Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » « Cabinets de Curiosités » – FHEL de Landerneau – Du 23 Juin au 3 novembre 2019

« Cabinets de Curiosités » – FHEL de Landerneau – Du 23 Juin au 3 novembre 2019

Cet été, le Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture (FHEL)  vous donne un rendez-vous totalement inédit et pour le moins, insolite : « Cabinets de Curiosités ». Laissez-vous surprendre du 23 Juin au 3 novembre 2019 à Landerneau  ! Les cabinets de curiosités étaient des pièces, ou parfois des meubles, où étaient entreposées et exposées des « choses rares, nouvelles, singulières ». Le Littré nous donne cette definition : « Lieu où l’on expose des objets d’étude et de curiosité. Cabinet de tableaux, d’anatomie. Le cabinet d’histoire naturelle, au jardin des Plantes.
Mon cerveau est comme un cabinet dont les tableaux se remueraient. [Fénelon, Traité de l’existence de Dieu]
Les collections exposées dans un cabinet. Il fait, il forme un cabinet. Il a un riche cabinet. Cabinet de physique, collection d’instruments de physique.
Et si j’étais homme à cabinet, ne doutez pas que ce n’en fût la plus riche pièce. [Guez de Balzac, Livre VII, 35] »
Dans les faits  on y trouvait un mélange hétéroclite comprenant :
« Naturalia« , objets d’histoire naturelle des trois règnes : minéral (pierres précieuses, fossiles, pierres étranges comme les héliotropes, les fulgurites ou pierres de foudre (découvertes pour la première fois au XVII siècle) et bien d’autres objets qui intéressaient depuis longtemps les alchimistes), animal (animaux empaillés, insectes séchés, coquillages, squelettes, votre serviteur, carapaces, cornes, dents, défenses) et végétal (herbiers, herbiers peints, florilèges).
« Artificialia« , objets créés par l’homme : objets archéologiques, antiquités, médailles, œuvres d’art, armes, objets de vitrine (boîtes, tabatières, petits flacons), modifiés : objets d’art, tels les peintures sur pierre, pièces en pierres fines ou précieuses (camées, intailles), en cristal de roche, ivoire, ambre, nautiles montés en hanap, œufs d’autruche, etc…
« Scientifica« , instruments scientifiques, automates, zograscopes, etc…
« Exotica« , plantes, animaux exotiques, objets ethnographiques.
L’une de leurs fonctions était de faire découvrir le monde, y compris lointain dans le temps et l’espace, de mieux le comprendre, ou de confirmer des croyances de l’époque … On pouvait y voir des restes d’animaux mythiques, des cornes de licorne, l’Agneau tartare, mi-animal, mi-végétal, ou des racines de Baara.L’édition de catalogues qui en faisaient l’inventaire souvent illustré, permettait d’en diffuser le contenu auprès des savants européens.

Lieu essentiel de la culture renaissante et baroque, instrument de savoir autant que de plaisir esthétique, au carrefour de l’art et de la science, le cabinet de curiosités s’effaça devant le rationalisme des Lumières, ne subsistant que dans les musées secrets de quelques collectionneurs nostalgiques. Il ne suscita, au début du 20e siècle, que l’intérêt des historiens, des amateurs de bizarre et des surréalistes qui en apprécièrent l’étrangeté et les aspects poétiques. Il fallut attendre le passage au siècle suivant pour voir le phénomène connaître une résurgence paradoxale et prendre une ampleur nouvelle. Après s’être vu consacrer, en France, à Poitiers en 2013, une exposition, « La Licorne et Le Bézoard », qui se proposait d’en retracer l’histoire, le cabinet de curiosités fait l’objet, dans le projet du FHEL, d’une approche renouvelée. Prenant acte du fait que, devenu source d’inspiration de nombreux artistes, thème d’expositions internationales aussi bien que tendance du goût et du décor intérieur, le cabinet de curiosités fait désormais partie de l’imaginaire contemporain, la présente exposition se propose d’en suivre différentes expressions, échos et interprétations. S’ouvrant sur une mise en perspective historique, elle s’intéresse essentiellement aux regardeurs qui auront réinventé, dans les dernières décennies, le concept de cabinet de curiosités : qu’il s’agisse d’institutions comme le Muséum national d’Histoire naturelle, le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, le musée d’anatomie de Montpellier ou le musée Le Secq des Tournelles à Rouen, de personnalités singulières, comme le fondateur de la Maison rouge, Antoine de Galbert ou d’artistes comme Miquel Barceló, Jean-Jacques Lebel ou Théo Mercier. S’ébauche ainsi, sur près de 1000 mètres carrés, dans une scénographie étonnante, ce qui pourrait être un cabinet de curiosités du moment présent.

« Cet été, nous vous donnons au FHEL un rendez-vous totalement inédit et… pour le moins, insolite. Laissez-vous surprendre ! Entrez avec nous dans cette curieuse fantaisie et partons ensemble avec Laurent Le Bon, commissaire de l’exposition, et Patrick Mauriès, à la découverte de ces univers, de ces incroyables collections, ces « Cabinets de curiosités ». Autant de mondes bizarres et bigarrés, des plus mystérieux aux plus étrangement familiers, peuplés d’objets et d’histoires qui traversent les temps, les lieux, les sociétés, à la croisée des arts, des cultures, des sciences et des lettres. Landerneau n’a pas fini de vous étonner ! »
Michel-Édouard Leclerc.

A vos tablettes !!!

Jean-Claude ATTALI

 

INFORMATIONS UTILES :

Public : Tout public

Date : du 23/06/2019 au 03/11/2019

Lieu : FHEL

FHEL POUR LA CULTURE AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
Tel :02 29 62 47 78

Resevation ici. (Entrée entre 0 et 8€)

Tags : , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*