Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Nicolas Jarry et Djief – Auteurs du Crépuscule des Dieux

Rencontre avec Nicolas Jarry et Djief – Auteurs du Crépuscule des Dieux

« Un jour, Albéric, roi forgeron de la citadelle Hurdgard, vola l’or céleste. Cet or, arraché au chaos primordial, renfermait le souffle immortel de l’univers, celui auquel même nous, les Dieux, sommes soumis. Albéric et son frère, Mine, utilisèrent l’or pour façonner un anneau maudit… un anneau dont le pouvoir était si grand qu’il était capable de plier toute chose à sa volonté… un anneau qui devait mener le monde à Ragnarök, le Crépuscule des Dieux! »

Après une première collaboration fructueuse sur Tokyo Ghost, Nicolas Jarry et Djief se sont retrouvés autour d’une grande épopée mythologique. Pour parler de cette nouvelle et déjà prometteuse série basée sur la légende germanique de l’Anneau des Nibelungen, nous avons rencontré ses auteurs.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches et des extraits du Tome 2 en avant-première à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Quelles sont les premiers échos suite à la sortie de l’album ?
Djief : Assez bons si j’en juge par les nombreuses critiques positives diffusées sur Internet et par l’intérêt des lecteurs qui m’en ont fait part. Comme je ne suis malheureusement pas sur place (en Europe) pour avoir de visu des réactions de libraires ou de lecteurs, je dois me fier à tout ce qui passe par la toile. De mon côté de l’Atlantique, la sortie officielle de l’album s’est effectuée au début de l’été, ce sera alors plus en septembre qu’on commencera à en parler dans les médias.
Nicolas Jarry : Pour l’instant elle est effectivement plutôt bonne. Après il faut rester prudent, on est dans une période où un (relatif) succès d’estime n’entraîne pas forcément un (relatif) succès commercial.

BDE : Comment avance la suite ? Combien de tomes sont prévus ?
D : Le Tome 2 avance très bien, j’en suis à la moitié et la couverture a été réalisée. Je le terminerai en décembre de cette année. Dès janvier 2008, j’attaquerai le Tome 3 pour le livrer à l’automne de la même année. Il est question de boucler le cycle en 4 ou 6 tomes. Ce sera l’engouement ou non des lecteurs qui scellera le sort de cette décision. J’espère bien que nous ferons 6 tomes question d’avoir le temps de bien développer la suite de l’histoire.
NJ : Notre éditeur est enthousiaste. Les premiers échos étant favorables, je pense qu’on devrait effectivement tabler sur 6 albums, ce qui nous permettra d’équilibrer le récit.

BDE : De plus en plus d’auteurs québécois s’illustrent en BD, comme Thierry Labrosse ou Jacques Lamontagne. La BD franco-belge devient la BD francophone ! Que pensez-vous de cette percée ? Est-ce qu’Internet y est pour quelque chose ?
NJ : Si autant de projets voient aujourd’hui le jour (et je ne parle pas seulement de projets internationaux, 200 km sont déjà un gouffre quand on doit discuter autour d’un dessin), c’est avant tout grâce au net…
D : Oui, l’arrivée de dessinateurs québécois dans le paysage de la bande dessinée franco-belge est un phénomène tout récent. Les opportunités sont désormais là grâce, entre autre, aux communications électroniques (l’Internet et le courriel bien entendu). L’apport du numérique dans notre domaine est considérable et permet désormais de travailler pour qui le veut, partout dans le monde. Seule la barrière de la langue (et certains aspects culturels) est à prendre en considération. C’est désormais le talent qui parle avant tout sans compromis de distance.

BDE : Avoir une double influence directe (BD européenne et comics américains) est-il une force ou êtes-vous trop Américain pour les Européens et trop Européen pour les Américains ?
D : Effectivement, j’ai longtemps été dans une sorte de « no man’s land » graphique. Mon dessin a beaucoup évolué depuis mes débuts du côté du magazine Spirou et il va sans doute encore prendre de la force dans les prochaines années. Enfin, c’est ce que j’espère ! Mais je n’ai malheureusement pas le recul nécessaire pour dire si mes influences sont plus européennes qu’américaines. Et à savoir si c’est une force ou un fardeau, c’est le lecteur qui en décidera en s’attachant ou non à mon dessin.

BDE : Est-il facile de travailler avec quelqu’un de l’autre côté de l’Atlantique ? La distance complique-t-elle le travail ?
D : À part le décalage horaire qu’il faut garder en tête lorsqu’on téléphone outre-mer, c’est totalement viable. Même si les courriels sont pratiquement journaliers avec le scénariste ou le directeur de collection, le travail de dessinateur reste plutôt solitaire.
NJ : Comme je l’ai dit plus haut, 200 km ou 5000 km, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Il n’est pas plus difficile/facile de travailler avec un Breton quand on est en Dordogne qu’avec un Québécois !

BDE : Comment se sont déroulés vos échanges?
D : C’est une collaboration qui roule à merveille ! Et qui continue à fleurir. Il a toujours été très à l’écoute de mes propositions. Et les libertés que je me permets dans la mise en scène n’ont jamais créé d’imbroglio entre nous deux. Tant que tout est fait dans le respect de l’autre et de l’œuvre, il n’y a pas de soucis à se faire.
NJ : Rien de plus à ajouter ! L’objectif commun étant de faire une bonne BD, le reste se déroule sans accros.

