Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie II

Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie II

Envies d'Ailleurs

Nous continuons le suivi d’un projet d’album avec cette seconde partie consacrée au collectif Envies d’Ailleurs. Dans notre précédent article, nous étions allés à la rencontre de Katia Even, à l’initiative du projet.

Depuis, les choses ont bien avancé. Une page Facebook Envies d’Ailleurs a ainsi été créée et est vite arrivée aux 500 likes.

Puis la campagne de financement a démarré sur le site Ulule : l’objectif des 100% a très vite été atteint mais les préventes continuent sur ce support. En effet, plus il y aura de préventes (18€ pour plus de 300 pages de BD, au format A5), mieux ce sera (papier épais, couverture toilée, tirage supplémentaire, cadeaux offerts aux contributeurs,…).

Nous allons désormais, dans une série de plusieurs articles, vous faire découvrir les auteurs participants à ce projet, avec la complicité de Katia Even qui a participé à la rédaction des interviews et des biographies. Ces articles sont également diffusés sur la page Ulule du projet.

Gadrien
Gadrien est un dessinateur avec deux facettes, venant de ses propres lectures. Bercé par le magazine Spirou, il a commencé le dessin en croquant des personnages franco-belge. Puis ses lectures comics, et particulièrement celles du catalogue DC Comics, lui ont permis d’acquérir un nouveau style. Désormais, il jongle entre les deux styles, en ajoutant sa propre patte.

Gadrien 1

Pas trop difficile de croquer ces grosses bêtes de façon humoristique ?
Non, ça n’a pas été très difficile, j’ai toujours adoré les dinosaures et j’avais déjà réalisé quelques illustrations sur le thème auparavant. je me suis appuyé sur ce travail pour réaliser ces planches. C’était un réel plaisir de dessiner ces grosses bêtes!

A quand une BD avec le style comics que tu affectionnes tant ?
Pour l’instant je n’ai pas de projet dans le domaine du comics. Je me contente de réaliser quelques illustrations et je me cantonne au style franco-belge pour la BD.

Gadrien 2

Marina Duclos
Fan de fantastique et amatrice de belles images il n’en faut pas plus pour faire rêver Marina Duclos en lui proposant de dessiner des dragons, des elfes et de la magie ! Dessinatrice à compte d’auteur (Mythes et Légendes) et coloriste professionnelle pour les éditions Soleil (Princesse Sara) entre autre, Marina nous propose ici une vision complète de son art.

Duclos 1

Bonjour Marina. Cet album vous permet de vous montrer aux lecteurs en tant que dessinatrice. Est-ce que cette expérience a changé quelque chose pour vous?
Étant coloriste professionnelle j’ai rarement l’occasion de travailler mon dessin autant que je le voudrais bien que celui ci reste une grande passion. Ce collectif était l’occasion de me faire la main en franco belge, peut être pour arriver un jour à créer un bel album en 46 planches. C’est une sensation étrange de coloriser ses propres planches lorsqu’on est habitué à s’adapter au trait d’autres dessinateurs. En espérant que le résultat vous plaira.

Vous avez dessiné deux histoires dans l’album, Rêve de Lune et L’Arche. Laquelle préférez-vous, et pourquoi?
J’ai un penchant préférentiel pour Rêve de Lune, c’est un conte asiatique comme j’en raffole, les paysages ont été un véritable plaisir tant sur la recherche que la colorisation en passant par le dessin. Cette histoire a un coté plus féerique que la seconde où on se laisse porter jusqu’au sommet d’une montagne lointaine et inaccessible. Que du rêve.

Duclos 2

William Maury
Après différents albums, comme notamment deux tomes de Baraka avec Georges Lautner, William Maury s’est fait connaître du grand public avec la BD les Sisters. A l’origine de ce projet, des planches en noir et blanc mettant en scène Marine et Wendy, ses deux filles, publiées sur Internet (d’abord sur un forum puis sur un blog)… En 2007, ce projet est édité en album aux éditions Bamboo, avec Christophe Cazenove comme co-scénariste. Et depuis, la BD connaît un vif succès : outre la série principale, des romans, des hors-séries, des agendas ainsi qu’une série dérivée, les Super Sisters ont ainsi vu le jour.

William 1

Bonjour William. Dans ce collectif, vous présentez Fables de Comptoir, BD réalisée avec le co-scénariste des Sisters, Christophe Cazenove. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette BD ?
J’ai rencontré Christophe lors d’un festival et nous avons très vite sympathisé. il aimait bien mon univers graphique et j’appréciais beaucoup son univers humoristique. Nous avions très envie de travailler ensemble et ça tombait pile poil car mes précédents albums et autres travaux de couleurs arrivaient à leur terme, j’étais libre. Avant les fables, nous avons testé plusieurs chemins, idées et personnages en tout genre, mais il voyait bien que le monde féerique et déjantée était celui qui me correspondait le plus. Pendant qu’on démarchait pour les fables, de mon côté, je peaufinais un autre dossier qui me tenait à cœur et qui parlait de la vie tumultueuse et haute en couleurs de mes 2 filles. Leurs disputes et délires, je les postais régulièrement sur un forum Baywin et sur un blog… vaut mieux avoir plusieurs projets, on ne sait jamais. Olivier Sulpice, fondateur de Bamboo édition a eu en mains les deux dossiers. Il a préféré celui nommé « un air de famille » renommé par la suite « les Sisters « . J’ai évidemment demandé à Christophe « mister gag brain » Cazenove de me donner un gros coup de main pour écrire les gags. Les fables et les p’tites fées sont restées au placard. Merci à toi Katia, c’est vraiment sympa de leur dépoussiérer les ailes à l’occasion de ce collectif.

Les Sisters connaissent un vif succès et font l’objet de séries dérivées. Malgré ça, vous arrivez encore à trouver le temps pour développer d’autres projets ?
J’ai beaucoup de chance, car grâce à cette série, je peux enfin vivre de mon métier. Et surtout on s’amuse en la réalisant. Cette BD a trouvé son public et du coup, on enchaîne les albums , ponctués par des hors série et autres dérivés comme « les Super Sisters » où l’on retrouve la fée Watterpouffe et le lutin Kyonnobbu ; deux personnages des fables de comptoir . Si j’avais le pouvoir d’ajouter des heures à une journée, alors, peut-être que je travaillerais sur d’autres projets, mais je n’ai pas cette capacité. Un jour qui sait…

William 2

Kappou
Kappou est née près de Marseille. Influencée par les classiques Disney, elle veut très tôt devenir dessinatrice. Après une année de MANAA à Olivier de Serres à Paris, elle décide de se spécialiser dans le webdesign. Néanmoins elle n’arrête pas le dessin, et réalisera une histoire courte dans le collectif Sweety Sorcellery pour la collection Blackberry, ainsi que la série Rhapsody qu’elle dessine également.

Kappou 1

Les sirènes, ça évoque une créature à la fois maléfique et sensuelle. Comment voyez-vous les vôtres ?
Hé bien, nos sirènes ont un côté beaucoup plus darwinien. On est plus dans le stéréotype de la créature dangereuse qui tue pour le plaisir.

Qu’est-ce qui fait, d’après vous, l’originalité de vos sirènes par rapport à celles des légendes ?
Ce sont des animaux traqués, dont le but est de survivre… et de se reproduire qui plus est avec l’espèce qui les chasse.
De plus, au delà de l’animal et de l’instinct de survie, ce sont des femmes aussi : comment aimer ceux qui les massacre ?
Les sirènes deviennent des personnages beaucoup plus complexes et humaines au final…

Kappou 2

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*