Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurent Ribet – Dessinateur de Milmo

Rencontre avec Laurent Ribet – Dessinateur de Milmo

« De chacun de tes choix dépend notre avenir! Nous sommes les légendes qui attendons de renaître! Nous mourrons si tu nous oublies! Nous vivrons si tu nous invoques! Car tu es la clé entre nos deux mondes. Et ta mission est d’en ouvrir les portes! »

Laurent Ribet, avec son complice Hervé Manuguerra, vient de conclure chez Akileos la magnifique trilogie fantastique Milmo, une série profonde, à l’apparence enfantine mais à l’univers très adulte. Pour sa première BD, le dessinateur a réalisé un coup de maître, son style fluide et clair faisant montre d’une grande maîtrise. Pour parler de cette expérience, il nous a accordé une entrevue.

Chronique du Tome 3 de Milmo ici !

Retrouvez les premières planches de l’album à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Voilà, l’aventure de Milmo s’est conclue avec le tome 3. Quels souvenirs en garderas-tu ?

Laurent Ribet : Ah… C’est sûr que j’ai fait le plein de sensations fortes et de souvenirs, bons ou mauvais d’ailleurs. Mais globalement, l’aventure reste positive car c’est avant tout, pour moi, la réalisation d’un rêve de gosse : faire de la BD. Alors, c’est certain que c’est beaucoup de travail, de sacrifices… Mais beaucoup de joie, de moments magiques…

BDE : Imaginais-tu une telle conclusion ? En règle générale, as-tu pris part au scénario ?
LR : La conclusion s’est imposée peu à peu au cours de l’écriture. Hervé, le scénariste, était arrivé avec le concept de base : le saut dans le temps comme prix à payer pour l’invocation des êtres de légendes. Après, c’est devenu un travail à quatre mains et nous nous sommes un peu éloignés de l’idée de base pour introduire, notamment dans le tome 3, une réflexion sur l’intolérance et le rejet de la différence. Et, à travers la recherche de ses origines et de son histoire, le parcours de Milmo est devenu peu à peu une sorte d’introspection psychanalytique où, finalement, les personnages de l’histoire n’étaient en fait que des symboles d’un combat intérieur. Par exemple, la lutte de Milmo contre Tanatéa, c’est clairement son refus de la mort.

BDE : Tes dessins ne sont pas sans rappeler ceux d’Arno sur Alef-Thau. Est-ce pour toi une référence ? En as-tu d’autres ?

LR : C’est une référence qui revient très souvent, et j’en suis très très flatté. Je respecte vraiment le travail d’Arno. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, je ne possédais aucun de ses albums avant la sortie du premier tome de Milmo. Evidemment, je connaissais son travail, mais on ne peut pas dire que je m’y référais, pas consciemment en tout cas. Alors, c’est vrai que j’ai été un peu surpris lors des premières séances de dédicaces quand mes premiers lecteurs m’ont parlé d’Arno… Du coup, je suis allé voir de plus prés son travail. Mais c’est vrai que, spontanément, j’aurais tendance à citer d’autres influences : Moebius, Druillet… Sans oublier Albator ou Goldorak. Il y a un peu de manga dans mon travail. Mais tout ça montre qu’une fois que l’album sort, il ne vous appartient plus : vous pouvez dire tout ce que vous voulez, le public y verra ce qu’il a envie d’y voir. Mais cette confrontation peut être un bon révélateur, et même se révéler stimulante.

BDE : De quelle manière Hervé et toi avez abordé les couleurs ?
LR : Pour moi, très simplement : je ne les ai pas abordées du tout ! Je ne suis malheureusement pas assez doué et surtout pas assez rapide pour réaliser moi-même mes couleurs, en tout cas sur ce genre d’albums… Du coup, nous avons fait appel à une coloriste, qui a fait du très bon boulot sur le tome 1. Mais c’était trop de travail pour elle et c’est une autre coloriste qui a fait le tome 2. Et pour le tome 3, j’ai préféré travailler avec un copain, Florent Calvez, lui-même auteur chez Delcourt (Les Aventures extraordinaires de Nelson Lobster, avec Eric Corbeyran), et ça reste une très bonne expérience.

BDE : Quelles ont été tes références pour créer visuellement le monde où vit Milmo ? As-tu eu une liberté totale vis-à-vis du scénariste ?
LR : Milmo est clairement une série d’Heroic-Fantasy. Il y avait donc déjà toute une mythologie préexistante : nains, gnomes, fées, dragons… Ensuite, Hervé avait une idée assez précise de son groupe d’aventuriers, qu’il voulait assez classique. Comme j’avais eu quelques expériences de jeu de rôle par le passé, je n’ai pas eu trop de difficultés à me plonger dans son univers. Après, tout peut nourrir le dessin : par exemple, Yago est une version rondouillarde de mon médecin ! Et puis on revient à ces histoires d’influences inconscientes : plusieurs personnes m’ont dit que Bulbyr ressemblait au Capitaine Caverne ! Ce n’est vraiment pas prémédité !

BDE : As-tu déjà d’autres projets ? Souhaiterais-tu aborder un autre style que l’heroic-fantasy ?
LR : J’ai plusieurs pistes, mais rien de signé pour l’instant. Et comme la plupart de mes collègues, je deviens superstitieux et je préfère ne pas en dire plus. Mais c’est vrai que je préfèrerais aborder d’autres univers. C’est surtout une envie de dessiner autre chose : des chevaux, des vieilles bagnoles… D’aborder des ambiances différentes, un rythme de narration plus libre… Et surtout rencontrer une bonne histoire et quelqu’un avec qui la raconter !

BDE : Penses-tu un jour écrire tes propres scénarii ?
LR : J’y pense, j’ai même quelques idées. Mais on ne s’improvise pas scénariste en cinq minutes. C’est beaucoup de travail. Et beaucoup de confiance et d’énergie pour arriver à assumer à la fois la charge du dessin et du scénario. C’est, pour moi, la différence entre « dessinateur » et « auteur ». Mais on peut aussi être comblé si il y a une grande complicité avec le scénariste. Quand les univers et les délires sont communs…

BDE : Pour finir, quelle série existante aurais-tu rêvé de dessiner ?
LR : Sacrée question ! Il y en a beaucoup. Mais comme je viens de terminer le livre d’entretiens « Miller/Eisner », je dirais Sin City. Il y a une telle liberté de ton et de forme… Il peut décider d’étaler sur quatre pages la chute d’un type renversé par une bagnole. Et tout ça en noir et blanc ! C’est un vrai travail d’auteur, pour le coup !

BDE : Merci à toi.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 9 juillet 2007.

Premières pages de Milmo T3

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*