Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Tout va de traviole! (De la Gare, Firoud) – La Boîte à bulles – 15€

Tout va de traviole! (De la Gare, Firoud) – La Boîte à bulles – 15€

Parution : 08/2013

La Joconde a du souci à se faire ! Pollutions chimiques, déchets nucléaires à enfouir, avions de combats et kérosène à gogo… tout fout le camp, ma pauv’ dame ! On rie jaune à notre époque ! Les catastrophes naturelles se succèdent mais ne se ressemblent pas. Surtout en ce qui concerne le nombre de morts. Mais l’être humain a de la ressource et la planète de moins en moins. Ce n’est pas grave, le défi énergétique est le sujet du moment. Il faut produire coûte que coûte, n’en déplaise aux idéalistes, anticapitalistes, altermondialistes et écologistes qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. L’heure est à la dénonciation, l’opinion publique est prête à changer sa façon de penser. Mais de consommer… rien n’est moins sûr. Les fast-foods ont encore de beaux jours devant eux, la finance dans les phares ne recule devant rien et spécule tant sur l’extinction des éléphants que sur la faillite des pays. Les maîtres du monde s’en mettent pleins les fouilles… Comme dit l’adage, les parents boivent et les enfants trinquent. Le peuple, lui, boit le bouillon. OGM et pollué de surcroît… Beurk!
Un condensé d’illustrations drôlement engagées de Marcel de la Gare. Publiées par ailleurs dans les milieux militants, elles sont rassemblées ici par La Boîte à bulles qui récidive après Où vont les hommes?, paru en 2008. Le climat breton doit être propice aux activistes du cru, tant ils sont nombreux et vindicatifs. Peut-être est-ce l’arrosage intensif de leurs côtes au pétrole, ou l’inhalation des gaz d’algues vertes… Dans cette région, on nettoie les plages de père en fils et cela dès l’école. C’est dire. Toujours en verve, l’auteur dénonce à tour de bras et (dé)peint un capitalisme forcené qui semble être monté en puissance ces dernières années. Ou alors c’est la multiplicité des catastrophes naturelles, humanitaires et sanitaires qui lui met le nez dedans. Tout abonde dans le sens de ceux qui tirent les sonnettes d’alarme depuis des lustres. Mais au royaume des aveugles, les sourds sont rois. Marcel de la Gare n’a pas fini d’alerter ses semblables et de réveiller les consciences. Il appelle à l’évolution de l’homo consuméris vers l’homo naturalis. Au regard du propos, notre espèce doit redescendre du piédestal de la création et renouer des liens avec son biotope.
Quelques grammes de finesse dans un monde de brut !

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*