Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Wilfrid Lupano – scénariste d’un Océan d’amour

Rencontre avec Wilfrid Lupano – scénariste d’un Océan d’amour

titre2

Envie de voyage, d’un récit burlesque et d’une histoire d’amour qui fait courir le monde ? Plongez dans Un Océan d’Amour. Wilfrid Lupano nous emmène faire un tour dans son univers…

Chronique de l’album

ocean lupanoBulle d’Encre : Vous avez développé des univers très éclectiques avec vos différentes séries, comment vous est venue cette idée d’étrange chassé croisé entre ce couple atypique ?

Wilfrid Lupano : A la base, ce n’était pas un bouquin mais un exercice que j’ai voulu m’imposer pour progresser dans le métier de scénariste. Je m’étais rendu compte que je me reposais énormément sur les dialogues dans mes autres ouvrages. Je me suis demandé si j’étais capable d’écrire une histoire en me passant totalement des dialogues pour me forcer à utiliser d’autres solutions et notamment graphiques et penser davantage en images.
Quitte à faire un truc totalement barré (et non voué à l’édition), autant que ça soit vraiment libre. Je suis donc sorti de tous les codes autant que possible : des personnages ni jeunes, ni beaux, ni dans la passion amoureuse. Je voulais parler d’amour mais pas de la naissance de l’amour parce que c’est un peu trop facile et on parle toujours dans ça dans les livres. Ça me paraissait intéressant de parler de ce qu’il y a après, de l’amour sur la durée.
C’est un mélange de plein d’envies que j’avais et puis aussi de parler de l’océan, de l’écologie, d’artisanat ; de choses qui me touchent et m’intéressent.
Il y avait aussi l’idée qu’on peut partir de choses culturelles très ordinaires et faire naître du merveilleux et de l’onirique.

OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd

BDE : Comment en êtes-vous passé du format exercice au format album ?
WL :
Ça a été long. J’ai écrit l’histoire en 2007 et à l’époque le roman graphique n’était pas dans le paysage comme aujourd’hui. Et le roman graphique à cette période n’était pas burlesque mais plutôt sérieux, en noir et blanc.
Quand j’ai eu fini le scénario, j’aimais bien l’histoire mais je ne me sentais pas trop capable d’aller le défendre auprès des éditeurs. A l’époque, on m’avait refusé des scénarios beaucoup moins loufoques ; ça me paraissait impossible d’y aller avec mes pêcheurs bretons qui ne disent pas un mot et qui parlent à des mouettes…
C’est resté dans mes tiroirs assez longtemps. Je l’ai proposé à un ou deux dessinateurs il y a quelques années avec lesquels ça ne s’est pas fait. J’attendais vraiment la bonne rencontre et j’ai fini par me dire que ça ne verrait sans doute pas le jour.
Quand j’ai lu les albums de Gregory (NDLR : Grégory Panaccione le dessinateur) : Toby mon ami et âme perdue ; j’ai vu qu’il avait un goût pour les récits muets, burlesques et il avait fait des albums magnifiques en couleur. Je lui ai donc proposé le scénario, ça lui a plu et c’est allé très vite. Et quand je dis très vite… il a fait le livre en 6 mois ! 224 pages couleur en 6 mois. Je ne sais pas comment il fait, il doit avoir une armée de petits chinois dans sa cave (rires).

BDE : Comment l’aviez-vous rencontré ?
WL :
Sur un festival tout simplement. En dédicace, il est chez Delcourt et moi aussi, on s’est retrouvé de manière totalement fortuite.
Les festivals ça sert aussi à ça, à déclencher des projets.

BDE : Pourquoi avoir placé votre récit en Bretagne ? Vous êtes breton ? (Wilfrid Lupano a un bel accent chantant du sud-ouest dans la voix)
WL :
Techniquement un peu, je suis né à Nantes et j’en suis parti très jeune. Je suis du Sud-Ouest.
En fait, il y avait une envie d’identité culturelle forte, d’incitation au voyage et la Bretagne a toujours été la porte vers l’océan. J’aurais pu le situer au pays basque mais graphiquement c’est moins clairement identifié.

OCEAN DAMOUR_INTcs6.inddBDE : Vous savez que les bigoudens, on n’en voit plus beaucoup se balader en Bretagne.
WL :
Je sais bien (rires), ce récit est totalement anachronique et délirant. Dans ma région aussi il y a des costumes traditionnels qui sont très chouettes, le béret du pays basque aussi.

