Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Benoît Ers – Dessinateur de Hell School et Tueurs de mamans

Rencontre avec Benoît Ers – Dessinateur de Hell School et Tueurs de mamans

« Tu vois le kiosque là-haut, à côté de ma villa? Certains élèves s’amusent à l’appeler la maison de la douleur. C’est là que je m’explique avec les élèves qui font des écarts avec le règlement. Ce surnom est bien entendu exagéré. Enfin, tu pourras t’en rendre compte par toi-même… si tu prends encore la parole sans permission… ou que tu ne vas pas illico chez le coiffeur faire retirer cette teinture bleue. »

Cette année 2013 est très riche pour Benoît Ers ! Avec son vieux compère Dugomier, il a sorti aux éditions du Lombard le premier tome très prometteur de Hell School, histoire d’une école d’excellence qui vous fera faire des cauchemars. Ces jours-ci paraît également Tueurs de mamans, un projet encore plus angoissant chez Dupuis ; deux albums à cheval sur mai et juin qui sont très attendus. Dans le cadre du festival d’Angoulême, il fait le point avec nous sur cette actualité forte.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Benoît ! Commençons par évoquer Hell School, votre nouvelle série. Comment est née, entre Dugomier et vous, cette idée d’école « diabolique » ?
Benoît Ers : Hou, longue histoire à raconter ! En fait, c’est arrivé après le décès d’une série précédente, Les Démons d’Alexia. Nous sortions de chez Dupuis où on venait de nous signaler que la série allait s’arrêter « dans un album ». Donc on avait encore largement le temps de voir venir, et on s’est dit qu’on n’allait pas passer l’année à se tourner les pouces. On s’est donc mis en voiture pour chercher un café où réfléchir. On s’est garé au bord de la route en se disant « on va où ? », parce qu’à Marcinelle, on ne trouve pas un café à chaque coin de rue. Finalement, on est resté dans la voiture et, en 5-10 minutes, on avait le pitch de la série ! C’est venu d’un coup…

BDE : L’inspiration peut venir n’importe où…
BE : Oui. On a vraiment trouvé dans l’endroit le plus merdique, le plus catastrophique, le plus moche qu’on puisse imaginer, entre un mur en béton lézardé et une espèce de parking complètement trash ! (rires) Ensuite, le concept de départ a évolué au fil du travail, on a rectifié certaines choses, nettoyé plein d’idées parasites qui polluent toujours. C’est ça le plus dur, se débarrasser des fausses bonnes idées. Celles qui en jettent mais qui n’amènent pas quelque chose d’intéressant à l’arrivée.

BDE : Il y a plusieurs points communs avec Les Démons d’Alexia, notamment celui qui consiste à faire évoluer des personnages adolescents… Beaucoup de similitudes graphiques, également. C’est une volonté de ne pas rompre totalement avec ce premier univers ?
BE : Pour l’univers graphique, mon dessin reste mon dessin, c’est très difficile de changer de méthode en si peu de temps. Il faut savoir que les premières planches de Hell School ont été réalisées alors qu’Alexia n’était pas encore achevé. On m’aurait laissé un an de recherches entre les deux albums, il y aurait sans doute eu plus de différences. Là j’étais plus dans une situation de grosse panique après avoir appris la fin de la série, en me demandant comment j’allais vivre l’année suivante. Du coup, on a monté ce projet avec Dugomier mais, comme nous n’étions pas sûrs qu’il aboutisse, j’ai aussi envoyé un mail à Benoit Zidrou pour lui demander s’il avait pas un projet qui se vendrait à 150.000 exemplaires à me proposer. Je n’ai pas eu de réponse mais Benoit Fripiat, de chez Dupuis, m’a téléphoné pour me dire « Wouah ! C’est super que tu aies acceptés de travailler avec Zidrou ! » Surprise ! Je suis le dernier à l’apprendre ! (rires). Et donc je me retrouve à travailler sur deux séries en parallèle en plus de la fin d’Alexia ! Pire que de ne pas avoir le temps, ça a été un sprint invraisemblable, pour la recherche de personnages, de nouvelles orientations… Il a fallu foncer comme un bœuf ! Si un jour je dois faire des recherches graphiques pour révolutionner mon style, ce ne sera pas cette année, c’est clair !

