Tag : Sieurac

Rencontre avec Laurent Sieurac pour Arelate

Laurent Sieurac : « Chaque album est une nouvelle expérience » Seize ans après la sortie de son tout premier album, Laurent Sieurac s’impose comme l’un des auteurs français les plus pertinents en matière de bande dessinée. Talentueux au dessin comme au scénario, il a travaillé sur des séries telles que Vikings, L’Assassin Royal ou encore La geste […]

Arelate T3 (Genot, Sieurac) – Cleopas – 14,85€

Parution : 07/2013 Vitalis, qui use de tous les moyens pour retrouver la trace de sa femme Carmilia et de son fils, retombe dans l’alcool et ne se retient plus de jouer des poings. D’ailleurs, suite à une moquerie d’un des hommes de la bande d’Hortensis, une bagarre éclate. C’est ce qui lui vaudra une […]

Arelate T1 & T2 (Genot, Sieurac) – Cleopas – 14,85€

Parution : 11/2012 A la fin du premier siècle de notre ère, Arelate (Arles), la Rome des Gaules, est le théâtre de deux destins qui vont se croiser. D’une part, celui de Vitalis, le tailleur de pierres, dont le vice pour les jeux de dés, l’alcool et son mauvais caractère, l’amèneront à faire des choix […]

L’Assassin Royal T1 (Gaudin, Sieurac, Alquier) – Soleil – 12,90€

Parution : 09/2008
Six ans après sa naissance, le bâtard du prince Chevalerie est abandonné aux portes du château de son oncle, Vérité. L’enfant est alors confié à Burrich, ancien soldat de l’héritier des six-duchés. Le palefrenier le baptise Fitz. Quelques années plus tard, Chevalerie, qui n’a jamais fait preuve d’aucun intérêt pour son fils illégitime, renonce au pouvoir et part vivre avec son épouse, la dame Patience, en province. Le couple n’ayant pas de descendance, Fitz devient de par ses origines source de préoccupations pour l’actuel monarque, le roi Subtil, et Royal, le prétendant au trône. Rusé comme le laisse deviner son nom, Subtil décide de faire de Fitz son allié. Il lui offre des professeurs qui lui enseignent la lecture, l’écriture, l’art des armes mais aussi d’autres comme Umbre, la manière furtive et polie de tuer les gens. Devenu l’homme lige du suzerain de Castelcerf, Fitz devient un apprenti assassin !
Adapter la série médiévale fantastique de Robin Hobb est un défi de tout premier ordre ! En effet, nombreux sont les fans de Margaret Astrid Lindholm Ogden, le vrai nom de cette écrivaine américaine qui est assurément devenue outre atlantique à l’heroic fantasy ce que Stephen King est au genre de l’horreur : une référence ! On se félicitera que Soleil (une entreprise française !) soit à l’origine de ce projet, qui aurait du en toute bonne logique intéresser les Américains. Aux commandes de ce travail d’envergure, Jean-Charles Gaudin, qui n’a plus à faire ses preuves quant à sa capacité à créer des univers fantastiques, retrouve son compère Laurent Sieurac avec qui il avait collaboré pour Les Princes d’Arclan. Les puristes trouveront sans aucun doute à redire au résultat (sans parler d’une erreur de pagination), il n’en reste pas moins que le tout cela est d’une honnêteté indiscutable. Le créateur de Marlysa effectue comme il se doit des coupes franches, mais celles-ci ne nuisent en rien à l’esprit de l’œuvre originale, dont les éléments principaux sont bien présents. On se replonge avec délice dans l’histoire des Loinvoyants et nul doute quant au plaisir que trouveront ceux qui ne connaissent pas encore le monde de Fitz Chevalerie. Graphiquement, le bonheur est également au rendez-vous, le style de Sieurac convient parfaitement à ce tome qui installe personnages et situations à venir.
Les débuts très prometteurs d’une adaptation qui devrait plaire, si elle continue en ce sens, aussi bien aux lecteurs du roman qu’aux amateurs de BD !
Ludovic Grignion
Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30

Cliquez sur « En savoir plus » pour découvrir les premières pages de l’album