Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Run – Auteur de Mutafukaz et directeur du Label 619

Rencontre avec Run – Auteur de Mutafukaz et directeur du Label 619

« Votre section Z-7 est hors de contrôle ! Nous sommes en train de créer un véritable schisme dans l’opinion publique ! La presse est contre nous, on a les droits de l’homme et les ligues antiracistes sur le dos. Les conséquences de cette répression de terreur sont désastreuses, et au lieu d’étouffer la résistance dans l’œuf, elle l’alimente de jour en jour ! Nous ne sommes pas en train de renverser des états à l’autre bout du monde, Monsieur. Il s’agit de la sécurité intérieure, et nous sommes au bord d’une guerre civile !»

L’heure de rencontrer Guillaume Renard, alias Run, est proche en ce deuxième jour de BD Aix 2013. Mais les fans de l’auteur ne lui laissent aucun répit et l’obligent à passer outre les plages horaires de dédicaces afin de répondre à la demande. C’est pour cela que cette interview a été réalisée en décalé après en avoir discuté avec le principal intéressé. Malgré son temps précieux, Run, qui est également directeur du label 619 chez Ankama, nous a gentiment répondu et nous le remercions pour cela. And now it’s Mutafukaz time !

Chronique du Tome 4

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Guillaume, peux-tu te présenter brièvement ?
Run : Bonjour ! On me connaît sous le pseudo Run, un pseudo qui me colle à la peau depuis le collège. Je suis auteur de Mutafukaz, et directeur de collection du Label 619. Je suis passé depuis peu directeur éditorial d’Ankama Editions, en binôme avec Tot, le créateur d’Ankama, et en particulier de Dofus et Wakfu.

BDE : Tu es un grand fan de comics old school, de la culture mexicaine. Tu viens du monde du multimédia. Comment en es-tu venu à créer Mutafukaz ?
R : Je ne suis pas un puriste du comics old school, ni de la culture mexicaine. Mais c’est un univers graphique qui me parle et dans lequel je baigne depuis longtemps. A l’origine de mon parcours professionnel, j’étais graphiste chez Teamchman, agence multimédia précurseur du divertissement en ligne. Nous étions en 1998, et le boss de la boîte, Sébastien Kochman, imaginait déjà la télé sur le net, alors que l’immense majorité des gens tournait au 56k. C’était un visionnaire, mais à l’époque on le prenait pour un barge. Ces six ans chez Teamchman ont été très riches. Il y avait une grosse concentration de talents au mètre carré, et donc une émulation très importante. On bossait en «open space» avec Scien (123Klan), Rolito (Patapon), Super 2, Kant1… Yuck et Tony (Chick), avec qui je travaille toujours aujourd’hui ! Chacun développait ses projets le soir, après le boulot, et c’est comme ça que le premier site de Mutafukaz a débarqué sur le net, en 1999. Ce site était plutôt une présentation de personnages, des clips sommaires en flash…

BDE : Qu’est-ce que cette expérience multimédia t’a concrètement apporté pour Mutafukaz ?
R : Au début, ce site proposait plus un état d’esprit qu’autre chose. Mais ça a constitué les premières briques du projet, qui est devenu au fur et à mesure de plus en plus cohérent. Jusqu’à déboucher en 2003 sur un court-métrage de sept minutes, Mutafukaz : Opération Black Head, qui a été nominé au festival de Sundance la même année. Et qui a fait le tour du monde des festivals consacrés à l’animation, à ma grande surprise. Ce court-métrage est toujours visible sur le net. Mais le temps est passé, et aujourd’hui je trouve que ça pique les yeux ! On était cinq pour le développer et, au début des années 2000, le mélange 3D et Flash était très novateur. Ce passage multimédia m’a avant tout permis de digérer mes influences et de mûrir l’univers. Si j’avais fait la BD à l’époque, ça aurait été complètement différent, et peut-être encore plus expérimental.