BDE : Mais du coup, cette urgence est intéressante dans le sens où des fans d’Alexia se retrouvent complètement dans cette série…
BE : Effectivement, je dirais qu’il y a un public pour l’école Marcinelle, pour le classique, qui est loin d’être négligeable. Il avait d’ailleurs été surpris avec Alexia qui était une série excessivement compliquée à suivre. Il fallait vraiment tout lire et relire avec attention pour bien percuter. Et donc, du coup, le public ne se renouvelait pas, mais a contrario j’ai vu des fans absolus débarquer en dédicace et me demander si la rue de la case 27 de l’album 2 existait vraiment… J’avais alors des gouttes de sueur sur le front en me disant « qu’est-ce que je lui réponds ? » (rires). Quoiqu’il en soit, avec Hell School, on a décidé de simplifier le propos énormément et de le rendre tous publics, pour avoir un meilleur accord entre le dessin et le récit. En revanche, Zidrou, de son côté, a pris le contre-pied absolu, en faisant un scénario encore plus dur…

BDE : Tueurs de mamans, rien que le titre…
BE : Ouais, là il utilise mon dessin, non pas pour le tous publics, mais plutôt pour adoucir son propos qui est vraiment assez violent.

BDE : C’était déjà un peu le cas avec Alexia, ce sujet très sombre accompagné par un dessin plus doux, plus rond, qui offrait un contraste très intéressant.
BE : Il y avait une alchimie avec Alexia. On est arrivé chez Dupuis sans savoir ce qu’ils voulaient. Vincent (NDR : Dugomier) avait pondu un scénario d’une dureté très grande, similaire à celle de Zidrou dans Tueurs de mamans, et moi j’avais un dessin qui sortait de Muriel et Boulon, encore un peu plus gentil que mon dessin actuel. Plutôt que de présenter le projet fini, on a décidé de proposer l’idée et de retoucher éventuellement en fonction de leurs réactions. En fin de compte, ça a très bien fonctionné puisqu’ils nous ont dit « OK, vous faîtes un melting-pot : Benoît tu durcis ton dessin, Vincent tu atténues ton scénario, et vous nous trouvez le bon équilibre pour pouvoir passer dans Spirou, avec un pied au dessus du vide, et un pied sur la ligne » (rires). L’objectif était vraiment de pousser le tous publics dans ses derniers retranchements avant de basculer dans l’ado-adulte. La série est née comme ça, avec cette espèce de gageure, et de tout cela est venu son problème. La complexité a été trop grande et on ne gagnait pas de nouveaux lecteurs. Ceci dit, la série s’est arrêtée avec des chiffres de vente totalement viables, et elle aurait franchement pu continuer. D’ailleurs, au fur et à mesure des albums, nous avons nettoyé beaucoup pour arriver au dernier qui est presque monolithique et beaucoup plus simple.

BDE : Est-ce que c’est fini fini ou, qui sait, dans plusieurs années…
BE : La fin autorise tout-à-fait de redémarrer. Maintenant, l’eau va couler sous les ponts, si ça se trouve Hell School va marcher du tonnerre, on ne sait pas ! (rires)

BDE : On a en tous cas le même plaisir à lire cette nouvelle série. Une différence de taille avec Alexia vient en revanche des couleurs, beaucoup plus flashy…
BE : Oui, j’ai conservé Scarlett Smulkowski, qui faisait les couleurs d’Alexia, pour Tueurs de mamans, série qui nécessite des couleurs plus apocalyptiques, plus matures. Ici, on a choisi Angélique Césano pour mettre une ambiance solaire, pour qu’il y ait un hiatus profond entre l’endroit paradisiaque de l’école et le sujet frissonnant. D’ailleurs, on le met dans une case, en disant : « regarde comme c’est beau, dommage que ce soit une prison ». C’est solaire, y a des petits oiseaux et des arbres verts, mais c’est l’enfer !

BDE : Au départ, vous vouliez d’ailleurs appeler ça Prison School
BE : Oui, mais il y a un manga de cul qui est sorti avec ce nom quelques temps avant, avec une grosse paire de fesses en gros plan sur la couverture. Donc bon…

BDE : On a été voir par professionnalisme ! (rires) Mais du coup, ce nouveau titre n’est peut-être pas plus mal…
BE : Le seul problème est que « Hell » rappelle un peu Alexia et que certains lecteurs, après la lecture, sont perturbés en se demandant où est le fantastique là-dedans.

