Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Enki Bilal aux Champs libres à Rennes

Rencontre avec Enki Bilal aux Champs libres à Rennes

000

La salle de conférence est comble ce soir aux Champs libres à Rennes pour accueillir Enki Bilal. Pour cet artiste aux multiples facettes, le public a répondu présent et toutes les générations sont représentées.
En attendant l’arrivée du maître de la soirée, l’écran géant passe des extraits de ses films : Bunker Palace Hôtel, Tykho Moon et Immortel, Ad Vitam. Les images s’entremêlent et donnent au spectateur un mélange assez surprenant où les scènes des différents films se mélangent. Ça pose l’ambiance et c’est une plongée intéressante dans l’univers de Bilal, vertigineuse même.
C’est aussi une manière de se remémorer une partie de l’œuvre de l’artiste.

c

L’auteur entre en scène accompagné du maître de cérémonie, c’est un animateur éclairé sur le monde de la bande dessinée : Arnaud Wassmer. La soirée s’annonce chaleureuse et pertinente. En effet, l’animateur revient sur l’œuvre de Bilal, en explique rapidement les différentes époques et laisse la parole à l’invité. Celui-ci va alors évoquer avec passion son métier d’artiste, sa manière de travailler ses œuvres, picturales et de bande dessinée.

Enki Bilal est venu avec un court-métrage présentant son atelier, ses peintures, son chat qui passe, surtout on le voit derrière son crayon.
Plus que l’image, tout l’intérêt de ce court est le mélange de sa vie, passée, présente et de ses univers créatifs.
Un étrange mélange envoûtant, prenant, déstabilisant pour le spectateur parfois. Et en permanence, la voix OFF de Bilal sur cette vidéo tournoyante, virevoltante, tourbillonnante.
Et son chat qui cherche. Que cherche-t-il, s’interroge la voix OFF.

Une expérience étrange que ce court-métrage…

Retour à la discussion où l’auteur va longuement revenir sur sa tétralogie du monstre.
Mais aussi, il va être question de sa démarche d’artiste, il parle de ses influences du monde contemporain, par le biais de la politique internationale, de la société et du sociétal.
Comme le dit l’auteur, éponge du monde réel, « on essaie de sentir les choses »

Vient ensuite toute une discussion autour de Coup de sang et la question sur la mémoire : « elle est au centre de nous-même et la planète recueille cette mémoire, l’abrase et garde toute la mémoire positive de l’homme ».

L’homme raconte avec érudition l’humanité, son avenir, ses craintes aussi sur l’avenir, ses peurs concernant les dérives de l’homme et ses régressions qui se multiplient.
Et tout cela nourrit son univers d’artiste.

« Ce n’est pas la peur qui m’inspire, je suis tétanisé par ce qu’on voit, ce qui se passe. »
mais il ajoute avec un petit rire
« C’est mon terrain de jeu, même si c’est cynique de le dire »

Un peu plus tard, Bilal explique « je n’aime pas dessiner les objets. Ce qui vous fait croire que j’aime ça, c’est que je les dessine de mémoire, c’est le concept que je dessine. ».
Comme ça, au passage, une petite révélation étonnante…

Parfois, au cours de la soirée, on a l’impression que la discussion part dans tous les sens, un peu comme Bilal lorsqu’il s’exprime sur le papier, il s’affranchit des contours noirs et laisse le crayonné. Une trame oui, mais libre. À l’image de l’artiste finalement.

Il est également question de l’espace de liberté totale qu’offre la bande dessinée, contrairement au cinéma où les financements sont le nerf de la guerre.
« Quand j’ai envie d’une expression libre, je vais vers la BD car c’est là que je peux travailler seul et faire ce que je veux »
Il nous explique aussi ses différents moyens d’expressions où chacun demande « des énergies différentes, des échelles différentes, des concentrations différentes ». La seule chose qui les relie finalement, c’est l’écriture.

Bilal - séance de questions

Une heure est déjà passée en la compagnie d’Enki Bilal. La séance de questions qui suivra abordera aussi bien son travail au scénario que les ressemblances voulues (ou non) de ses personnages avec lui ou ses collaborations avec Pierre Christin…
Pendant l’échange avec le public, est projeté en arrière-plan des extraits de ses peintures. Des « images brutes » selon Bilal. Un plaisir pour les yeux, une découverte sur écran géant d’une patte que les amateurs de l’artiste ont su apprécier.

Après cette soirée discussion, une séance de signatures a été organisée. Une centaine d’amateurs ont eu la patience d’attendre de rencontrer en face à face Enki Bilal un instant, le temps d’échanger quelques mots et de recueillir sa signature sur un de ses albums…

Une belle soirée comme on les aime !

Anna Sam & Audrey Choux

© Crédits photographiques : Audrey Choux
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Cliquez sur les photos pour les agrandir.
Pour voir toutes les photos de la soirée, c’est sur notre page Facebook que ça se passe !

Tags : , , ,

2 Commentaires

  1. Posté 8 novembre 2014 at 12 h 53 min | Permalink

    Sympathique compte-rendu 🙂
    Au passage a-t-il évoqué une suite à Julia&Roem ?

  2. Anna
    Posté 13 novembre 2014 at 10 h 36 min | Permalink

    Hello,
    la fin de la trilogie dont fait partie Julia et Roem vient tout juste de sortir.

    1- Animal’z
    2- Julia et Roem
    3- La couleur de l’air

    Bonne lecture 🙂

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*