Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Nicolas Jarry et Achile – Auteurs des Chemins d’Avalon

Rencontre avec Nicolas Jarry et Achile – Auteurs des Chemins d’Avalon

« Il y a un seul passage entre Brec’hellean et Avalon, et il est caché ou gardé. Peut-être même les deux… Ça varie d’une source à l’autre. Alors qu’entre notre monde et Brec’hellean, il y avait une multitude de passages. Mais la plupart se sont refermés avec le temps. Certains existent encore! Ce sont des lieux imprégnés de magie… comme Stonehenge, la Forêt de Brocéliande ou le Loch Ness… »

Après un premier tome prometteur au graphisme superbe et atypique, Nicolas Jarry et Achile reviennent avec la suite des aventures de Solen et Colin, sur les routes mystérieuses de la mythique Avalon. Avant de repartir au travail pour conclure la série avec un troisième tome, les auteurs ont accepté de répondre à nos questions.

Chronique du Tome 2

Retrouvez les premières planches du tome 2 et des travaux de recherche exclusifs sur les personnages à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Alors que le tome 2 des Chemins d’Avalon est sorti, quels sont les premiers échos des lecteurs ?
Nicolas Jarry : Je dois avouer que certains sont un peu déroutés. Sans doute parce que d’un côté on a un graphisme et une intrigue de base qui peut sembler plutôt pour enfant, mais que d’un autre côté il y a une certaine dureté dans le ton, un côté plus sombre…
Achile : Comme commentaires de lecteurs, j’ai ceux des personnes rencontrées en séances de dédicaces. Ce sont des gens qui mettent 13€ dans notre BD, et qui, pour certains, se déplacent exprès pour nous. Alors forcément, ce sont des gens qui apprécient les Chemins d’Avalon. Il y a ceux qui apprécient Nicolas, et qui lui font donc confiance pour cette série. Il y en a qui sont séduits par le style graphique et le côté mignon qui enveloppe les personnages principaux, etc. Bref, avec cette catégorie de lecteurs, on n’a que des échos positifs ! Pour quelque chose de plus objectif, je demande aux quelques professionnels de la BD que je connais et à mes amis, qui dessinent pratiquement tous. Et là, ça me remet les pieds sur terre. Les yeux les plus aiguisés trouvent, par exemple, mes mises en scènes parfois difficiles à suivre. Certaines pages sont trop chargées pour certains. Il y a d’autres détails sur lesquels je dois travailler, mais ces deux-là sont ceux sur lesquels je fais le plus d’efforts. Et j’espère d’ailleurs que cela se ressentira dans l’évolution du premier au troisième tome.

BDE : Comment s’est déroulée votre rencontre ?
NJ : Tout simplement par Internet, où j’avais laissé une petite annonce pour ce scénario. Comme quoi, on peut trouver sa moitié sur le web ! (rires)
A : Je cherchais à percer dans ce milieu depuis deux bonnes années. J’étais sur le point d’abandonner pour trouver un travail qui me fasse gagner un peu de sous, et puis Internet et la chance m’ont sauvé ! Je suis bêtement tombé sur une annonce de Nicolas, sur un forum (cfsl), qui disait qu’il avait un scénario signé chez Soleil, sans dessinateur. J’ai sauté sur l’occasion, fait quelques essais et hop, c’était parti pour trois tomes !

BDE : Le style graphique unique d’Achile semble parfaitement adapté à l’histoire. Etait-ce une évidence dès le début ?
A : J’ai un style « étranger » à cette collection Celtic. Et il est toujours intéressant de faire des mariages inattendus. De plus, dans ces univers de fées, de sorciers et autres trolls, les gens ont l’habitude de voir des dessins plus conventionnels, plus sages que mon style américano-japanisant (oui, j’invente des mots !). Je crois que c’est une bonne chose que de donner à ces lecteurs un dessin différent de d’habitude.
NJ : Disons que s’il n’avait pas été adapté à l’histoire, on n’aurait sans doute pas travaillé ensemble, du moins sur ce scénario. Mais c’est dû aussi au fait qu’il a su s’approprier l’histoire et en faire quelque chose de personnel.

BDE : Comment vous êtes-vous documentés pour cet univers mi-réaliste mi-féerique ?
NJ : là je laisse Mister Achile répondre. Moi j’en ai juste donné les grandes lignes : « style Victorien steampunk »…
A : En fait, je ne me suis pratiquement pas documenté. J’aime, quand ça reste possible, laisser parler l’imaginaire. Laisser l’imaginaire déformer l’image que j’ai, par exemple, en souvenir, d’une voiture d’époque ou d’une place de village. De plus, je m’appuie beaucoup sur les descriptions que Nicolas me fournit avec son scénario. Enfin, il y a des fois où de la documentation s’impose. Dans ce cas, Internet est d’un grand secours.

