau. La pression était donc moins lourde.

BDE : En plus de cela, Peyo avait un attachement particulier à Johan et Pirlouit
PG : Oui, c’était vraiment sa série, il ne voulait pas que les autres y touchent. Le studio qu’il a créé dans les années 1960, c’était pour satisfaire toutes les demandes qu’il y avait vis-à-vis des Schtroumpfs. Ce n’était pas pour avoir moins de boulot mais au contraire en produire davantage. Mais Johan et Pirlouit était son bébé, il voulait garder le contrôle dessus. Un contrôle qu’il a perdu avec les Schtroumpfs, surtout au moment des dessins animés américains… Les communications étant plus difficiles que maintenant, il lui arrivait de recaler des dessins trop tard… les Américains avaient déjà terminé l’épisode.

BDE : D’ailleurs, on avait fait un constat en visitant l’exposition Peyo, à l’Artcurial sur les Champs-Elysées en 2011, sur le fait que les albums n’ont pas pris une ride tandis que les dessins animés ont affreusement vieilli…
PG : Et certains enfants qui ont vu le dessin animé ne savent même pas qu’il existe des bandes dessinées. Quand on connaît d’abord la bande dessinée, effectivement on constate de grandes différences. Cela dit, je me souviens à une époque qu’on avait regardé les dessins animés dans le studio pour faire le point sur ce qu’ils racontaient, à certains moments, en voyant un Schtroumpf, je me disais : « ça c’est un croquis de Peyo ! ». C’était une correction qu’il avait envoyée aux Américains et qu’ils avaient pris en compte. Du coup, c’était presque choquant de voir le Schtroumpf en question aussi bien dessiné, par rapport aux autres (rires). Il faut dire qu’il y avait peut-être une centaine de personnes qui travaillaient là-dessus… avec une délocalisation en Corée ou ailleurs. Les audiences étant très bonnes, la série a atteint plus de 250 épisodes…

BDE : Il y a même eu des spin-off…
PG : Effectivement, Les Schtroumpfs à travers le monde, à travers le temps, etc. C’est à ce moment-là que tout ça a échappé à Peyo, il voyait ce qui se passait mais ne pouvait rien dire…

BDE : Plus récemment, Les Schtroumpfs ont été adaptés au cinéma, et un deuxième volet est prévu. Est-ce que vous êtes sollicités au studio pour donner votre avis ou fournir des documents ?
PG : La famille est pleinement dedans et donne son avis sur les scénarios. Maintenant, les Américains produisent et mettent l’argent dedans, donc ce n’est qu’un droit de regard. C’est surtout par politesse, en réalité, mais quelques remarques sont prises en compte. On essaye de satisfaire tout le monde mais on ne peut pas leur interdire quelque chose s’ils ont vraiment envie de le faire…

BDE : Nous avons visionné le premier film qui, évidemment, est bien éloigné de l’univers de départ puisqu’ils évoluent à l’époque contemporaine, dans la société américaine. On s’attendait tellement à quelque chose d’horrible que, finalement, c’est plutôt bien passé… Nous n’avons pas été si déçus que cela…
PG : Eh bien j’ai eu exactement la même réaction. Je trouvais bizarre, par exemple, qu’ils aient mis un Schtroumpf écossais dans l’histoire. Au studio, on trouvait ça aberrant, il n’y a pas de nationalités chez les Schtroumpfs. Mais les Américains voulaient absolument qu’il y ait ce personnage, parce que l’accent écossais les fait pisser de rire. C’est comme l’accent belge pour les Français, ils adorent ça. On pouvait faire des pieds et des mains, on savait qu’il serait là à la fin.

BDE : Finalement, l’humour est correct, on sent le film familial, pas si affreux que ça… Attendons de voir le deuxième, qui se déroulera plus près de nous, à Paris !
PG : Vous me l’apprenez, je travaillais sur un album dernièrement, donc je n’étais pas au courant des à-côtés.

