Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Florent Calvez, membre du SNAC BD

Rencontre avec Florent Calvez, membre du SNAC BD

logo

La grogne monte chez les auteurs de BD qui voient la précarité s’installer alors que les dernières décisions ne vont pas du tout dans le bon sens.
Bulle d’Encre est allé interviewer un membre du Groupement des Auteurs de Bande Dessinée – SNAC (Syndicat National des Auteurs et Compositeurs), Florent Calvez (dessinateur participant à la série Jour J chez Delcourt). L’occasion de faire le point sur les dossiers en cours.

Bulle d’Encre : Bonjour et merci de nous accorder cette interview. Pouvez-vous présenter le SNAC à nos lecteurs ?
Florent Calvez : Le SNAC, c’est le Syndicat National des Auteurs et Compositeurs. C’est une organisation qui concerne les auteurs et les artistes de domaines différents, tels que les écrivains, les illustrateurs jeunesse, les scénaristes, les réalisateurs, les compositeurs, les auteurs de théâtre, les auteurs adaptateurs de doublage ou de sous-titrage, les chorégraphes… Et depuis quelques années maintenant, les auteurs de Bande Dessinée.
De fait, nous sommes les représentants des auteurs de BD auprès des éditeurs.
Nous participons aussi aux grandes discussions auprès des Agessa et des autres organismes sociaux dédiés aux auteurs, du Conseil Permanent des Écrivains et de nombreuses institutions…
Nous travaillons à la défense et à l’amélioration des conditions de vie et d’exercice des auteurs de BD, qu’ils soient dessinateurs, scénaristes, coloristes, français ou étrangers, connus ou non…
Nous offrons à nos adhérents un ensemble de services incluant l’assistance juridique, la rédaction de lettres et de documents légaux, le dépôt d’œuvres, la publication de guides spécialisés, l’analyse de contrats et la consultation individuelle, ainsi que l’accompagnement judiciaire en cas de procédure.

BDE : Quel est votre rôle au sein de ce syndicat ?

FC : J’ai intégré récemment le comité de pilotage, C’est à dire le collectif qui gère la vie du syndicat au quotidien. 
C’est une tâche très étendue : de l’organisation « logistique », de la rédaction de communiqués et de tracts, du conseil aux auteurs, de la participation (et donc la représentation) du syndicat dans les débats avec nos partenaires, notamment au sein du CPE (Conseil Permanent des Ecrivains), etc, etc…

BDE : Le SNAC a dernièrement communiqué sur une précarisation croissante de l’auteur de BD (hausse de la TVA, accord-cadre non inscrit dans la loi, hausse des prélèvements sociaux). Pouvez-vous nous en dire plus ?
FC : Tout d’abord, depuis le 1er janvier, le taux de TVA appliqué aux auteurs est passé à 10%, alors que les éditeurs et libraires bénéficient d’un taux réduit de 5,5% C’est à la fois incompréhensible et inacceptable.
L’accord cadre entre les éditeurs et les auteurs tarde à être inscrit dans la loi [ndlr : nous avons consacré un article sur la signature de cet accord cadre]. Cet accord apportait quelques garanties aux auteurs, notamment sur le numérique, et a été obtenu après de longues années d’âpres négociations. Là aussi, nous attendons un geste rapide et fort du gouvernement, dont la Ministre de la Culture se dit proche des auteurs.
Ensuite, une réforme de la sécurité sociale et du système de retraites des auteurs est en réflexion. C’est un dossier que nous suivons attentivement, puisque les premières pistes prévoient sans pour autant garantir le simple maintien de nos droits actuels, des hausses de prélèvement de l’ordre de 15% supplémentaires sur nos droits d’auteurs. Il est évident qu’au vu des conditions de rémunération des auteurs, c’est simplement inenvisageable… La plupart des auteurs gagnent moins que le SMIC !

DSCN6331

BDE : Les contrats sont aussi revus à la baisse. N’y-a-t-il pas finalement trop d’auteurs de BD dans un marché ne pouvant pas tous les faire vivre de leur métier ?
FC : La surproduction, c’est une question « délicate ». Il me paraît incongru de déplorer la multiplication des parutions de livres. Il vaudrait mieux craindre l’inverse ! Tant pour la diversité de l’offre culturelle que pour la pérennité des acteurs du secteur…
Pour autant, force est de constater que les conditions contractuelles et de vie se durcissent singulièrement pour les auteurs. Et ce n’est certainement pas en restreignant le nombre de sorties (et donc le nombre d’auteurs vivant de leur métier) que cela s’arrangera.
La question serait plutôt de se demander pour quelles raisons le marché n’a pas grossi… Et de trouver les solutions pour ce faire.

