Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurent Sieurac pour Arelate

Rencontre avec Laurent Sieurac pour Arelate

Arelate bannière
Laurent Sieurac : « Chaque album est une nouvelle expérience »

Seize ans après la sortie de son tout premier album, Laurent Sieurac s’impose comme l’un des auteurs français les plus pertinents en matière de bande dessinée. Talentueux au dessin comme au scénario, il a travaillé sur des séries telles que Vikings, L’Assassin Royal ou encore La geste des Chevaliers Dragons. À quelques semaines de la sortie du cinquième tome d’Arelate, le natif d’Arles a sympathiquement accepté de répondre à nos questions.

Bulle d’Encre : Bonjour Laurent. En quelques mots, une petite présentation pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas ?
Laurent Sieurac : Bonjour à tous, je suis donc Laurent Sieurac, auteur depuis l’an 2000 qui vient tout juste de tourner à 42 ans… ce qui est très important ! (rires). À mes débuts mon travail se concentrait plutôt dans l’univers de l’heroic-fantasy mais depuis quelques années, au travers de Vikings, Erik le Rouge ou Arelate, je travaille essentiellement sur de la fiction-histoire.

BDE : Au moment où nous bouclons ces lignes, les souscriptions du tome 5 d’Arelate ont permis la levée de plus de 16 000€. Pour une série dont le premier album a été refusé par de nombreux éditeurs, c’est une belle revanche non ?
LS : Je n’ai aucune revanche à prendre sur eux, ils font des choix éditoriaux et c’est leur travail. Loin d’être une revanche c’est une vraie récompense, car j’avais vraiment envie de faire cette série. Au départ elle avait été développée avec une petite maison d’édition associative et je l’avais partiellement financée (l’autre partie du financement venant du Conseil Général des Bouches-du-Rhône), aujourd’hui cet engouement généré est très flatteur. C’est donc une vraie récompense pour mon travail et ma détermination plutôt qu’une revanche sur qui que ce soit.

Arelate travail

BDE : En narrant le quotidien complet et détaillé de vos personnages, vous donnez (en collaboration avec Alain Genot) dans Arelate une vision inédite de l’Antiquité romaine. La société apparaît « humanisée », plus agréable à vivre, éloignée des caricatures sanglantes et bestiales que nous lui connaissons. Était-ce un besoin que de « rétablir la vérité » ?
LS : Ce n’était pas un besoin mais une envie, et une envie pressante devient souvent un besoin (rires). Cela me permettait aussi de découvrir cette société romaine, et le développement de la BD a été très enrichissant. J’ai par exemple appris que l’on pouvait passer du statut de citoyen à celui d’esclave puis être affranchi, mais le chemin esclave → citoyen est impossible. C’est intéressant pour un scénariste de pouvoir jouer avec ça, créer des tensions, des ressorts scénaristiques […] J’ai découvert beaucoup de choses avec Alain, je lui ai posé énormément de questions et ses réponses m’ont permis de mieux appréhender les us et coutumes de cette société. Je pense que c’était la manière la plus intelligente de me démarquer des autres séries.
Concernant l’humanisation, c’était notre cahier des charges. Il était prévu de parler des gens car cela se fait très peu, la série télévisée Rome l’a fait et il y a toute une étude sociologique menée derrière. Pour le coup c’est bien réalisé, cela m’intéressait de pouvoir développer cela notamment grâce à cette collaboration avec un archéologue. Son métier est de travailler sur le peuple, sur les objets que vous et moi pouvions utiliser à cette époque. Son quotidien concerne les personnes de tous les jours, et la gladiature s’est ajoutée au projet car c’était vraiment un sport du quotidien. Cela m’a permis de comprendre que nous étions loin de cette image des prisonniers de guerre lâchés dans l’arène avec les fauves. Les gladiateurs, c’était tout sauf ça.

BDE : À ce propos, quel regard portez-vous sur les bandes dessinées « historiques » des dernières années ?
LS : Un regard plutôt bienveillant ! Nous avions un parti pris défini dès le départ mais je comprends tout à fait que certains aillent dans une autre direction. Je pense à Murena, qui utilise les textes de philosophes et écrivains de l’époque. Nous voulions autre chose et c’est pour cette raison que cela a un peu effrayé les éditeurs : notre travail était différent des séries antiques, dont les sujets concernent plus la « grande Histoire » que la petite. Le thème des citoyens, qui représentaient près de 90% de la population, est souvent négligé et nous voulions prendre le contre-pied, proposer quelque chose de complémentaire à leurs oeuvres.

