Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Nicoby, dessinateur de Ouessantines

Rencontre avec Nicoby, dessinateur de Ouessantines

– Maintenant que vous êtes à Ouessant, le plus dur reste à faire.
– C’est-à-dire?
– Prouvez que vous méritez d’être ici.

OUESSANTINES T01[VO].indd.pdf

Nicoby, dessinateur breton revient avec nous sur sa participation à l’album Ouessantines (scénario de Patrick Weber, Kness à la couleur) qui raconte « une histoire de femmes. Une histoire de secret liant les plus vieilles femmes de l’île. Une histoire de proella, la fameuse croix de cire portée en terre au cimetière pour incarner les corps des disparus.Une histoire de naufrage et de phare battu par les vagues. » (quatrième de couverture)

Chronique de l’album

Bulle d’Encre : Comment en êtes-vous venu à travailler avec Patrick Weber ?
Nicoby :
Complètement par hasard, j’avais envoyé, il y a des années, un projet qui s’appelle pattes de velours aux humanoïdes associés qui n’était pas intéressé par ce projet. Ils avaient par contre dans leurs tiroirs un scénario de Patrick weber qui pouvait coller à mon graphisme. On a bossé ensemble même si ça n’a pas vu le jour. Ça nous a laissé un petit goût de raté à Patrick et à moi, mais aussi à Maximilien Chailleux notre éditeur aux humanos. Quand notre éditeur est arrivé chez Glénat, il a été évoqué de faire un bouquin autour de Ouessant et ils ont eu envie de m’inviter dans cette aventure.
Et j’ai dit oui tout de suite. En plus c’était rigolo, je venais de faire une résidence à Ouessant dans le sémaphore juste avant.

Les résidences d’auteur ?
N :
Oui, c’est ça. Et j’ai eu la chance d’y retourner pour ce projet. Il y a un sémaphore là-bas qui a perdu son sens puisque le rail des bateaux a été reculé. Ce bâtiment qui est à côté du phare du Créac’h qui ressemble à celui de l’ouverture du bouquin, est devenu une résidence d’artistes.
ext3 ouessantines
Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’histoire de Ouessantines ?
N :
Rien de spécial. C’était juste l’envie de bosser avec Patrick. En fait, je ne connaissais pas l’histoire avant de commencer à la dessiner. J’aime bien ne pas trop connaître les histoires avant.

Vous les découvrez planche par planche ?
N :
Je reçois un chapitre de 10 pages, je le dessine et je le renvoie. Puis je reçois le paquet suivant.
Ça a ses défauts et ses qualités, je ne me lasse pas trop vite de ce que je dessine mais de temps en temps il y a des personnages secondaires un peu vite balancés et qui prennent de l’ampleur.

ext2 ouessantinesLes lieux dessinés sont-ils tous réels ou fantasmés ?
N :
Il y en a des réels puisqu’on avait la volonté de s’appuyer sur l’île. Par exemple, la maison de l’héroïne existe, elle est en photo à la fin de l’album, je l’ai un peu arrangée pour que la personne qui y habite ne voit pas cela comme une intrusion de ma part.
J’avais envie de retrouver l’ambiance de Ouessant et j’ai donc fait mes dessins d’après photos de la place du village, avec l’église et quelques points précis. Après il y a des endroits où l’ambiance suffit, les falaises par exemple où j’ai dessiné de tête.
Mais je voulais que le lecteur ressente l’île comme je l’ai ressentie.

Comment créez-vous vos planches ?
N :
Je fais un petit découpage d’après le scénario qui est en page texte sur un format A4, j’ai les 10 pages découpées, juste pour une mise en place et voir où je mets les dialogues. Ça m’arrive de les déplacer d’une case à l’autre même si je reste très fidèle au scénario.
Puis je dessine sur un papier A3 au crayon papier et j’encre ensuite avec un feutre pinceau.
Les dix premières pages ont été faites au vrai pinceau mais je ne me sentais pas de le garder jusqu’au bout, ce qui fait une petite cassure à l’arrivée du second chapitre.
Il y a eu aussi quelques scènes en lavis et puis j’ai arrêté.
Il y a une scène dont je suis fier et pour laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à la dessiner, c’est le naufrage qui est fait au bambou et à l’encre de chine, ça donne un petit grain particulier.

