Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Rétrospective du festival d’Angoulême 2007

Rétrospective du festival d’Angoulême 2007

Angoulême, capitale de la BD, accueillait une fois encore le plus grand festival de France, la 34ème année pour être exacte. Cette nouvelle édition, présidée par Lewis Trondheim, était à mettre sous le signe du changement. En effet, la disposition du festival a été modifié. L’équipe Bulle d’Encre était présente et vous raconte son week- end Angoumoisin.


Jeudi 25 janvier
Si vous souhaitez profiter un maximum du festival, il est évident que le jeudi est le jour à choisir. Les intempéries des jours précédents l’événement ont donné des sueurs froides autant aux organisateurs qu’aux visiteurs qui se souviennent encore de la précédente édition enneigée. L’affluence encore peu importante permet de prendre ses marques et de découvrir la nouvelle organisation. Les éditeurs disposaient d’une bulle commune s’étalant sur près de 10 hectares, une disposition intéressante mais malheureusement un peu éloignée du reste des animations se situant en centre-ville. Des navettes gratuites étaient malgré tout mises en service afin de faciliter les déplacements.

Vendredi 26 janvier
Le public était plus nombreux mais la cohue n’était pas encore présente, c’est ce qu’a du penser Hubert-Félix Thiéfaine venu dédicacer l’album lui étant dédié. Patrick Bruel avait connu une séance de dédicaces plus mouvementée l’an passé mais ce n’est certainement pas ce que Thiéfaine recherchait. Tout cela se passait sur le stand Soleil qui, comme à son habitude, s’est transformé en discothèque passé 18h. Avant cela, les visiteurs ont eu le droit d’écouter en boucle le Haka, seul Tana Umaga (célèbre rugbyman néo-zélandais jouant dans le club que préside Mister Soleil, j’ai nommé Mourad Boudjellal) manquait à l’appel.

Samedi 27 janvier
Journée noire et embouteillage assuré dans les allées des stands, la cohue annoncée a bien eu lieu. Au programme de ce samedi ensoleillé mais glacial (enfin ça dépend où l’on se trouvait car sous les bulles c’était plutôt ambiance sauna), une ribambelle de guest star dont Chantal et Samantha (à voir chaque soir sur France 2 dans Oups! Samantha) et Alexandre Astier. Ce dernier, scénariste du premier album de Kaamelott, a pu jauger sa cote de popularité. N’oublions pas également dans le même temps, mais un peu plus loin dans Angoulême, l’inauguration de la rue René Goscinny en présence de sa fille Anne.

Dimanche 28 janvier
Après s’être fais ébranler par la journée du samedi; le festival commence peu a peu à se vider, dans l’après-midi on commence à croiser des auteurs dans les allées. Certains nous reconnaissent d’autres non, des multitudes de tracts sur toutes les bd jonchent le sol, les stands se vident des affiches et autres gadgets. Les distributions vont à qui veut, les derniers contacts avec les auteurs se font décontractés. On peu enfin parler plus amplement apprendre des inédits et plaisanter sur le voisin qui a la gueule de bois… En début de soirée, on quitte pour la denrière foi la bulle des éditeurs, un air de nostalgie plane sur la place de Mauburget. Chacun repart chez soi. Les fans, heureux d’avoir pu voir les auteurs et faire dédicacer leur bd et les auteurs partent pour certain pour des tournées de dédicaces, de contrats ou de bières…
Encore un festval plein de surprises et de bonheur qui vient de se passer. Vivement l’année prochaine !
Nicolas Vadeau & Julien David

Shovel dédicace Six runkels en Amborie

Laurel dédicace Le journal de Carmilla

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*