Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Docteur Vertigo – (Marti) – Éditions Cornélius – 19,50€

Docteur Vertigo – (Marti) – Éditions Cornélius – 19,50€

Parution : 06/2018

Résumé
Seule dans son appartement impeccable et un brin désuet, Alicia s’ennuie entre les odeurs de produits ménagers et sa vie monotone, entre ménage et anxiolytiques. En réalité, elle s’affaiblit progressivement et se lasse d’un mari qui la délaisse en s’absentant de plus en plus en plus souvent. Enfermée dans sa camisole chimique et sa condition de femme mariée et alors que sa santé mentale se dégrade, son éducation catholique la hante et renforce un étrange sentiment de culpabilité qui l’assaille. Les rituels ne suffisent plus et des voix la harcèlent ; elle décide alors d’aller consulter le professeur Trauman. Un choix qui signe une longue descente aux enfers et un chemin qu’elle n’était, peut-être, pas prête à emprunter. Docteur Vertigo paraît en feuilleton dans la revue d’avant-garde El Vibora en 1989.

Notre avis
Quasiment inconnu en France, Marti Riera fut pourtant une figure majeure de la contre-culture espagnole, de la mythique revue d’avant-garde El Vibora, créée en 1979, où il fréquente alors les plus grands de l’underground américain comme Charles Burns ou encore Art Spiegelman, jusqu’à son arrivée furtive chez un autre mythe de la culture underground Makoki, 10 ans plus tard. Le génial Créateur de Maüs écrit d’ailleurs de Marti qu’il est « une réincarnation de Chester Gould – créateur de Dick Tracy (NDLR) – à son apogée ». Pourtant Marti Riera abandonne la bande dessinée, quelques mois après son arrivée chez Makoki, laissant derrière lui de très nombreuses histoires courtes, dont le feuilleton graphique Taxista, et un long récit qui préfigure toute l’extravagance de la bande dessinée indépendante à venir, le psychédélique Docteur Vertigo. Marti appartient au mouvement culturel créatif qui a touché l’ensemble de l’Espagne pendant la fin de la période de la transition démocratique espagnole, effervescence post franquiste : La Movida. On y retrouve, pèle mêle, des figures de la musique, du cinéma, du design, du graphisme ou de la photographie. Elle se fera aussi sentir dans d’autres aspects de la culture, ainsi que dans les mœurs sociales. Un mouvement dont je vous épargne le « hacer una movida » et pour lequel on commence seulement à comprendre l’importance dans la modernisation et l’intégration de cette jeune société espagnole dans l’Europe démocratique. Il y a du David Lynch dans cette œuvre étonnante, avec un noir et blanc puissant, autant dans le découpage et la mise en page des planches que dans le rythme et l’intrigue de l’histoire d’Alicia. On y retrouve un univers sombre, onirique et mystique dans un véritable plaidoyer en faveur de la condition féminine et une mise en perspective de la cruauté omnipotente du franquisme, toujours bien présent dans les mentalités espagnoles malgré la transition opérée. Une œuvre virulente et tragique comme une rébellion qui se profile pour conjurer le temps. Hallucinant et à couper le souffle, le livre n’a rien perdu, trente ans après sa parution, de sa violence rebelle et de sa force tragique. Encore une pépite signée des Editions Cornélius. Attention, lecture réservée à un public averti.

En deux mots
Extravaganza… Une œuvre incontournable de l’underground espagnol enfin publiée en français. un underground de la postérité.

Jean-Claude Attali

Lien vers la page Cornélius de « Docteur Vertigo » (site en maintenance)

La page Facebook des Editions Cornélius.

Le fil Twitter des Editions Cornélius.

Acheter sur bdfugue


Feuilletez des milliers de BD sur Bulle d'Encre avec Sequencity

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*