Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Astérix T37 (Ferri, Conrad, Mébarki) – Albert René – 9,95€

Astérix T37 (Ferri, Conrad, Mébarki) – Albert René – 9,95€


Parution : 10/2017

Résumé
Toutes les routes mènent à Rome. Mais elles sont désormais dans un état déplorable : il faut dire que le sénateur Lactus Bifidus, responsable de la voirie, se sert des fonds alloués pour l’entretien des routes pour ses orgies. Le Sénat commence à demander des comptes et Bifidus, pour s’en sortir, lance l’idée d’organiser une grande course internationale de chars qui traversera la botte italienne. Le Sénat est conquis, de nombreux peuples souhaitent y participer, qu’ils soient barbares, italiens ou romains. César, informé de cette course, y voit l’occasion d’accroître son prestige : elle devra être gagnée par le char romain (et qu’importe les moyens) ! Et nos Gaulois dans tout ça ? Une diseuse de bonne aventure prédit à Obélix qu’il sera acclamé sur un char ailé. Ce dernier trouve un char orné d’un coq et apprend qu’une course est organisée. Il décide d’être aurige et, pour une fois, Astérix se contentera de le seconder.

Notre avis
Le tandem Jean-Yves Ferri/Didier Conrad sort un Astérix tous les deux ans et signe ici son troisième album. Après les Pictes et l’affaire du papyrus, les deux auteurs nous emmènent en Italie qui, à cette époque, était composée de différents peuples. La thématique de la course de chars leur permet de livrer un album s’inscrivant dans la grande tradition des courses d’humour (les Fous du Volant viennent naturellement en tête) avec de nombreux coups tordus et d’accidents sans gravité. La galerie de personnages est l’occasion de faire revenir quelques peuples déjà connus et d’en faire arriver d’autres et, bien logiquement, de pouvoir sortir de nouveaux jeux de mots. Néanmoins, le principal défaut du récit reste sa trop grande linéarité : très classique, avec l’élimination rapide de plusieurs équipages (question de lisibilité) et aux rebondissements assez rares. Côté dessin, Conrad fait encore une fois du bon boulot mais semble assez tiraillé entre le style Uderzo et le sien : selon les personnages, le changement de dessinateur est plus ou moins visible (César en est le parfait exemple ou certaines attitudes d’Obélix). On notera aussi quelques erreurs : des bagues changeant de doigts et même un journaliste qui prend les traits d’un sénateur. Fatigue de fin d’album ou bouclage en urgence ?

En deux mots
Loin d’égaler les meilleurs Astérix signés Goscinny et Uderzo, cet album signé Ferri et Conrad s’en sort quand même assez bien, même s’il ne donnera pas satisfaction aux puristes.

Anthony Roux

Lien vers la page des éditions Albert René de : Astérix T37 – Astérix et la Transitalique

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*