VikingsBDE : Personnages de l’antiquité, vikings, nazis, astronautes… Parmi toutes vos publications, dans quel univers avez-vous pris le plus de plaisir ?
LS : Je dirais qu’il y a des choses intéressantes dans tous les univers. L’heroic-fantasy me plaît beaucoup car nous sommes libres de créer un monde en y mettant son sens, ses propres règles […] Je vais attaquer le tome 6 d’Arelate et je m’amuse en apprenant, tout comme ce fut le cas avec Vikings. Chaque album est une nouvelle expérience où il y a des connaissances à acquérir, ne serait-ce que pour être crédible sur les décors, les codes vestimentaires, etc.

BDE : Avec presque 30 séances de dédicaces en 2015, vous êtes l’un des auteurs les plus présents sur les salons et festivals. Comprenez-vous ceux qui, à l’inverse, ne se prêtent pas (ou peu) au jeu de la rencontre avec le public ?
LS : Je les envierais presque ! (rires) J’aime l’exercice même si c’est épuisant. J’en ai fait beaucoup car à la base Arelate est quasi de l’auto-édition et devait être auto-diffusé. Il y avait cette nécessité d’aller rencontrer le public pour « éventuellement » vendre des albums. Finalement nous avons eu notre propre diffuseur, mais malgré cela, cette année, je repars pour un programme tout aussi chargé avec notamment des « journées romaines », qui me permettent de toucher des personnes plus sensibles au sujet, et de rencontrer des passionnés de cette période.
Pour revenir sur votre question, je comprends mes collègues qui en font moins en raison de la précarité du métier. Les 2 jours passés à dédicacer plus un troisième pour le déplacement, cela fait 3 jours où nous ne sommes pas à notre table de dessin. Cela fait du travail en moins, de la production en moins et donc du revenu en moins…. Le choix est vite fait pour toute une franche de la profession qui est plus que précarisée et qui va préférer rester chez elle pour travailler plutôt qu’aller pousser des albums pour « rembourser leur avaloir ».

Wolverine vs Dark Vador

BDE : Vous faites partie de l’association 100 Bulles. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à son sujet ?
LS : Justement, je n’en fais pas exactement partie et c’est pour cela que c’est presque de l’auto-édition. C’est une association loi 1901 œuvrant pour la promotion de la bande dessinée, et notamment de la série Arelate. Elle est tenue par ma compagne ainsi que deux amis alors je leur apporte mon aide. C’est une association comme il en existe des dizaines, qui nous a permis de rééditer et surtout continuer l’aventure Arelate. Nous verrons plus tard pour nous ouvrir à d’autres auteurs, mais pour le moment nous tâchons de pérenniser la structure en lui donnant des bases solides.

BDE : Pour terminer, une information sur le projet qui suivra la sortie du prochain album d’Arelate ?
LS : Le cinquième tome d’Arelate est prévu pour début juin, d’ici là je vais attaquer le sixième album. Actuellement nous en sommes à la phase d’écriture avec Alain, et nous entamons notre partie de ping-pong : j’appelle ping-pong le moment où j’écris le synopsis, l’envoie à Alain, il me fait des remarques, je retravaille dessus […] Ensuite je m’occupe du scénario et une nouvelle phase ping-pong intervient pour sa validation. Une fois cette phase bouclée, je pourrai attaquer le dessin.
Entre-temps j’avance sur un projet d’heroic-fantasy qui se situe dans l’univers de la série de mes débuts, les Prophéties Elween. Ce sera un gros one-shot, entre 180 et 220 pages, il avance donc lentement d’autant que je ne le travaille qu’entre deux albums d’Arelate (actuellement). Malgré cela, j’ai d’ores et déjà « storyboardé » 130 pages et mis au propre une grosse trentaine d’entre elles. Je devrais m’y atteler bien plus sérieusement après le tome 6 d’Arelate qui conclura le second cycle. D’un autre côté, le quatrième tome des Prophéties Elween est déjà dessiné mais toujours dans mes cartons, ce sera l’occasion de sortir une belle intégrale de cette première série et de proposer ensuite (ou avant, je ne suis encore sûr de rien) ce one-shot.

BDE : Merci Laurent, et à bientôt dans les bulles !

Interview réalisée par Daryl Ramadier le 9 mars 2016
Le blog de Laurent Sieurac : http://laurentsieurac.blogspot.fr/
Pour accéder au projet Arelate sur Ulule :
ulule
© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Arelate - couverture Tome 5
Couverture du tirage limité du nouvel album, réservée aux souscripteurs Ulule (400 exemplaires + 50 pour les auteurs & collaborateurs)

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*