BDE : Justement, comment se passe la répartition des tâches pour Les Schtroumpfs ? On s’aperçoit en effet que plusieurs noms apparaissent en alternance dans les crédits de l’album. Plusieurs histoires sont-elles en préparation en même temps, à la manière des différentes équipes d’auteurs pour des séries comme Blake et Mortimer, par exemple ?
PG : Non. Mais il faut que je vous explique ça depuis le début. Pendant des années, il y avait un dessinateur qui s’appelait Alain Maury. Il était indépendant et n’avait que le studio comme client. Pour être certain d’avoir du boulot toute l’année, il se réservait Les Schtroumpfs et Johan et Pirlouit. C’est comme ça que je me suis retrouvé à faire Benoit Brisefer. Pendant des années, on a fonctionné comme ça. Une fois qu’il est parti, un autre dessinateur l’a remplacé sur Les Schtroumpfs, puis un autre, et on a fini par me demander à moi. J’ai fait 4 albums de suite entre 2007 et 2010. Pendant ce temps-là, mon collègue, Jeroen de Coninck, trépignait d’impatience dans son coin et a manifesté son désir de faire des albums lui aussi. Maintenant, on fait une alternance entre lui et moi.

BDE : Vous signez donc celui de cette année, dont la sortie est prévue en avril.
PG : Oui, il s’appelle Les Schtroumps à Pilulit. Pour vous faire un petit pitch, les Schtroumpfs rencontrent un peuple encore plus petit qu’eux et sont confrontés à un vrai choc des cultures avec ces personnages très différents. L’idée de fond est de voir le comportement des Schtroumpfs, qui se plaignent de leur petite taille au moment d’affronter Gargamel, par exemple, de l’autre côté de la barrière. Cette fois, ils ont l’avantage de la taille, la puissance et le sentiment de supériorité. Le scénario est d’Alain Jost, qui fait du très bon boulot depuis quelques années. Moi j’aime bien en tous cas (rires).

BDE : C’est vrai que le renouvellement des histoires est tout-à-fait intéressant, parce qu’on pourrait très vite arriver à saturation…
PG : L’avantage, avec Alain Jost, c’est qu’il s’arrange toujours pour écrire une histoire qui se lit sur plusieurs plans, en donnant une vision de la société humaine par le prisme des Schtroumpfs. On a eu les vacances avec Schtroumpf-les-Bains, le féminisme avec la Grande Schtroumpfette, et je m’amuse bien avec lui parce qu’il me surprend tout le temps avec ses histoires.

BDE : On dit souvent que les enfants sont le public premier des Schtroumpfs, mais il faut effectivement ne pas avoir honte d’en lire à l’état adulte et de continuer à les apprécier… C’est notre cas aussi !
PG : Oui, il y a eu de grands albums comme Le Schtroumpfissime ou Schtroumpf vert et vert schtroumpf, qui abordaient vraiment des sujets de société, et qui ont touché tous les publics…

BDE : … Au point d’entrer pleinement dans le patrimoine culturel, et ce sans aucun problème !
PG : Exact. De ce point de vue-là, Le Schtroumpfissime reste un album de référence.

BDE : S’agissant de la vie du studio, est-ce que vous travaillez tous au même endroit, comme à la grande époque ?
PG : Quand je travaille sur un album, je suis tout seul à travailler dessus… Le scénariste, en ce moment Alain Jost, m’apporte ses pages et on en discute ensemble. Après échange d’idées, je fais un découpage format parution, au crayon, et je l’envoie par mail à Alain Jost et à Thierry Culliford, le garant de la famille. Ils me téléphonent s’ils veulent modifier quelque chose et ensuite je réalise la planche en grand format. Je commence toujours par le lettrage, que je fais toujours à la main… Je suis d’ailleurs le dernier à faire comme ça. Même en terme de dessin, je n’utilise pas l’informatique car je ne maîtrise pas l’outil et je n’en ressens pas le besoin.

BDE : Envisagez-vous de créer une série de toutes pièces un jour, ou bien est-ce que le travail sur les séries de Peyo est trop chronophage pour cela ?
PG : J’ai déjà essayé de faire quelque chose de personnel mais je me suis toujours fait rattraper. Au studio, je suis employé donc je dois faire un certain nombre de pages par mois et répondre à des délais très stricts qui correspondent aux attentes de l’éditeur.