Vous faites des essais ?
N :
En fait, j’essaie de m’amuser un peu. Bon si c’est vraiment trop moisi je reviens en arrière. J’ai la chance de dessiner vite, ce n’est pas trop contraignant de refaire deux ou trois pages. Je laisse aussi reposer et reprends quelques cases que je ne sens pas. Il y a aussi des trucs qu’on a plus de mal à rendre, j’essaie de faire un résultat sans trop de défauts.
ext4 ouessantines
Passer du A3 au format imprimé (plus petit que le A4), ça a beaucoup induit votre travail de départ ?
N :
L’inquiétude que j’avais, c’était sur le texte. Quand on a fait le dossier c’était dans l’optique d’avoir une histoire en 46 pages avec un format plus grand et ça a été rebasculé en roman graphique avec un format un peu plus petit et plus de pages. Ça change un peu la narration qui se retrouve beaucoup plus aérée. J’ai gardé le format de mes planches A3 et mis mon texte sans trop y penser. Finalement, ça n’a pas posé de problème.
Pour le dessin, la question ne se posait pas. Je n’ai pas un dessin suffisamment fouillé pour que ce soit problématique.

Et les personnages vous les créez comment ?
N :
Je fais très peu de recherches. Les premières pages me servent de recherches et je les modifie après. Le personnage se cale petit à petit.
Ainsi sur 20 ans ferme (un autre livre), il y a un moment où j’ai mis mon personnage avec les yeux complètement noirs, l’ombre portée par ses arcades sourcilières cachait tout. Ça a été libérateur et une révélation pour ce personnage.
Généralement, j’essaie d’avoir une forme, un volume, la forme de la frange ou du nez.

Vous vous attardez plus sur les décors ?
N :
Non, plutôt sur l’ambiance, des attitudes. Je vais être plus sensible à des jeux de regards et surtout sur la fluidité de la narration.
ext1 ouessantines
C’est amusant parce que vous n’êtes pas le scénariste.
N :
Quand je parle de narration, c’est le fait que chaque case soit immédiatement lisible, que chaque texte se lise dans le bon ordre. Je peux changer quelques mots si je trouve des répétitions, un terme confus ou des sonorités plus appropriées pour fluidifier la lecture.
Je ne recherche pas forcément que ce soit très bien dessiné ou que les personnages soient super beaux mais qu’on soit bien dans l’histoire.

Cet album vous le voyez comme un hommage aux habitants de Ouessant ?
N :
Pas spécialement, plus sur le lieu mais pas les habitants que je n’ai d’ailleurs pas eu l’occasion de connaître.

Et vos projets ?
N :
Dans cette veine là, il y en a un qui se passe sur Belle-île.

couv poete-a-djiboutiUne envie de rester sur les îles ?
N :
Oui, on s’était bien amusé avec Patrick et Kness qui a assuré la mise en couleur et avec l’éditeur. On est reparti sur un autre et il n’est pas exclu qu’on fasse une troisième île. Tout est possible.
Sinon en nouveauté, j’ai un petit récit de voyage beaucoup plus humoristique et plus léger sur Djibouti. En autofiction comme du Christine Angot et qui s’appelle Poète à Djibouti qui sort chez Cocagne.

Et votre coup de cœur lecture du moment ?
N :
La colère dans l’eau de David de Thuin. Ce n’est pas très récent mais c’est l’album le plus fort que j’ai lu depuis très longtemps. Un livre auto-produit qui fait une trentaine de pages en bichromie dans un tout petit format.

Interview réalisée par Anna Sam le 10 octobre 2014 à Quai des Bulles (St Malo)

Retrouvez Nicoby et ses acolytes (Joub et Pépito) sur le blog : Le blog de l’atelier

© Weber, Nicoby – Editions Vents d’Ouest
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

OUESSANTINES T01[VO].indd.pdf Ouessant-pl-1 Ouessant-pl-21

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*