BDE : Votre volonté de s’affranchir du texte dans ce récit a été libérateur pour vous ?
WL :
Ah oui, j’ai adoré faire cet exercice, je vais le refaire d’ailleurs. J’aime beaucoup ça et je trouve que c’est une façon de créer de la bande dessinée qui est super et on se sent une force supplémentaire dans l’universalité. On se dit « J’écris un truc que tout le monde peut lire, sans barrière de langage. Tout le monde peut lire cette histoire et comprendre ce qu’on est en train de raconter. Comprendre ce que ressentent les personnages uniquement par le dessin. »
C’est une écriture particulière.
J’avais envie de faire du tout public, du 7 à 77 ans. Ce qui est assez difficile à faire car pour intéresser tout le monde, il faut mettre plusieurs niveaux de lectures . c’est quelque chose qui m’intéresse beaucoup dans la bande dessinée. Jadis, c’était sa force, elle a acquis ses lettres de noblesse comme ça avec la BD tout public. Le marketing faisant son affaire, on a compartimenté et on s’adresse à un public désormais : ado, pour les quinquas, etc… mais on perd cette notion de tout public pour aller sur des niches. On finit par se rendre compte que faire du tout public c’est très difficile, c’est un art. J’ai voulu m’y essayer et je me suis rendu compte de la difficulté. J’avais déjà beaucoup d’admiration pour Goscinny qui est un des maîtres du tout public, depuis que j’ai fait un océan d’amour, j’en ai encore plus, j’ai découvert la complexité de gérer tous ces niveaux de lectures pour que tout le monde y trouve son compte.

BDE : On s’attache très vite aux personnages, ils ont un caractère qui force l’admiration.
WL :
Madame surtout… C’est un album sur l’ouverture. Elle, elle est amenée à quitter sa zone de confort. On comprend qu’elle n’a probablement jamais quitté son village et ce qu’elle va devoir faire est énorme. Ça lui génère de l’angoisse, de la peur. C’est un livre sur la nécessité de sortir de sa zone de confort pour grandir.

OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd

BDE : Quelque part, elle l’emmène avec elle sa zone de confort. Par exemple, quand elle fait des crêpes…
WL :
Oui, il y a un échange. Elle voyage mais en voyageant, elle popularise son travail de crochet qui devient un phénomène culturel, ses crêpes, sa recette du homard… Il y a un enrichissement.

BDE : Vous avez un nouveau projet en album muet, vous le voudrez aussi tout public ?
WL :
Avec Grégory, on va en refaire un. Oui, tout public, mais je ne peux rien en dire. J’ai le goût de continuer dans cette voie-là et de continuer à creuser ces univers-là.

OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd
BDE : Votre coup de cœur lecture du moment ?
WL :
En livre, c’est L’Ancêtre de Juan José Saer un bouquin incroyable qui avait été oublié depuis 40 ans et qui vient d’être republié. C’est tiré d’une histoire vraie : un jeune mousse de la fin du 18e qui était membre d’une expédition et qui est allé du côté de l’Amazonie. Une petite partie de l’équipage est descendue à terre pour faire le plein de vivres et ils se font tuer par les indigènes en quelques secondes sauf le jeune mousse. Il est enlevé et atterrit chez les indigènes amazoniens qui s’avèrent être anthropophages. Il va vivre 10 ans parmi eux et il sera rendu par ces indigènes au monde des blancs. Il va tâcher d’expliquer la civilisation où il a vécu 10 ans. C’est un bouquin incroyable, qui nous fait toucher du doigt la philosophie et la façon de voir le monde d’une société que nous on qualifie de primitive mais qui a simplement des codes différents des nôtres et qui se valent. On apprend beaucoup sur l’humain.
En BD, la vision de Bacchus de Jean Dytar. Il a fait un travail colossal et mieux maîtrisé que son précédent album le sourire des marionnettes.
C’est à la fois passionnant, on apprend beaucoup et c’est un vrai boulot de vulgarisation.

Interview réalisée par Anna Sam le 10 octobre 2014 à Quai des Bulles (St Malo)

Ils ne manquent pas d’humour chez Delcourt pour promouvoir Un Océan d’Amour. Lors du festival de Quai des Bulles, des boîtes de sardines avec la couverture de l’album ont été distribuées !
ocean boite

Laissez vous guider avec ces premières pages. ça donne envie d’en lire plus !
(cliquez dessus pour les agrandir)
UN OCEAN D'AMOUR - C1.indd OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd

© Lupano, Panaccione – Editions Delcourt
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*