Accueil » Actualite-bd » Rencontre avec Alexis Horellou et Marion Boé – auteurs de 100 maisons, la cité des abeilles

Rencontre avec Alexis Horellou et Marion Boé – auteurs de 100 maisons, la cité des abeilles

100 MAISONS C1 ok.indd
– Jeannette ! C’est formidable ! J’ai trouvé une solution !
– Une solution à quoi ?
– J’ai trouvé une solution pour nous tous. Puisqu’on a besoin d’un logement plus grand et plus sain et tout… Et qu’il n’y en a pas, on n’a qu’à le construire nous-mêmes !

Nous avons été à la rencontre de deux des trois auteurs de l’album : 100 maisons, la cité des abeilles.
Marion Boé et Alexis Horellou ont répondu à nos questions.

Chronique de l’album : 100 maisons, la cité des abeilles

Bulle d’Encre :Pouvez vous nous parler de la genèse de votre projet ?
Marion Boé : J’ai fait un documentaire sur la cité des abeilles en 2008 (plus d’infos ici).
Alexis Horellou : Marion Boé est la belle sœur de Delphine Le Lay qui est ma compagne. Delphine est la scénariste.
Marion a fait un documentaire télévisuel en 2008.
Avant 100 maison, on a travaillé sur Plogoff et on avait vu le documentaire de Delphine. À la fin de l’album, on a voulu faire un projet dessus et on en a parlé à Marion. Elle a accepté de travailler avec nous pour l’aspect documentation et elle a eu un rôle de supervision sur notre projet, nous disant si c’était plausible ou pas.
MB : Est-ce qu’il fallait mieux faire de vrais personnages ou des personnages fictifs par exemple. Le mieux a été de créer un mélange de personnages.
AH : c’est un docu-fiction.
MB : Ils ont pu mettre des anecdotes dans le scénario pour ajouter un peu de dramaturgie.

BDE :Si on prend les anecdotes distillées dans l’album, ce sont des faits qui sont arrivés, mais pas aux bons personnages.
AH : C’est ça. C’est ce qui a permis de ne pas trop s’éparpiller et de se concentrer sur deux familles qui habitent au même endroit. Et avoir un échantillon de choses qui puissent leur arriver. Ça permettait d’avoir un personnage plus physique, l’autre plus intello et d’avoir un trombinoscope des hommes et des femmes qu’on a pu trouver dans l’histoire réelle.

100 MAISONS_INTcs6_R.indd

BDE : Marion, qu’avez-vous pensé de mettre en BD cette histoire que vous aviez racontée en film ?
MB : Quand Delphine m’en a parlé, j’ai été tenté de suite. C’était surtout à eux de fournir le travail [rires]. J’avais fait toute l’archive pour le documentaire, j’ai pu leur donner les clés de la documentation pour leur album.

BDE : Marion, Vous vous donnez quel rôle dans ce projet ?
MB : La relecture. Et que tout colle à la réalité.
AH : Et toute la documentation avant !

BDE : Vous avez travaillé sur ce projet combien de temps ?
AH : A peu près un an et demi.

BDE : Pourquoi un album en noir et blanc ? C’est votre trait habituel ou pour se rapprocher de l’histoire ?
AH : Non, ça fait partie de la collection (ndlr : collection Encrages) et j’aime bien. Travailler avec une technique à l’encre c’était intéressant. Jusqu’à présent, j’ai travaillé en noir et blanc ou en bichromie. J’ai commencé des couleurs à l’ordi depuis peu. Mais là, si j’avais travaillé en couleurs, ça aurait été de la couleur directe et pour cet ouvrage qui fait 150 pages il fallait un rendu assez rapide pour la cadence, le noir et blanc permettait de travailler plus vite.

100 MAISONS_INTcs6_R.indd

BDE : Dès le départ, vous pensiez à un nombre de pages aussi important ?
AH : Avec Delphine, on aime bien les longs projets et on ne sait pas raconter en 48 pages. On aime bien les planches sans texte, plus contemplatives. Ce sont donc tous des longs projets.