BDE : On avait l’habitude d’un Run partant dans tous les sens, expérimentant plein de choses. Pour le coup, sur ce quatrième tome, on a l’impression que tu es plus axé sur la trame scénaristique centrale.
R : Il y a plusieurs raisons à ça. La première, c’est qu’il fallait que je boucle le climax sans rajouter des pages en plus. Donc, j’ai préféré utiliser les pages pour servir l’histoire plutôt que de les utiliser en bonus ou en annexes. La seconde, c’est que je veux éviter de me singer. Je veux éviter une forme de consanguinité graphique en reproduisant toujours les mêmes schémas attendus. Malgré tout, il y a dans ce tome, comme dans les autres, une réelle rupture graphique, au moment de la charge héroïque des lutteurs (en 3D stéréoscopique dans la version collector, d’ailleurs). Pour le reste, je pense aussi que les lecteurs se sont un peu habitués. Et ces ruptures paraissent peut-être moins flagrantes que pour les premiers tomes, où c’était tout nouveau.

BDE : As-tu des regrets quant à l’exploitation de certains personnages de la série car tu as mis en scène de sacrées gueules (El Diablo pour ne citer que lui)?
R : J’aime beaucoup El Diablo, j’ai eu énormément de mal à accepter son destin. Je ne choisis pas vraiment la route que prennent les personnages. Ils y vont tout seuls.

BDE : Sur le label, et sur Mutafukaz en particulier, il y a des couvertures avec dorures, des pages supplémentaires en 3D : tu te fais plaisir, à toi comme au lecteur ? On retrouve le côté « com » ?
R : Le choix de la fabrication est un luxe que nous permet Ankama. Tot est lui aussi très fan de BD papier, et nous sommes très attachés à l’objet. Nous pensons qu’à l’heure du numérique, disponible immédiatement et n’importe où, il faut redonner envie au lecteur de renouer avec le livre. Et pour nous, ça passe par le bel objet. La fabrication doit être en adéquation avec ce qui est raconté à l’intérieur. L’ensemble doit être très cohérent. Il s’agit d’essayer d’entrainer le lecteur dans un univers singulier dès le premier contact avec le livre.

BDE : Il y aura un dernier tome après ce tome 4. On a pu lire que le tome 3 a été difficile à réaliser. Pour quelles raisons ?
R : Pour des raisons d’emploi du temps. Je travaillais en parallèle sur le projet d’adaptation de Mutafukaz en long-métrage (écriture du script, suivi de la pré-prod, etc.), sur Doggy Bags, et sur les suivis des titres du Label 619. Je travaillais sept jours sur sept, et c’était très difficile de morceler mon temps selon les différentes urgences et priorités. De fait, la production de la BD Mutafukaz passait toujours derrière les autres projets. Tout simplement parce que ces autres projets impliquaient d’autres personnes que moi-même, et que je ne pouvais pas les faire attendre. Qu’il s’agisse d’auteurs qui ont besoin d’être payés pour vivre, qui attendent un scénario que je dois écrire, ou du studio d’animation avec lequel je travaille. De facto, c’est tout de suite plus compliqué de tenir les délais pour ma propre BD.

BDE : Quel bilan tires-tu de cette expérience ?
R : Jusqu’en juin 2012, nous n’étions que deux personnes au Label 619 pour tout faire : Yuck, graphiste historique et pilier du Label, et moi. Maintenant, nous sommes quatre. Tony nous a rejoint pour s’occuper de la section Artbooks, et Guillaume Mangeot, aka Coach, s’occupe de l’opérationnel. Cela me retire une charge énorme de travail ! L’inconvénient, c’est que j’ai récupéré une nouvelle charge de travail en contrepartie : la direction éditoriale d’Ankama Editions, ainsi que d’autres projets dont je ne peux pas parler actuellement. Il faut croire que je suis masochiste. Heureusement, Ankama forme une équipe très soudée, et nous sommes tous mués par la volonté de proposer des titres de qualité. Nous restons très motivés malgré le marasme du secteur éditorial actuel.

BDE : Tu diriges le Label 619. As-tu été plus exigeant avec toi ou as-tu pris plus de liberté ?
R : Le fait de travailler avec des gens comme Guillaume Singelin (The Grocery), Florent Maudoux (Freaks’ Squeele : Rouge), Pozla (Monkey Bizness), etc., m’oblige à toujours aller de l’avant, et de ne pas me laisser bercer dans une routine graphique. C’est une effervescence grandissante, et c’est très profitable pour chacun.

BDE : Où en est le projet d’animation prévu pour Mutafukaz ?
R : Nous sommes en cours de production.

BDE : Merci d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions.
R : Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 12 mai 2013.

Extraits de l’album


© Ankama/Run
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*