BDE : Vous êtes un employé de bureau, mais dans le domaine de la BD, en quelque sorte…
PG : Oui c’est ça, je travaille du lundi au vendredi à heures fixes. Le week-end, je réfléchis aussi à améliorer le travail en cours. Quand vous faîtes vos premiers croquis, il y a un sentiment créatif très exaltant, et ce n’est pas toujours facile de se concentrer au studio, qui est un peu comme un hall de gare. Je parfais la technique et la netteté des planches au studio, et le côté créatif, je fais ça plus librement à la maison.

BDE : Et vous êtes beaucoup dans « l’entreprise » ? Comment ça se passe ?
PG : C’est marrant parce que j’en parlais justement hier aux employés du Lombard, qui ne savent pas toujours non plus comment ça fonctionne. Pendant longtemps, on a été deux au studio de dessin. Actuellement, un troisième est en train d’apprendre pour venir en renfort parce qu’il y a pas mal de boulot à faire. Aujourd’hui, la société s’est fortement diversifiée et il y a plusieurs départements. Trois personnes sont à la 3D, d’autres sont aux produits dérivés…

BDE : Vous ne vous en occupez pas ?
PG : Si, c’est-à-dire qu’on dessine s’il y a besoin d’un dessin, mais en général on a stocké suffisamment d’attitudes diverses dans une banque d’images, à disposition de nos clients, pour ne pas avoir à le faire.

BDE : Cette boite, par exemple (NDR : nous sortons de notre poche une boite métallique de bonbons en forme de Schtroumpf, ramenée d’Angleterre), vous connaissez son origine ?
PG : Ah, ça c’est un Schtroumpf que j’ai dessiné. Pas exclusivement pour la boite, mais il a été récupéré. C’est marrant, je n’avais jamais vu, et ça rend bien (rires).

BDE : Vous arrivez à reconnaître votre propre Schtroumpf ?
PG : Ayant travaillé avec 5 ou 6 dessinateurs différents, on reconnaît nos Schtroumpfs les uns les autres, ce qui est évidemment moins facile pour le grand public (rires). Et c’est tant mieux, parce qu’on recherche avant tout l’unité. Ceci dit, inconsciemment, chaque Schtroumpf a un peu de la personnalité de son dessinateur…

BDE : Pour terminer, on a lu que vous aviez commencé votre carrière en dessinant des décors pour Broussaille, la série de Franck Pé. Est-ce vrai ?
PG : Oui, je lui ai dessiné des voitures, pour l’album La Nuit du chat. Il n’aimait pas dessiner les voitures, pourtant très bien réalisées dans l’album précédent, donc il m’a demandé de le faire. Je lui ai envoyées et il les a recollées dans les planches originales. C’était un premier travail très sympa, d’ailleurs j’ai eu mon nom dans l’album, c’était très chouette de sa part. On s’est connu par l’intermédiaire d’un ancien professeur de l’école de dessin de Saint-Luc, à Liège, dont je suis originaire. Là où le Saint-Luc de Bruxelles était plus recherche graphique et prise de tête, si j’ose dire, l’école de Liège que j’ai pratiquée était plus Dupuis et « gros nez ». Des gens comme Bruno Gazzotti et François Walthéry y sont passés, c’est un style qui me convient bien. J’ai eu la chance d’être au bon endroit, dans le style qui me plaisait.