BDE : Ça vous tenterait de plancher sur un format plus traditionnel en plusieurs tomes ?
AH : Je n’en vois pas l’intérêt. À part économique… Mais si le premier tome ne marche pas, ça s’arrête. Et puis, attendre douze mois avant d’avoir la suite, c’est pas vraiment mon truc. Donc un long récit me ressemble plus.

BDE : Qu’est ce que vous avez préféré dans 100 maisons ?
MB : je suis de Quimper. Mon grand-père faisait partie de l’aventure, il était le trésorier de l’association. J’ai commencé à travailler en 2006 dans l’audiovisuel et j’ai planché sur ce projet à partir de 2008. je savais qu’il y avait de nombreuses archives et que les témoins vivants étaient de moins en moins nombreux. Le film s’est imposé pour garder une trace de l’Histoire. Et aussi parce que ça fait partie de mon histoire familiale.
AH : C’est Delphine qui est de là-bas et on bosse strictement à deux. On se lance ensemble dans tous les projets. On a une façon de travailler en osmose au niveau de tout.

BDE : Vous avez déjà des retours des lecteurs qui ont participé à cette aventure dans les années 50 ?
AH : C’est trop tôt.
MB : J’ai fait une projection l’an dernier et j’ai parlé de la BD en préparation. La plupart attendent la dédicace à Quimper pour découvrir… Pour le documentaire, c’était un super cadeau pour faire connaître l’histoire. C’est très positif que ce soit fait pour le quartier.
AH : je ne connaissais pas les castors avant de découvrir ton documentaire. D’un point de vue historique c’est passionnant de partager cette idée de travail en commun.

100 MAISONS_INTcs6_R.indd

BDE : Qu’est ce qui vous a d’abord intéressé dans cet album en devenir ? La famille ou l’Histoire ?
AH : L’histoire de famille nous a donné envie de raconter l’Histoire. J’ai rapidement vu les personnages avec des caractères spécifiques avec une ambiance très tzigane : musique et positif. J’aime aussi les films assez contemplatifs et quand j’ai créé la couverture, j’ai pensé à un film de Terrence Malick Les moissons du ciel.
Dans le documentaire de Marion, le côté kermesse est très présent et je vois que dans les familles près de Quimper, il y a très souvent un côté où ça chante, des musiciens, un côté très convivial. J’ai eu envie de l’intégrer dans l’album.
MB : C’est un projet historiquement assez humain. C’était bien de le traduire par des personnages pour se sentir dans l’humain.

BDE : On sent le caractère faillible et humain à travers l’album.
AH : on a essayé de montrer toutes les anecdotes que Marion nous a données pour les faire transparaître à travers les personnages. Par exemple, Marcel qui est un homme dur et qui se bat a le cœur sur la main.
On essaie de montrer le double caractère, celui visible et l’autre caché. Le souffle court était beaucoup sur ce sujet, une histoire d’amour qui se passait des deux côtés et on comprenait le sens de l’histoire seulement à la fin.

BDE : Et vos prochains projets ?
AH : On avait réfléchi à Plogoff, 100 maisons et le prochain comme une trilogie mais le dernier n’a pas été pris chez Delcourt. Il paraîtra au Lombard. Une fiction sur un fond de décroissance. Un road movie de Rennes et Châteaulin. Une rencontre entre deux personnages. Une fille qui fait du stop et qui rencontre un gars. Ils confrontent leurs points de vue sur la société actuelle et la façon de s’en sortir.
MB : J’avais commencé un autre projet sur les habitats groupés qui n’a pas abouti. Je suis monteuse la plupart du temps. J’ai quelques idées qui viennent en tant que réalisatrice, mais ça n’a pas encore débouché.

BDE : Pour finir, quels sont vos coups de cœur lecture du moment ?
AH : La revue AAARG! et Blast de Larcenet.
MB : Blast aussi…

BDE : Merci à tous les deux.

Interview réalisée par Anna Sam le 12/02/2015

100 maisons auteurs bulle d encre

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*