BDE : Vous aviez déjà publié dans les années 1990 Muriel et Boulon, déjà avec Dugomier, chez le Lombard. Comment se sont passées les retrouvailles avec l’éditeur ?
BE : Le Lombard a complètement changé entre temps. A l’époque, ils ont refusé Les Démons d’Alexia, on leur avait soumis en premier puisqu’on venait de terminer une série chez eux. Yves Sente, qui s’occupait de ça, n’a pas voulu, en revanche Dupuis a accepté le principe de créer cette série. Cette fois, comme on venait de terminer Alexia chez Dupuis, on leur a d’abord soumis Hell School, mais Zidrou a rebondi avec son idée de Tueurs de mamans. Benoît Fripiat, mon éditeur, a alors dit « pas de problème, j’aime bien ton dessin, on va faire les deux ». Seulement, on a mis un peu de temps à affiner Hell School, et le projet avec Zidrou a été signé avant. Benoît, au lieu de nous signer le deuxième contrat, nous a alors conseillé de présenter l’autre série à la concurrence, pour tenter de gagner davantage que chez Dupuis, puisqu’on était catalogué comme « auteurs maison ». Le Lombard étant de toute façon dans la même boite, ça n’a pas posé de problème et ils ont accepté.

BDE : L’idée, comme ça, est de vous faire deux actualités chez deux éditeurs différents…
BE : Ce qui n’est pas plus mal, en réalité. Tous les œufs ne sont pas dans le même panier.

BDE : Le côté amusant de la chose est que Tueurs de mamans, signé plus tôt, est sorti plus tard que Hell School.
BE : Mais ce qui est un peu bête dans cette histoire, c’est que l’album de Zidrou est trop dur pour passer dans Spirou, alors que l’album du Lombard aurait pu, mais non, puisqu’il est au Lombard (rires). En fait, il aurait presque fallu inverser.

BDE : Tueurs de mamans interdit de Spirou, donc ? Vous allez encore plus loin dans le frisson…
BE : Oui oui, le titre dit clairement ce que c’est. C’est très profondément humain mais dur. Ceci dit, Hell School est déjà un thriller angoissant. L’ambiance y est délétère.

BDE : Le suspense, c’est votre truc. Envisagez-vous de changer totalement de registre sur une prochaine série ? Avec Dugomier ?
BE : Nous sommes un très vieux couple de 20 ans d’âge, et je ne pense même pas qu’on arriverait à faire autre chose que ce qui sort de nous. Dès le moment où Vincent a essayé de partir dans un univers plus caricatural, moins réaliste, ça ne fonctionnait pas, on travaillait à contrecœur. Du coup, on s’en tient à cette alchimie qui a très bien fonctionné, notamment avec Alexia, malgré quelques problèmes structurels. Gardons ce qui marche !

BDE : Dernière question. Muriel, Alexia, Hina… beaucoup de vos héroïnes sont des filles. C’est en réaction à une vieille époque où elles étaient censurées ? (rires)
BE : J’ai toujours trouvé que je dessinais mieux les filles que les garçons ! (rires) Je dirais que Dugomier a une sensibilité très féminine, que pour moi c’est toujours plus agréable de dessiner des filles, mais on n’a jamais eu de réflexions à ce niveau-là. Alexia, il faut le savoir, était au départ le casting de l’assistante d’un détective, dans un projet qui n’a jamais abouti. Là on se retrouve dans Hell School avec deux garçons et deux filles, mais effectivement on a mis Hina en couverture parce que c’est la plus atypique et la plus plastiquement réussie, on va dire. Quant à Zidrou, c’est indépendant de ma volonté, mais son scénario est arrivé avec 5 filles ! J’ai dû en tout et pour tout dessiner 5 garçons sur les deux albums (rires). Je me retrouve à dessiner des filles alors qu’il y a aucun calcul de départ. Mais ça m’arrange tout-à-fait ! Je mets néanmoins un point d’honneur à ne pas leur donner un côté sexuel, mais à dessiner Madame tout le monde, avec ses qualités et ses défauts. L’exagération des attributs féminins ne m’a jamais emballé en bande dessinée.

BDE : Nous sommes totalement d’accord, votre dessin suffit à leur donner un charme naturel très réussi ! Merci beaucoup, Benoît, et bonne continuation !
BE : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 1er février 2013.

Premières planches de l’album

© Le Lombard 2013/Dugomier/Ers
Photo © BDE/N. Raduget
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*