Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alex Alice – auteur du Château des Étoiles

Rencontre avec Alex Alice – auteur du Château des Étoiles

– C’est de la folie ! Avez-vous vu la taille de ces nuages ?
– Croyez-vous que Christophe Colomb aurait renoncé au premier coup de vent ?
– Bon Dieu de bois ! Si la foudre s’abattait sur leurs voiles, les marins de la « Pinta » ne risquaient pas l’explosion d’hydrogène à 11000 mètres du sol !
– Ne jurez pas. Je vous en prie. Vous savez bien que je déteste ça.

titre_couv

Mais qu’y a-t-il tout là haut ? Alex Alice s’est plongé dans cette folle aventure de la conquête spatiale non pas de nos jours mais en 1869. Les connaissances et les technologies n’étaient alors pas du tout celles que nous possédons aujourd’hui. Embarquons ensemble à bord d’un ballon conçu pour découvrir l’Ether.

Chronique de l’album : Le Château des étoiles – 1869 : La conquête de l’espace – volume 1

BDE : C’est une histoire aux multiples facettes : aventure, science-fiction, politique, intimiste, fantastique… Vous aviez envie de créer un univers choral ?
Alexe Alice :
Est-ce que c’est vraiment volontaire, je ne sais pas trop, ça s’est imposé avec le sujet. Le ton que j’avais envie de donner a imposé tous ces aspects au récit.
Au bout du compte, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup d’univers et le défi c’était de tout faire rentrer dans cette histoire.

chateau2

BDE : Arrivez-vous à mettre votre récit dans une case ?
AA :
Non et j’en suis bien content, je n’aime pas trop les cases en tant que créateur, même si je comprends qu’on en ait besoin pour s’y retrouver en tant que lecteur.
Mais en tant que créateur, je ne veux pas me dire « je vais m’inscrire dans tel genre ».

BDE : Vous avez créé un univers extrêmement différent du troisième testament, vous aviez envie de sortir du carcan historique ?
AA :
Non, c’est le sujet qui a imposé le reste. Ce n’est pas en réaction avec ce que j’avais déjà fait mais parce que j’avais envie de faire cette histoire-là. J’imagine que je suis attiré par la nouveauté et le fait d’avoir de nouveaux défis. Je fonctionne vraiment au coup de cœur et ce sujet était dans ma tête depuis un petit moment. Quand il s’est cristallisé et est arrivé le principe de l’histoire, à partir de ce moment-là c’est devenu irrésistible. L’histoire a démarré.

chateau4

BDE : Vous vous retrouvez seul aux manettes avec le château dans les étoiles après avoir travaillé avec un scénariste pour le troisième testament, ça n’a pas été trop difficile ?
chateau5AA :
J’ai travaillé avec un scénariste qui est Xavier Dorisson mais on bossait tous les deux et on écrivait le scénario tous les deux. C’était bien de pouvoir travaille ensemble, surtout au départ. On s’apportait des idées, on les confrontait et ça a été important pour me mettre les idées en place à l’écriture.
Ça fait un moment maintenant que j’ai les idées assez précises et bizarres [rire] pour avoir envie de les pousser seul. En fait, j’ai toujours écrit, ce n’est donc pas une transition mais une continuité.

BDE : Vous partez de faits historiques pour vous en détacher et en créer d’autres. Ce n’est pas trop compliqué de se dire « je quitte la réalité pour offrir la mienne » ?
AA :
Il faut avoir confiance en ce que l’on fait. Le critère c’est d’y croire au moment où on l’écrit.
J’adorais l’univers 19e basé sur des technologies et sciences qui n’ont plus lieu d’être. Pendant un moment je me suis dit qu’on ne pouvait plus faire ça puisqu’on sait que ce n’est pas vrai, on sait qu’il n’y a pas de dinosaures au centre de la Terre et donc fondamentalement, on ne peut plus y croire. Je pense que c’est la raison pour laquelle beaucoup de récits de ce genre sont maintenant traités au second degré. Mais en fait, j’ai toujours autant de plaisir à lire Jules Verne alors que je sais parfaitement qu’on ne peut pas aller au centre de la Terre comme il le décrit ou sur la Lune en boulet de canon.
Finalement, l’important n’est pas là, qu’importe que l’univers soit crédible ou non, l’important c’est que l’auteur y croit au moment où il écrit et qu’il arrive à transmettre sa foi dans son univers et dans son récit. C’est le cas dans la fantasy, la science-fiction et d’une manière générale dans la fiction -puisque toute fiction est une invention.
Le lecteur rentre dans ces récits si l’auteur y croit, c’est ma conviction.

chateau7

BDE : Il y a une rigueur scientifique dans le récit même si elle est fausse, mais on ne remet jamais en doute ce qui est vécu à travers les personnages. C’est un pari réussi.
AA :
Je l’espère, oui. J’étais conscient du problème, j’ai essayé de remettre le lecteur dès que possible dans l’état d’esprit de l’époque pour qu’il soit avec les personnages en train de vivre les découvertes extraordinaires qui se produisent. J’ai fait attention à toujours remettre le lecteur au niveau des personnages et de la science de l’époque.

BDE : C’est un récit prévu en deux tomes ?
AA:
Oui mais la fin restera ouverte parce que je pense que j’aurai envie d’y revenir. Attention, spoiler : tout le monde ne meurt pas à la fin du tome deux [rire].

BDE : Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire une grande place aux femmes dans une époque pas forcément réputée pour ?
AA :
Je ne me suis pas trop posé de questions à ce sujet. Ca m’est venu très naturellement, sans arrière-pensée. La question était plutôt : on est au 19e siècle, comment faire en sorte qu’elles soient présentes et que ce soit des personnages aussi forts et importants que les autres tout en étant crédible par rapport à l’époque. J’ai donc mis au point le casting pour que ça fonctionne.
Comme c’est aussi un livre pour enfants, j’ai fait particulièrement attention à la manière dont les femmes étaient représentées. Je ne voulais pas être dans le révisionnisme historique non plus mais garder cet équilibre.

cahteau6

BDE : Vous avez d’abord été prépublié dans des formats journaux qui sont immenses par rapport à ce format album, ce n’est pas frustrant cette réduction ?
AA:
C’était prévu comme ça, j’ai essayé de faire en sorte que ça fonctionne sur les deux formats même si c’est un plaisir particulier de les avoir en format journal qui est quasiment de la taille des planches originales (un peu plus grand que le A3).

BDE : C’est un album qui change, on attend la suite avec impatience… Faites nous rêver.
AA :
J’ai mis un tas de choses dans le premier et je vais essayer d’emmener le lecteur assez loin et très haut dans le second tome.

Interview réalisée par Anna Sam et Olivia Tracqui le 11 octobre 2014 à Quai des Bulles (St Malo)

image2840

Pour en apprendre encore plus, rendez-vous sur le site de la série : lechateaudesetoiles.com

© Alex Alice – Editions Rue de Sèvre
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*