Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Le Cavalier suédois (Mourey) – Les Impressions Nouvelles – 20€

Le Cavalier suédois (Mourey) – Les Impressions Nouvelles – 20€

Parution : 05/2013

C’est dans les steppes glacées de Silésie, à la frontière polonaise, que Christian Von Tornfeld, le cavalier suédois, déserte l’armée de Pologne et cherche à rejoindre celle de Charles XII de Suède. Une vive réaction sur son commandant – suite à l’insulte du roi scandinave – l’a fait condamner à la potence par le tribunal de guerre. Dans ces plaines inhospitalières, il rencontre un vagabond mieux rodé à cette vie hostile et se cache des soldats qui traquent le gibier de potence et les mettent à sécher au vent glacé, puis trouve refuge dans un moulin abandonné et hanté par le spectre du meunier qui s’est pendu à cause des dettes. Le fantôme fournit les forges de l’évêché – appelé aussi « l’enfer de l’évêque » – en main d’œuvre. D’ailleurs le vagabond fuit à vive allure cette vie de forçat. Profitant de la fièvre du Cavalier suédois, il usurpe son identité et prend sa place dans le domaine, le cœur et le lit de sa cousine Maria Agneta. Enfants, la jeune femme et le cavalier s’étaient fait un serment de fidélité et d’amour. Ce dernier, ayant repris force et vigueur, ne trouva d’autre moyen d’échapper au gibet que de rejoindre les mauvais traitements de la forge. Mais le destin se jouera encore des deux hommes.
Jean-Pierre Mourey signe une adaptation graphique du roman de Léo Perutz, qualifié de « Kafka aventureux » par l’auteur Jorge Luis Borges. Cet album en quadrichromie donne une ambiance particulière à ce récit historique qui ne manque pas de s’autoriser des détours fantastiques. Les ressorts de l’intrigue et les tiroirs qui s’ouvrent et se referment, précipitent le lecteur à la découverte de ces destins qui se croisent et s’entrecroisent à dessein. L’adaptation colle au découpage du livre en quatre parties, un épilogue et un prologue. Ce dernier d’ailleurs, qui reprend des éléments postérieurs à la première partie, donne la tournure cyclique que prend le récit. Un découpage qui sert une intrigue puissante et efficace. Des personnages à la fois sombres et ambigus. Un graphisme ligne claire, aux traits strictes et droits, mais qui dans l’attitude et les postures des personnages touche à l’émotion et à l’humain de manière stupéfiante. Bref, un album qui ne dément le qualificatif de « génial » donné par Anna Gavalda en quatrième de couverture.
Un cavalier suédois qui nous entraîne dans l’impitoyable décor enneigé de la Pologne du début XVIIIème siècle. Un régal!

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*