BDE : Finalement, après cela, vous n’avez fait que du Peyo !
PG : Oui, je suis rentré très rapidement au studio. Je n’ai rien fait de significatif avant, seulement deux trois petits trucs. C’est en dessinant les Schtroumpfs que j’ai appris mon métier, en étant épaulé par des gens comme Alain Maury, grâce à qui j’ai atteint un niveau que je n’aurais certainement pas atteint tout seul. Peyo lui-même était un modèle. Ce n’était pas un dessinateur virtuose mais il avait la qualité d’être très efficace, de trouver la bonne attitude, la bonne expression, et d’être très limpide et très clair dans son graphisme. Or, cette simplicité-là est très difficile à obtenir. Il faut trouver le bon équilibre, comme sur une corde raide, en ne mettant pas trop de détails, sans que ça paraisse totalement dépouillé. En réalisant mon premier Benoit Brisefer, je savais qu’il ne fallait pas trop surcharger les planches, et du coup j’étais presque déçu en voyant l’album imprimé. Je trouvais ça vide, je n’aimais pas. On aime rarement les dessins qu’on fait et là c’était bien le cas, je me demandais « qu’est-ce qui fait que chez Peyo, malgré la simplicité apparente, rien ne manque ». Souvent, ça ne tient pas à grand-chose. Un petit muret, quelques traits de matière, une ou deux briques… Peyo adorait Franquin parce que c’était un dessinateur virtuose, et Franquin adorait Peyo parce qu’il arrivait à ne pas surcharger ses planches, quant lui avait tendance à penser qu’il le faisait.

BDE : Ce n’était pas vraiment la même méthode, en effet…
PG : Franquin disait : « vous prenez une planche de Peyo, vous la mettez au mur, vous reculez de 5 mètres, et vous comprenez tout ce qui se passe dedans ». C’était clair, simple et efficace.

BDE : On était d’ailleurs émerveillé à l’exposition de planches originales, en grand format, à l’Artcurial…
PG : Chaque fois qu’une planche arrivait au studio, on essayait de ne pas baver tellement c’était beau (rires). On a pris le Thalys, avec toute la société, pour aller voir ça à Paris, c’était vraiment chouette.

BDE : Tout compte fait, vous êtes son premier fan !
PG : Ah oui ! Quand je suis arrivé au studio, je connaissais son univers par cœur. Au début, quand Peyo cherchait quelque chose, il m’appelait « l’encyclopédie » et venait me demander (NDR : il l’imite) « c’est où qu’on peut trouver un feu d’artifice ? » et je lui trouvais ça directement. Je suis arrivé là, presque par hasard – un soir c’est un copain qui m’a téléphoné parce qu’il avait vu une petite annonce disant que Peyo cherchait des dessinateurs – mais en même temps, je savais très bien où j’allais. Je n’ai pas vu de la lumière, je savais dans quoi je mettais les pieds.

BDE : Vous avez vécu un rêve, en fait…
PG : Rien que de pouvoir rencontrer Peyo, déjà ! Mais les premières semaines, c’était difficile, je ne le voyais pas. Il y avait quelques assistants déjà, et je prenais le train de Liège, tous les jours. En arrivant, je disais toujours « c’est quand qu’il vient, Peyo ? » et on me répondait qu’il venait de partir. Le lendemain, on m’annonçait qu’il était passé le soir juste après mon départ. Je finissais par me demander s’il existait vraiment ! Je l’attendais en m’exerçant sur ce qu’on demande aux débutants. Le travail consistait à dessiner des portées de Schtroumpfs, et on commençait souvent par ceux des pages de garde, parce qu’ils sont magnifiques. Le but était de les reconstruire en retrouvant leur attitude, en respectant les codes (NDR : il nous esquisse ensuite un Schtroumpf impeccable en deux temps trois mouvements).

BDE : Eh bien merci pour cette leçon, et pour toutes ces révélations ! Bonne continuation à vous !
PG : Merci, au plaisir !

Propos recueillis par Nicolas Raduget et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 2 février 2013.

Quelques planches du Tome 31

© Le Lombard/Studio Peyo
Photos © BDE/N.Raduget
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

2 Commentaires

  1. Rudy
    Posté 19 mai 2013 at 11 h 12 min | Permalink

    J’aime beaucoup cette interview, elle est passionnante. Merci.

  2. Nicolas II
    Posté 4 juin 2013 at 20 h 13 min | Permalink

    Merci pour ce très gentil retour, nous avons pris beaucoup de plaisir à le rencontrer également ! Nicolas R.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*