Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Thorgal T34 (Sente, Rosinski) – Le Lombard – 12€

Thorgal T34 (Sente, Rosinski) – Le Lombard – 12€

Parution : 11/2013

Sur la route du sud, le navire des magiciens rouges, qui détiennent Aniel, précède celui de Thorgal et de ses compagnons de voyage. Lors de ce long périple sur les eaux, le guerrier viking apprend de la bouche de Salouma les raisons pour lesquelles son fils a été enlevé. Ainsi, les deux groupes convergent vers la «Cité de l’aigle», la grande Bag-Dadh, pour accomplir leurs destinées. Alors qu’Aniel poursuit sa formation afin d’être prêt pour devenir celui que les disciples de la magie rouge attendent, Thorgal n’a de cesse de retrouver sa trace pour le libérer. Outre l’énigmatique Salouma dont les charmes ne laissent pas insensible Thorgal, Petrov et Lelha décident de le suivre pour l’aider dans sa quête. Et, rien ne sera simple pour les deux partis car des espions sont sur leurs traces depuis leur premiers pas en terres orientales. Le sort de Bag-Dadh est en jeu.
Nous attendions ce nouvel opus de Thorgal comme de nombreuses personnes, mais force est de constater que nous restons un peu sur notre faim. En effet, même si le récit est très éclairant sur le but et l’histoire des magiciens rouges, cela manque d’action à la mesure du Thorgal que nous connaissons tous. Certes, il a vieilli mais, ici, il subit beaucoup trop les évènements. Cependant, le cliffhanger sur lequel nous refermons l’album augure, il faut l’espérer, une suite beaucoup plus mouvementée. D’autant plus qu’au tome 36 de la série, celle-ci devrait converger avec les deux autres récits parallèles que sont Les mondes de Thorgal : Kriss de Valnor et Les mondes de Thorgal : Louve. Malgré cela, Yves Sente offre à Grzegorz Rosinski un cadre désertique où le dessinateur montre, une fois de plus, toute l’étendue de son talent. Son travail à la couleur direct est tout à fait saisissant. Et, il est vrai que cela vaut vraiment la peine de s’attarder sur chacune des cases qui représente en elle-même une véritable peinture. Notamment, l’illustration pleine page de la ville de Bag-Dadh qui est lumineuse et sublime.
Graphiquement, cet album est de très bonne facture mais pêche un peu au niveau du récit

Stéphane Girardot

Chronique du tome 33



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*