BDE : Pour revenir à l’album, la légende de l’Anneau des Nibelungen a été de nombreuses fois adaptée sur tous les supports (BD, opéra, manga, cinéma, TV…). Comment avez-vous fait pour y apporter une touche personnelle ?

NJ : Pour ce qui est du scénario, j’ai essayé de travailler sur trois tableaux à la fois pour ne pas répéter ce qui a été fait (sans bien sûr m’en écarter complètement, ce n’était pas le but). J’ai essayé de garder un œil sur les versions mythologiques, Wagnérienne, tout en essayant de respecter une certaine réalité historique. La version de Wagner reste tout de même prédominante.
D : C’était le défi, mais de mon côté, mes influences ont été multiples. Il y a sans doute une touche qui rappelle l’adaptation au cinéma du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson car à bien des niveaux Tolkien s’est inspiré de la mythologie nordique pour donner forme à son récit. Ma façon de fonctionner est d’engranger au départ le plus de sources possibles: films, reconstitutions et iconographies historiques, manuels d’histoire, interprétation de peintres ou d’illustrateurs antérieurs… Tout y passe généralement. Puis, une fois digéré, une idée du style et du ton commence à germer et j’explore cette avenue en esquissant et en montant ma recherche graphique. De son bord, Nicolas avait l’envie très précise de garder les grandes lignes du mythe tout en y apportant sa vision. J’ose espérer que nous avons réussi à faire quelque chose d’original malgré les contraintes du thème.

BDE : C’est vrai qu’on peut remarquer que cette histoire a pu servir de base pour le Seigneur des Anneaux. Etait-ce difficile de sortir de l’idée du film pour créer sa propre version ?
NJ : Personnellement, ça ne m’a pas inquiété. Ca m’a même plutôt motivé.
D : Il y a parenté dans l’intrigue mais ce n’est quand même pas la même histoire ! C’est vrai qu’il est question d’anneau maudit et de batailles aux dimensions épiques, mais notre série mise sur le choc de deux mondes, celui des Hommes et des Dieux. Cet aspect de la grande histoire va teinter toute la série et, je crois, lui donnera son caractère distinct.

BDE : Saviez-vous que d’autres adaptations étaient en cours ? Les avez-vous suivies pour vous en différencier ?
NJ : Je sais par expérience qu’une bonne idée, on n’est jamais seul à l’avoir… Mais là, c’est en effet un joli tir groupé. Nous verrons bien ce qu’il en ressortira.
D : Au départ du projet, la seule adaptation BD que je connaissais était celle de Numa Sadoul, réalisée dans les années 90 si ma mémoire est bonne. Au moment où j’avais les deux pieds dans la série, nous avons eu vent d’autres adaptations. J’avoue ne pas les avoir suivies.

BDE : Bien que l’histoire soit connue, les personnages et les lieux sont la concrétisation de l’imaginaire. Sur quelles bases avez-vous conçu les décors, grandioses, et les héros ?

D : La création de personnages et de décors est un travail très intuitif. Il est le résultat de plusieurs esquisses et d’amalgames d’idées, photos et souvenirs. Mais il ne faut pas croire que je n’ai pas bénéficié de regards extérieurs pour bien diriger le projet. Nicolas et Jean-Luc Istin, mon directeur de collection, ont été à chaque étape de création pour apporter leur point de vue et leurs impressions. C’est un travail d’équipe et les perspectives de mes deux collaborateurs ont été d’une grande aide.
NJ : L’important était de ne pas chercher à se détacher complètement d’un imaginaire collectif, tout en ne tombant pas dans quelque chose de rabattu mille fois. J’espère qu’on a su trouver la bonne voie.

BDE : L’album propose un cahier de croquis. As-tu mis du temps à travailler sur les décors et les designs des personnages ?
D : Ce sont des recherches qui ont été réalisées pendant que je travaillais sur Tokyo Ghost. Les premières pages du tome ont aussi été découpées dans cette même période.

BDE : Avez-vous d’autres projets à venir ?

NJ : Entre autres, la réécriture de mes premiers romans, Le Loup de Deb, qui devraient ressortir en septembre prochain. Et apprendre aussi à bricoler…
D : Oui, mais rien que je peux dévoiler encore…

BDE : Pour finir, sur quelle série aurais-tu rêvé de travailler ?
D : Petit, j’aurais aimé dessiner Les Tuniques Bleues. Je m’amusais alors à illustrer des histoires avec des personnages calqués sur le caporal Blutch et le sergent Chesterfield. Un peu plus tard Valérian ou Thorgal étaient le genre de séries d’aventure que je voulais dessiner. Aujourd’hui, quand je lis des séries comme Isaac le Pirate ou Le Marquis d’Anaon, je redeviens rêveur et ça me dit que je n’en suis pas à mon dernier projet sur la table.
NJ : L’adaptation de Dune… Et comme ça n’a pas encore été fait, on sait jamais… Il y en a bien qui gagnent au loto (rires!).

BDE : Merci à vous deux.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 21 juillet 2007.

Retrouvez plus d’infos sur les travaux de Djief sur son site.

Premières planches du Crépuscule des Dieux T1

Extraits en avant-première du T2

© MC Productions/Jarry/Djief
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*