Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jean-Paul Krassinsky – Auteur du Singe qui aimait les fleurs

Rencontre avec Jean-Paul Krassinsky – Auteur du Singe qui aimait les fleurs

Paru en juin, Le Singe qui aimait les fleurs est un album qui a retenu notre attention et qui nous a touché. Nous avons décidé d’interviewer l’auteur.

Chronique de l’album ici !

Retrouvez les images de l’album à la fin de l’interview.

Bulle d’Encre : Pourquoi avoir choisi les nasiques pour incarner les personnages de votre dernier album?
Jean-Paul Krassinsky : Ha ! Ha ! Hé bien, j’avoue avoir une sympathie innée pour les personnages à gros nez, allez savoir pourquoi. Ce qui m’a conduit à choisir un nasique comme héros relève de ma petite cuisine interne de scénariste : il y a quelques années, j’avais écrit une première mouture de cette histoire, avec des humains, sans toutefois en être suffisamment satisfait pour la dessiner. Et puis, je suis tombé par hasard sur un documentaire animalier qui montrait ces singes. Aussitôt, mon imagination s’est mise à cavaler… Il faut dire que le nasique est, au naturel, un véritable personnage de bande dessinée ! Il est à la fois grotesque et touchant, ce qui correspondait bien au profil de Vernish, le protagoniste principal de cette fable. Donc, j’ai entièrement transposé mon récit, ce qui m’a permis au passage de le rendre plus simple et plus direct : au final, on est proche du conte. D’ailleurs, lorsque j’ai conçu cet album, j’avais toujours en tête certaines nouvelles de Kipling (je pense aux Histoires comme ça), où les animaux parlent entre eux et côtoient les humains.

BDE : Amitié et cruauté, deux sentiments que l’on retrouve aussi bien chez les hommes que chez les nasiques. Vouliez-vous montrer à quel point hommes et singes sont proches ?
JPK :
Non, ça, je préfère l’oublier ! (rires) Les sentiments qu’éprouvent les singes dans cet album sont typiquement humains, comme il est de mise dans la fiction animalière traditionnelle. Pour le coup, j’ai même affublé ces pauvres singes de tares qui ne leur appartiennent pas : le nasique, en réalité, est un paisible herbivore qui ne ferait pas de mal à une mouche.

BDE : Auriez-vous une petite dent contre le Coca-Cola ?
JPK :
J’adore ça, mais la situation dans laquelle se retrouve Koola est un peu autobiographique quand même : je me suis récemment découvert un goût immodéré pour le Coca Cola, alors que c’est une boisson que je n’ai jamais vraiment appréciée auparavant. En quelques mois, je suis vraiment devenu accro. Je ne sais pas ce qu’ils mettent dedans pour que ça produise cet effet-là, mais une chose est sûre, ils m’ont eu. D’ailleurs, je vais m’en prendre un petit, là, tiens.

BDE : Allez-vous maintenant vous consacrer au troisième volet des Cœurs boudinés ?
JPK :
Oui, j’ai déjà réalisé une vingtaine de pages. Cette fois-ci, c’est une histoire complète de 48 pages. La tonalité sera très différente de celle des deux tomes précédents, moins cynique et plus intimiste. J’aime quand une série se renouvelle, alors je travaille dans ce sens, quitte à bousculer un peu une partie de mon lectorat !

BDE : Merci à vous.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.
Interview réalisée le 22 juin 2007.

Extraits de l’album


Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*