BDE : L’offre est pourtant très variée. Pensez-vous que le prix des albums ou la concurrence d’autres médias sont aussi responsables de la situation ?
FC : Évidemment, le prix d’un album est élevé. Maintenant, je ne sais pas si le prix d’un album a augmenté réellement plus que celui des autres biens de consommation culturelle… Le problème principal vient d’un marché qui n’a pas vu le nombre de lecteurs vraiment augmenter. Est-ce parce qu’il est inéluctable que le marché ne grossira pas et qu’il est donc « raisonnable » pour assurer sa viabilité d’augmenter le prix des albums… ou le marché ne grossit pas en raison du prix des albums ? L’œuf ou la poule… Je ne suis pas économiste, je ne sais simplement pas.
Quant à la concurrence des autres médias, je ne crois pas. Je pense que les autres médias couvrent des pratiques culturelles différentes et complémentaires. (Et du point de vue des créateurs, les chemins se croisent de plus en plus souvent…) Les gens qui ont soif de culture s’abreuvent aussi de bandes dessinées, peut-être pas assez, on pourrait alors s’interroger sur l’image de la BD véhiculée dans les médias généralistes.

BDE : Quelles solutions proposez-vous ?
FC : Nous n’avons pas de solution miracle, mais il est évident que certains projets ne doivent pas « passer » en l’état. Nous souhaitons simplement ouvrir les discussions, afin que les décisions se prennent en tenant compte des difficultés particulières de nos métiers.
Pour prendre un exemple, la TVA qui passe à 10% pour les seuls auteurs, je le répète, c’est tout simplement inacceptable sur le principe !
Autre exemple, une réforme de la protection sociale doit être envisagée, et nous sommes évidemment prêts à en discuter… Pour autant, il est hors de question que cela se fasse à notre détriment.
Enfin, il nous semble important maintenant de faire appel aux autres acteurs pour qu’un mécanisme de soutien, de solidarité soit mis en place pour les auteurs. La précarité de certains métiers est compensée par un certain niveau de revenu, et dans ce cas peut être « acceptée » et gérée…
Les auteurs de BD, eux, sont dans une situation de paupérisation aggravée ! Les éditeurs ont créé un fonds de soutien aux libraires, l’Etat vient régulièrement en aide aux éditeurs et aux libraires. Il est urgent qu’une prise de conscience se fasse et que nos partenaires nous soutiennent, maintenant !

BDE : Pourquoi justement l’Etat ou les éditeurs ignorent les principaux acteurs du secteur ?
FC : Il faudrait leur poser la question ! La force de frappe des éditeurs est sans commune mesure avec celle des auteurs, en termes économiques et en termes de communication. notre profession est faite d’indépendants éparpillés qu’il est difficile de fédérer (le taux de syndicalisation des auteurs est malgré tout de presque 20%, c’est-à-dire largement au dessus de la moyenne nationale). Autant dire que les éditeurs en profitent assez largement…
Quant au gouvernement… Disons que les personnes en charge ont une logique de grands ensembles, quitte à ne pas voir les différences entre les différents métiers. Par exemple, auteur de BD, ce n’est pas être écrivain, tant du point de vue économique que de choix de carrière. Auteur de BD, c’est un travail à plein temps qui ne peut que difficilement s’imaginer en parallèle d’une activité professionnelle. Ensuite, à force de vouloir valoriser « la BD » , on finit par oublier le sort des petites mains qui la font.

angoulemeBDE : Pour vous faire entendre, vous souhaitez lancer une opération coup de poing en incitant les auteurs à boycotter le prochain Festival d’Angoulême. Pensez-vous que cela sera suivi ? Pour quels effets ?
FC : Nous ne prenons personne en traître. Nous disons : nous avons 1 an pour discuter, pour réfléchir et trouver des solutions à ces problèmes. Si nos partenaires ne nous écoutent pas, font la sourde oreille, ne nous prennent pas au sérieux, alors, oui, nous appellerons au boycott du Festival d’Angoulême en 2015. Autant dire que nous souhaitons vivement éviter une telle situation.
Depuis que nous avons lancé la communication autour de cette « opération », nous avons vu un écho considérable, les auteurs ont bien compris qu’il était urgent de passer à l’action. Donc, oui, je pense sincèrement que ce sera suivi, si d’aventure nos revendications restaient lettre morte…

BDE : Merci en tout cas pour nous avoir consacré de votre temps et bon courage pour la suite !

Propos recueillis par Anthony Roux.

Interview réalisée le 31 janvier 2014.

Lien vers le site du : SNAC BD
SNAC BD

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*