Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Renaud Garreta – Auteur de Warm Up

Rencontre avec Renaud Garreta – Auteur de Warm Up

On connaît Renaud Garreta pour être le dessinateur de séries telles que Fox One, Le Maître de Benson Gate ou bien encore Insiders. Il est de retour avec un album réalisé de A à Z par ses soins. Il a même été plus loin avec ce projet puisqu’il a créé sa propre structure éditoriale, Dust Editions. L’occasion idéale pour aller à la rencontre de cet auteur/éditeur afin de lui poser quelques questions.

Retrouvez des planches de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Renaud, Warm Up est votre première série en tant qu’auteur complet. Pouvez-vous nous dire ce que vous retenez de cette première expérience ?
Renaud Garreta : J’ai beaucoup aimé écrire ce scénario ; c’est plus de travail, c’est sûr, mais j’ai trouvé cet exercice très intéressant, et forcément très complémentaire du dessin. Je ne sais pas si je m’en suis bien sorti, mais j’espère pouvoir écrire d’autres histoires, sur d’autres sujets, même si ce n’est pas moi qui les mets en image ! C’est vraiment un travail très complet, très prenant, et assez complexe qui me plaît beaucoup. Et c’est assez agréable de se dire que l’on a tout fait, de A à Z ! Le scénario, les dialogues, les dessins, la couleur, et même l’éditeur !?

BDE : Pour vous qui êtes motard, réaliser une série autour de ce thème vous titillait-il depuis longtemps ?
RG : Oui, depuis au moins 15 ans ! Dès que j’ai publié mon premier album (Fox One, en 1997), j’ai eu envie de faire une série sur la moto. J’ai juste mis un peu de temps à m’y mettre, j’étais engagé sur d’autres séries qui ont plutôt pas mal marché alors, jusqu’à présent, je n’avais pas trouvé le temps !

BDE : Hervé Poncharal révèle dans la préface qu’il vous a permis de suivre plusieurs courses de MotoGP au sein de son écurie car vous tâtonniez quelque peu avec l’écriture du scénario. Que vous a apporté cette expérience et que vous manquait-il pour avancer dans l’écriture de votre histoire ?
RG : Hervé m’a effectivement beaucoup aidé, il m’a invité à suivre plusieurs Grands Prix, m’a présenté aux personnes en charge de l’organisation du championnat du monde MotoGP, etc. Mais ce n’est pas tant au niveau de l’écriture, mais plutôt dans ce qu’il est possible de faire sur ce sujet. Dans le premier tome, on suit plutôt des courses sur route (le Grand Prix de Macao, le Tourist Trophy) et le championnat de France Superbike mais, à partir du tome 3, nous serons vraiment au cœur du championnat du monde et du MotoGP, et là, ce n’est pas évident d’intégrer une fiction à un championnat que tout le monde connaît, avec ses pilotes, ses stars, les écuries de course, les marques de motos, etc. Il va me falloir composer avec tout ça, ce n’est pas évident. C’est plus là-dessus que j’avais – et que j’ai encore – besoin des conseils d’Hervé, qui est Team Manager de Tech 3, mais aussi président de l’Irta (International Road Racing Team Association), pour savoir jusqu’où je peux aller !

BDE : Michel Vaillant constitue une référence en matière de BD automobile, ambitionnez-vous d’en faire de même pour la moto avec Warm Up ?
RG : Si je peux connaître le même succès que Jean Graton avec Michel Vaillant, je signe tout de suite des deux mains !

BDE : D’ailleurs quelles sont vos références en matière de BD moto ?
RG : Et bien, il n’y en a pas tant que ça, puisque Warm Up est à priori la première série réaliste sur la moto de vitesse, mais j’ai bien sûr lu les Joe Bar Team, tout ce qui est sorti sur les sports mécaniques en général, nous parlions de Michel Vaillant par exemple, ou toutes autres histoires, pour peu qu’il y ait un bout de moto quelque part !

BDE : Pour Warm Up, vous avez opté pour la création de votre propre structure éditoriale. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
RG : L’envie de m’occuper entièrement du projet du début à la fin, comme je l’avais déjà fait pour Fox One à l’époque. Dans ce cas, le projet prend une tout autre dimension, à vos yeux et dans tout ce qui peut se passer au quotidien autour du bouquin. Et ça, c’est vraiment excitant. Il faut être honnête, il y a aussi l’aspect économique. Vous pouvez espérer gagner un peu plus si votre album se vend correctement. Par contre, je vous dirais sûrement le contraire dans quelques jours, si l’album ne se vend pas ! C’est quand même un investissement financier et en terme de temps très important, mais jusqu’à présent la production de ce premier tome s’est vraiment très bien passée, avec plein de belles rencontres, et c’est surtout ça qui compte !

BDE : Comptez-vous éditer d’autres auteurs ?
RG : J’espère ! Mais on va déjà voir comment se passe la sortie du premier tome de Warm Up et on verra après. J’espère que l’on aura les moyens de se développer un peu, en tout cas, c’est le but !

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 1er novembre 2013.

Quelques planches de l’album

© Dust/Garreta
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

2 Commentaires