BDE : Adam est un inspecteur assez réaliste tandis que Lord Lumbley semble sortir d’un conte fantastique. Comment avez-vous opéré la création de ces personnages très différents ?
A : Le gros du travail revient au scénariste sur ce point. Pour ma part, j’avais mille idées pour Lumbley, qui est assez emblématique et bien intégré dans l’imaginaire. En revanche, pour Adam, je me suis plus creusé. Sans doute simplement parce que le personnage est plus complexe et plus amplement défini dans le texte. J’ai cherché de la documentation et j’ai fini par m’inspirer de l’inspecteur Ichabod Crane de Sleepy Hollow (honte sur moi !). Les deux personnages se ressemblent beaucoup psychologiquement, et puis ça se passe environ à la même époque, avec du surnaturel, etc.
NJ : Ce côté très décalé est intéressant… Et puis surtout c’est dû au fait que j’ai un côté assez réaliste dans la vision des choses alors qu’Achile préfère aller plus vers le fantastique. Donc on va dire que Lumbley est plus son personnage que le mien.

BDE : Le dessinateur a-t-il parfois eu envie de s’impliquer dans le scénario, et vice-versa ?
NJ : Il s’implique déjà beaucoup au niveau narration, création de l’univers… Il rajoute des petites choses. Il a une liberté d’action suffisante pour se faire plaisir (enfin j’espère…).
A : C’est un travail d’équipe, et il serait vraiment frustrant pour moi de ne pas pouvoir ajouter des petites touches au scénario. Sur ce point, je suis verni parce que Nicolas est très ouvert à toute suggestion, et tout à fait à l’écoute. On peut prendre l’exemple du petit troll. Il n’existait pas dans le scénario initial. Je l’ai suggéré en animal de compagnie quand je faisais les recherches pour le méchant Lord Lumbley, et Nicolas a donné un vrai rôle à la bestiole par la suite. La plupart de mes intrusions dans le script sont bien moins importantes, mais c’est capital en terme d’entente entre nous. En outre, Nicolas définit déjà, par le texte, ce que doit être le dessin. Donc dans ce sens, la question se pose moins, même s’il intervient aussi parfois sur le dessin, une fois celui-ci terminé. Dans tous les cas, on s’entend assez bien et on reste ouverts à toute nouveauté ou modification proposée par le collègue, du moment que c’est pertinent.

BDE : Nicolas, travailler avec tant de dessinateurs et donc de sensibilités différentes est-il difficile à gérer ?
A : Mais non, il est trop fort ! (rires)
NJ : Au début, oui, et puis on apprend à segmenter son travail. Se couper du reste et se focaliser sur une seule chose. Et surtout le travail du dessinateur est de donner le « la ». Après c’est juste une histoire de tempo et d’ambiance (et d’envie).

BDE : Achile, as-tu toujours eu ce style si particulier qui caractérise ton dessin ? Il semble sortir d’un film de Tim Burton…
A : Ha ha ! Tim Burton ! Le réalisateur de Sleepy Hollow. Quand je vous le disais… Non, je ne suis pas très vieux, et mon style non plus. Et de plus, il faut dire que ce scénario aussi est TimBurtonesque (quand je l’ai dit à Nicolas, il m’a assuré ne pas avoir remarqué). Mon dessin est plutôt issu du manga et du comics. Cela induit déjà pas mal de fantaisies quant au trait, à la morphologie et aux expressions. Ensuite, je suis friand de BD légères. Je veux bien lire quelque chose de sérieux, mais il faut une pointe d’humour de temps en temps, un brin de fantaisie quoi. C’est ce que j’aime lire, et du coup, j’ai envie de dessiner dans cet esprit : légèreté et fantaisie.

BDE : Après cette série, envisagez-vous de retravailler ensemble ?
NJ : Personnellement, j’ai beaucoup de projets (pro et perso), dont me remettre à écrire sérieusement, tout en ayant un travail en librairie. Je ne sais pas si j’aurais le temps, et surtout l’énergie, de créer une nouvelle série. Pour l’instant, je me contente donc de continuer ce que j’ai commencé.
A : J’apprécie beaucoup Nicolas et une nouvelle collaboration me ravirait. Cependant, j’aimerais aussi changer de registre, scénaristiquement parlant. Il en est capable, d’ailleurs… Quoi qu’il en soit, Nicolas va mettre un peu de distance entre la BD et lui, dans les années à venir, pour se consacrer davantage à d’autres activités, comme le roman.

BDE : Pour finir, on a appris que Nicolas rêvait d’adapter « Dune ». Et toi Achile, sur quelle série aurais-tu rêvé de travailler ?
A : « Lucha Libre » (chez les Humanoïdes Associés) et « ZbluCops » (chez Glénat) . Et « Sillage » (chez Delcourt) aussi…

BDE : Merci à vous deux.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 4 août 2007.

Retrouvez plus d’infos sur les travaux d’Achile sur son blog.

Premières planches des Chemins d’Avalon T2 (couleurs non définitives)

Recherches de personnages pour la série

© MC Productions/Jarry/Achile
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*